Sagesses

La nature, le corps et l'âme : les clés du chamanisme ?

Nature Photo : Eleonore Henry de Frahan

La société matérialiste et consumériste aurait-elle déspiritualisé notre corps ? Longtemps relégué au second plan par les dogmes des religions monothéistes, le corps a souvent été dévalorisé au profit de l’esprit. Dans ce deuxième volet de la chronique de Paul Degryse, écrivain, éclaireur initié au chamanisme depuis plus de 30 ans, ce dernier revalorise les immenses potentiels de notre organisme selon le chamanisme. Deuxième partie (2/2).

 

La nature , votre interlocuteur privilégié pour renaître à vous-même

Notre corps est relié à la nature par les quatre substances fondamentales : la terre, le feu, l’air et l’eau.

Or, c’est l’air qui est la substance la plus proche de l’âme et c’est donc par la respiration que l’homme s’éveillera concrètement à l’énergie de celle-ci. De plus pour que ce rapprochement ait lieu il est nécessaire de taire le mental par la pratique du silence intérieur pour que la connaissance silencieuse de l’âme remonte au niveau de la conscience.

En combinant respiration et silence intérieur, nous aurons ainsi accès à la conscience élargie où se trouve toute la mémoire passée présente et future de l’univers.

C’est aussi le contact avec la nature qui, elle, n’est pas inhibée par le mental, que l’accès à la conscience élargie est grandement facilitée. Les plantes et les animaux vivent en effet naturellement dans un état de silence intérieur. Arbres et animaux ont une intelligence instantanée et non pas réflexive, elle n’a donc pas engendré l’égo, cette conscience de soi ambiguë hypertrophiée chez l’être humain, et leur présence va donc en quelque sorte « booster » le silence intérieur du méditant dès que celui-ci tourne son attention sensorielle vers eux.

La nature c’est l’origine de la vie et c’est en elle qu’est le secret de notre renaissance. Notre premier contact avec la vie, lorsque nous naissons, passe par nos cinq sens.Il va donc s’agir d’entrer dans la nature avec eux seuls, comme au jour de notre naissance quand le mental n’était pas encore activé, en état de silence intérieur le plus total possible.

Marcher tranquillement, dans un état de totale présence à ce qui est là : les arbres, les fleurs, la terre, les nuages, le soleil, l’eau des ruisseaux. Se contenter de recevoir, ce que l’homme moderne ne sait plus faire car il est toujours hyper-émetteur. Ne pensez pas ce que vous percevez, recevez le pleinement, sans commentaires.

Faire un avec la nature

Au début, l’habitude de tout penser ou de penser à toute sortes de choses reprend ses droits mais en persévérant avec confiance votre cerveau va finir par lâcher prise et dans un premier temps vous allez vous rendre compte que les formes, les couleurs, les ombres et les lumières sont plus vives, elles vont prendre une présence qu’elles n’avaient pas avant mais ce n’est qu’un début! Car bientôt, une chose extraordinaire va se produire : en cessant de penser vous allez devenir ce que vous contemplez : vous êtes les fleurs, vous êtes les arbres, vous êtes le ciel bleu, les nuages et le soleil, car vous avez en vous la mémoire du niveau d’évolution du monde végétal en vous et elle vient d’être réactivée par l’action conjuguée de votre silence, de votre respiration profonde et de votre réceptivité purement sensorielle. C’est une sensation surréaliste, une expérience inoubliable. Enfin vous vivez totalement ce que vous faite et ce que vous êtes, un être

Le 24 décembre 2018
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

La nature, le corps et l'âme : les clés du chamanisme ?

Close

Rejoindre la conversation