Éducation et Mouvements citoyens

Urgence écologique et sociale : les gilets jeunes pour agir à la racine

© Philippe Desmazes / AFP

Convaincue qu’il est temps d’étendre la liberté et l’égalité aux enfants, de les inclure dans la grande transition du XXIe siècle pour répondre aux enjeux sociaux et environnementaux, Emmanuelle Araujo Calçada, docteure en écologie et engagée pour l’éducation démocratique, publie cette tribune spéciale gilets jeunes.

 

Toute une partie de la population française s’est levée depuis maintenant plusieurs mois dans un mouvement social hors norme. Endossant un gilet jaune, des centaines de milliers de Français, soutenus par plus de 70% de l’opinion, réclament le droit à vivre dignement et à participer aux décisions qui les engagent.

 

À travers le monde, la mobilisation pour que nos sociétés répondent aux problématiques sociales et environnementales – ce que même l’ONU appelle de ses vœux à travers les objectifs de développement durable – est large et croissante. L’humanité fait face à un défi stupéfiant : celui de transformer son organisation et son mode de vie pour pouvoir continuer à vivre sur cette planète. Marches pour le climat, ZAD, pétitions et autres défis collectifs tentent de mobiliser et d’agir pour éviter la catastrophe annoncée.

 

Tandis que chacun.e essaie de s’impliquer à son échelle dans ses choix de vie, au niveau collectif, de plus en plus de voix s’élèvent, demandant à être écoutées par les dirigeants politiques. Avec le sentiment d’être une France de l’ombre, des sans-voix, invisibles depuis des années, même des décennies : «On ne nous écoute pas !»

 

Après l’indifférence, c’est la répression qui vient répondre à celles et ceux qui se dressent pour crier leur désespoir et leur misère, revendiquer plus de justice sociale et environnementale. Matraques, grenades et flashballs sont-ils les meilleurs instruments du dialogue entre humains égaux en dignité et en droits dans une démocratie ?

 

Toutes proportions gardées, ce schéma semble familier. C’est celui avec lequel la plupart d’entre nous avons grandi, au sein de notre système scolaire. Nous n’avons pas appris que nous étions légitimes pour faire entendre notre voix et qu’elle pouvait compter. Nous n’avons pas appris à participer collectivement aux décisions et à élaborer des manières de faire et de fonctionner ensemble.  

 

«Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits»

De notre petite enfance à notre adolescence, nous avons grandi au sein d’une institution dans laquelle nous n’avions pas d’espace de dialogue, pas d’expérience de la démocratie pour y choisir nos conditions de vie. Jusqu’à nos 18 ans, nous n’étions pas considérés comme des citoyens à part entière. «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits», proclame pourtant l’article premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme. «Naissent», il est écrit. Pas «à partir de 18 ans».  

 

Cette période de notre existence est pourtant fondamentale : c’est celle où s’acquièrent notre culture, nos valeurs, nos croyances, nos habitudes. La façon dont nous y sommes mis en relation avec nous-mêmes, les autres et le monde va largement déterminer les adultes que nous deviendrons et la société que nous bâtirons.

 

Interrogeons-nous : dans notre enfance, est-ce qu’on nous a fait confiance ? Notre voix a-t-elle compté, avons-nous pu faire nos propres choix ? Avions-nous l’espace pour affirmer un point de vue différent ? Notre créativité a-t-elle été encouragée ? Avons-nous été autorisés à coopérer avec nos semblables ou bien été mis en concurrence ? Avons-nous pu passer du temps dans la nature, développer une connexion avec elle ?

 

Dans leurs grands discours, les dirigeants politiques invoquent souvent les «générations futures». Ce que nous devons faire pour leur bien, pour les préserver. Il est même question de leurs droits. Mais de qui croient-ils parler ? Car les générations futures sont là, ici et maintenant.

 

Ce sont elles qui sont enfermées la plupart du temps loin du monde extérieur et de la nature, elles dont on attend de la discipline et de l’obéissance, elles dont on nie les droits, ceux d’être libres, égaux, dignes, de choisir leur éducation et d’être consultées sur les décisions qui les concernent.

 

Alors que notre société adulte s’avère incapable d’assurer son développement durable et juste, elle continue de vouloir imposer aux enfants ce qui est bon pour eux. Alors qu’elle se trouve confrontée aux plus grandes questions de son histoire, elle continue d’affirmer qu’il n’existe qu’une réponse possible, le «There Is No Alternative», au lieu d’ouvrir les imaginaires.

 

À l’école ou dans la société, l’absence de dialogue crée de la défiance, menant à l’exaspération puis à la confrontation voire à la violence, que ce soit dans la cour d’école, dans les rues ou sur les ronds-points.

 

L’enfance nous relie tous

Alors nous tous, les «générations présentes», qui perpétuons cela, sommes-nous méchants ? Sommes-nous stupides ? Non. Nous ne faisons que reproduire ce que nous avons vécu nous-mêmes, lorsque c’était nous qui étions les générations futures. Car l’enfance est quelque chose qui nous relie tous, au-delà des cultures, des genres, des couleurs de peau, du milieu social, de l’apparence, des croyances et de toutes sortes d’appartenances. Une commune condition partagée par l’intégralité des membres de l’espèce humaine qui peuplent cette planète.

 

Comme nous, nos parents et nos éducateurs ont fait ce qu’ils pouvaient avec les adultes qu’ils sont devenus suite à l’éducation qu’ils ont eux-mêmes subie. C’est à nous tous désormais de nous entraider à réhabiliter notre vision de nous-mêmes, à réinterroger nos comportements et à changer notre manière d’éduquer.

 

Des milliers d’enfants grandissent déjà librement au sein de leur famille ou communauté, en instruction autodéterminée. Il existe également des organisations qui font de cette utopie une réalité depuis des décennies, par exemple les écoles démocratiques, les écoles libres, les écoles du troisième type, les établissements autogérés… Présentes un peu partout dans le monde, elles ont choisi de réinventer les rapports adultes-enfants et de traiter ces derniers comme des citoyens à part entière.

 

Leur existence prouve que c’est possible. Même au sein de l’école publique, des enseignant.e.s font le choix d’expérimenter des rapports différents avec leurs élèves. Au lieu de restreindre cette liberté de choix d’instruction comme cela se profile, nous avons besoin de la préserver et de la démocratiser.

 

Il est temps d’étendre la liberté et l’égalité aux enfants.

C’est-à-dire de respecter leurs droits fondamentaux. De les inclure dans la grande transition du XXIe siècle que notre espèce se doit d’amorcer pour répondre aux enjeux démocratiques, sociaux et environnementaux. 

 

De donner une voix à ces sans-voix (le mot «enfant» vient du latin infans, qui ne parle pas), partout où ils vivent : dans leur foyer, à l’école et dans toute la société. Pour simplement assurer notre survie et pour vivre mieux ensemble.

 

Si nous ne transformons pas les conditions de vie des humains depuis leur plus jeune âge, nous ne transformerons pas la société. Car chaque nouvelle génération reproduira ce dont elle a été pétrie : compétition ou coopération, répression ou dialogue, domination ou équité, enfermement ou connexion à la nature. Si les enfants ne vivent pas dans la confiance, la justice et l’amour, il est peu probable qu’ils construisent une société de confiance, de justice et d’amour.

 

«L’urgence des enfants est encore plus grande que l’urgence climatique…

… et en plus, elle est liée», s’alarme Bernard Collot, ancien instituteur, sur son blog. «Au moins autant que le climat, ce qu’on fait de l’enfance, ce qu’on impose à l’enfance, ce qu’on empêche pour l’enfance est lié à tous les autres problèmes de l’organisation de notre société, à l’inhumanité de ce monde.»

 

Osons nous saisir politiquement de cette question et en assumer les implications, à tous les niveaux. Les réponses ne sont pas toutes faites, mais les questions ont à être posées. Que chacune et chacun – adulte, adolescent ou enfant – s’en saisisse et les amène dans le débat public. Car il n’y a pas un être humain qui ne soit concerné par la situation critique de notre espèce.

 

L’éducation au sens large est un sujet de fond depuis trop longtemps tenu à l’écart des débats. C’est encore le principal angle mort des discours progressistes, appelant de leurs vœux une transition écologique et sociale sans prendre en compte la racine de la perpétuation des rapports de domination entre groupes humains, sur les animaux et la nature.

 

Dans plusieurs pays, un mouvement de grève de l’école a démarré dans les pas de Greta Thunberg, jeune Suédoise de 16 ans qui a entamé une grève pour le climat en août 2018 et la poursuit aujourd’hui, entraînant des dizaines de milliers de jeunes de sa génération de par le monde.

 

À Paris, des étudiants ont décidé de mener des actions de désobéissance civile pour l’environnement chaque vendredi à partir du 15 février. Dans leur Manifeste, ils lancent un ultimatum au gouvernement et présentent des initiatives citoyennes à mettre en place, avec un grand rendez-vous pour la grève mondiale des écoliers et étudiants le 15 mars.

 

Cette grève scolaire est soutenue par des enseignants en Belgique et en France : «Tout se passe dans l’Éducation nationale comme si rien ne se passait sur Terre», constatent-ils. «Le printemps 2019 sera l’une de nos dernières chances d’agir : d’ores et déjà, nous appelons tou.te.s nos collègues […] à participer à la grève internationale des étudiant.e.s et des lycéen.ne.s le 15 mars prochain et à reconduire le mouvement jusqu’à obtenir les changements profonds qui s’imposent.»

 

Que partout, dans les assemblées citoyennes, les mobilisations, les établissements, les grands débats et autres espaces collectifs, on discute des manières d’apprendre et de désapprendre, du sens de l’éducation, des droits des enfants et des adolescents. Et surtout, qu’on agisse avec eux, en tant qu’humains intelligents et responsables, égaux en dignité et en droits, embarqués avec nous sur la même planète et faisant face aux mêmes défis.

 

À nos gilets jeunes !

 

 

Soutiens (250 personnes + 8 collectifs – ordre alphabétique) :

 

Daniel Aabye, acteur de la transition dans les Alpes-Maritimes

Fafi Aglan, cofondatrice de l’École vive, école démocratique de Toulouse

Alexandra Aibar, facilitatrice d’apprentissage à l’école Dé-couverte, étudiante en sciences de l’éducation

Christelle Alaux, directrice et cofondatrice de l’école Créactive de Montauban

Xavier Aliot, réalisateur et auteur

Carole Amelin, libératrice de potentiel

Nathalie Ardaillou Gandon, directrice et cocréatrice de l’école démocratique Le Carré libre

Yazid Arifi, cofondateur de l’École démocratique de Paris, gilet jaune de Pantin

Henri Audano, colibri gilet jeune

 

Anne Sophie Bajric, psychologue, membre cofondatrice des Entrelacs, espaces d’éducation vivante, solidaire et démocratique à Marseille

Pierre-André Balestrieri, coordination Eudec France

Julien Barousse

Laurence Barthélemy, parent en IEF

Claire Batailler, engagée pour l’éducation démocratique

Nathalie Baude, sage-femme, puéricultrice

Sophie Baudry, psychologue, formatrice en éducation bienveillante

Boris Béalu, graphiste

Noémie Beaucamps, maman IEF

Jean-luc Bedouch, moniteur d’atelier en Esat

François Bégaudeau, écrivain, scénariste, acteur (Entre les murs), critique littéraire

Clara Bellar, réalisatrice du documentaire Être et Devenir

Mathieu Bellay, directeur d’un centre d’éducation à la nature, éducateur nature

Sietske Bendel, militante pour l’éducation démocratique

Lamine Bensaddek, ingénieur en techniques analytiques, militant syndical FSU

Brigitte Bernard, membre du collectif LAM

Aurélien Bernier, auteur

Florie-Anne Berrehar, réalisatrice de À la poursuite de mes rêves

Élodie Berthelier, AVS, facilitatrice, maman IEF, cofondatrice de l’École de la Montagnette

Célia Bessaguet Pinson, cofondatrice de l’École À l’ère libre, l’école démocratique et permaculturelle d’Étampes

Florence Beuken, thérapeute familiale et formatrice des professionnels de la petite enfance

Gaëlle Bieth, enseignante, éducatrice et formatrice Montessori

Sophie Billard, praticienne chercheuse et professeure des écoles 3e type (Seine-Saint-Denis), enseignante spécialisée et militante active pour une éducation humaniste

Lysiane Binet, webmaster microentrepreneuse et maman, engagée pour l’environnement

Florence Blahat, cuisinière d’écosystèmes

Olivier Blanc, éducateur à l’environnement

Sophie Blum, mère d’enfants instruits en famille et militante au sein de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (Oveo)

France-Elsa Boccard, membre de l’École démocratique de Paris

Priscilla Bocchino, maman instruisant en famille

Harout Bodossian, viticulteur, animateur BAFA et facilitateur en formation

Léa Boistol, biologiste

Yves Bonnardel, essayiste, auteur de La Domination adulte. L’Oppression des mineurs, éd. Myriadis-Le Hêtre, 2015

Benjamin Bouguier, sophrologue, cofondateur de l’École dynamique, membre Eudec

Michaël Boutin, formateur, cofondateur de l’École de la Montagnette, membre Eudec France, membre du Conseil de développement pays d’Arles

Sylvain Bouture, docteur en philosophie, auteur photographe

Sophie Bouvet, consultante en parentalité et formatrice

Eva Brand Humair, traductrice, citoyenne, mère

Caroline Brethes, cofondatrice de l’École démocratique Champ libre

Isabelle Brzegowy, maraîchère bio

Jim Buhler, animateur et formateur Bafa à l’UFCV

Isabelle Buller, ergothérapeute et praticienne en shiatsu

 

Isabelle Calmels, consultante en parentalité, formatrice et autrice

Sylvia Canals-Frau, musicienne, parent écoresponsable

Amélie Carlier, psychologue, cofondatrice et directrice de l’école démocratique du Hêtre bienveillant

Sébastien Carlier, psychopraticien et cocréateur de l’école démocratique du Hêtre bienveillant

Isabelle Caron, cofondatrice de l’école démocratique Graine de Sens-Brocéliande.

Gisèle Chedal, retraitée de l’éducation nationale, aujourd’hui mamie attentive convaincue de l’importance de l’éducation non violente et positive

Céline Chesnel Amokrane, thérapeute adultes, ados, enfants, approche empathique de l’enfant, formatrice ateliers parents et professionnels de l’enfance

Annie Chétif, grand-mère retraitée du LCL

Virginia Cifuentes

Flora Clodic-Tanguy, free-lance en communication au service de l’écologie

Bernard Collot, enseignant retraité, pédagogue (école du 3e type), auteur

Gaëlle Cornaton, éducatrice en amour propre puis éducatrice en esprit critique, maman d’un vrai petit citoyen éclairé

Marc-André Cotton, enseignant et rédacteur du site Regard conscient

 

Claire Damesin, enseignante-chercheure en écologie

Laura Dangoumau, cofondatrice de l’école démocratique du Tarn, militante dans l’éducation populaire et le scoutisme

Nathanelle Darsy

Isabelle d’Assise, autrice et professeure de yoga

Arnaud de Bonnechose, parent IEF

Marylène De Buck, agente de développement local, animatrice en éducation populaire

Stéphanie de la Casa, enseignante en SVT, impliquée dans les pédagogies alternatives

Gwenaelle De La Mata, cofondatrice du projet École démocratique d’Annecy

Alix Delehelle, parent instructeur

Claire Delgado, parent

Sabrina Delhalt, étudiante en sciences de l’éducation

Philippine Delisle, parent et éducatrice de jeunes enfants

Julie Del Papa, parent, professeure de danse et militante pour les droits humains

Albert de Pétigny, cofondateur de Pourpenser éditions

Aline de Pétigny, autrice et cofondatrice de Pourpenser éditions

Maxime de Rostolan, fondateur de Fermes d’avenir et de Blue Bees

Ana Dess, illustratrice, autrice, éditrice, animatrice

Marion Dethes, membre Eudec France

Vera-Alexandra Devic-Guiho, chercheure et expérimentatrice des méthodes naturelles pour aider les êtres à prendre soin d’eux-mêmes, des autres et de la nature

Finn Dickman, citoyen lambda, acteur modeste de l’éducation, de la démocratie et de la transition

Dorothée Di Cristofano, secrétaire, bénévole et maman

Cyril Dion, écrivain, réalisateur, poète, militant écologiste, cocréateur de Kaizen

Emmanuelle Domergue

Evelyne Drouère, cofondatrice de l’École vive, école démocratique de Toulouse

Marie Dubouin, autrice, blogueuse, conférencière sur la consommation responsable

Tifen Ducharne, militante de l’éducation populaire, conférencière gesticulante et ressourcière

Gaëlle Duée, citoyenne, mère de trois adolescents vivant leur instruction librement (éducation nationale, éducation démocratique, IEF)

Hélène Dumas-Cheutin, consultante en parentalité et formatrice

Catherine Dumonteil-Kremer, pionnière de la parentalité positive en France, autrice, formatrice et membre fondatrice de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (Oveo)

Caroline Dutemple, cofondatrice et directrice de l’École pétillante, école démocratique de Montpellier Ouest, membre de Eudec France

 

Nergis El Berria, membre du personnel de l’École dynamique

Marie Esclafit, doctorante en philosophie politique

Satya Esquenazi, cofondatrice de l’école démocratique Noèsis

 

Nadia Fargeix Bondia, apicultrice L’Arc en miel

Ramïn Farhangi, militant pour l’éducation démocratique et l’enfance libre

Laurent Favia, papillon pollinisateur

Alex Ferrini, réalisateur de Notre révolution intérieure et Régénération

Karine Foucard-Poveda, technico-commerciale dans le solaire et créatrice d’école démocratique

Marie-Cécile Fourès, artiste

Nathalie Frascaria-Lacoste, enseignante-chercheure en écologie

 

Christelle Gadron-Fournier, enseignante en sciences physiques et chimiques, relaxologue

Lise Gallois, médiatrice CNV, coach, facilitatrice d’intelligence collective, animatrice réseau Écologie de l’enfance Montpellier

Lucie Gardais, médiatrice

Amandine Gasc, chercheure en écologie et biologie de la conservation

Annabel Gauthier, cofondatrice de l’École Api de Tahiti

Marie Geffroy, free-lance en communication au service de l’écologie

Julie Geneau, pour un monde plus en conscience

Corinne Généreux, professeure d’économie-gestion

Roland Gérard, cofondateur du Réseau École et Nature, conférencier

Marie Gervais, autrice sur la parentalité, cofondatrice de l’École dynamique et de l’École, 1 école et 1 tiers-lieu sur le plateau de Saclay

Anne Ghesquière, fondatrice du magazine FémininBio, éditrice et autrice

Alexandre Giroux, cofondateur de Palotchka, école démocratique de Nîmes

Sandra Gleyzes, parent écoresponsable

Julie Grammont, éducatrice en santé environnement

Pascal Greboval, rédacteur en chef de Kaizen

Elisabeth Gualco, cofondatrice et directrice de L’Envolée

 

Clarisse Habouzit, médiatrice

Xénia Hadjigeorgiou, parent de unschoolers

Stéphanie Hamon, école démocratique Le Carré libre, Quimper

Rozenn Harel, cofondatrice et directrice à l’école démocratique de Noèsis, investie dans le mouvement parentalité positive et stop VEO

Emilie Hauvuy, animatrice en éveil et initiation musicale Jaëll-Montessori

Jessie Hecquet, maman louve éveillée et passionnée

Marc Heidmann, doctorant en neurosciences

Elodie Héren, conseillère principale d’éducation, militante écologiste

 

Thierry Jouan, jardinier et sculpteur

Olivier Jouvray, scénariste, éditeur et professeur de bande dessinée

 

Cindy Kaercher, cofondatrice de l’École NovAgora

Chloé Krempp, cofondatrice de l’école associative La Vie simplement et facilitatrice d’apprentissages, cofondatrice de l’association Enfances épanouies et de ses groupes d’entraide pour des relations adultes-enfants respectueuses

 

Emilie Lagoeyte, fondatrice d’Éveil et nature

Clémence Laloue, cofondatrice de l’école Montessori du pays Rochois, utopiste engagée, autrice

Frédéric Laloux, auteur

Céline Laly, maman ayant instruit en famille

Nathalie Lample Van Overwalle, créatrice de l’école des Fourmis

Sandra Langhorst, psychothérapeute, fondatrice d’une école Sudbury

Christelle Laporte, éducatrice spécialisée, membre du collectif Libres apprenants du monde

Marion Laurence, éducatrice Montessori

Johnathan Leith, artiste, praticien bien-être, fondateur école démocratique Espace Harmonie

François Lenormand, animateur du collectif Éduquer à la nature

Jean-Pierre Lepri, docteur en éducation et en sociologie, membre du Crea-Apprendre la vie

David Lerebours, cofondateur de l’École démocratique de Paris, laboureur de possibles

Hoang-Mai Lesaffre, formatrice Scholavie en éducation positive et cofondatrice de l’école permaculturelle de Grivery

Armella Leung, autrice, conférencière

Angélique Levasseur, formatrice, facilitatrice en communication et éducation relationnelles

Vincent Liegey, essayiste, coauteur d’Un projet de décroissance

Virginie Lobet, orientation et reconversion professionnelles dans un monde en transition

Soline Lucas, membre de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire

 

Marjorie Madeo, enseignante de français en Suède

Virginie Maillard, illustratrice, graphiste, blogueuse (Bougribouillons) et autrice

Élise Maimone, art thérapeute énergéticienne, magnétiseuse formatrice à Tous guérisseurs

Cécile Maitre, maman

Marion Malaty, éducation démocratique

Catherine Malherbe, infirmière scolaire

Samuel Manier, père engagé pour l’éducation démocratique

Charlotte Marchandise, femme politique

Laélien Margherita, stagiaire aide-soignant

Thomas Marshall, directeur de l’école démocratique La Croisée des chemins (Dijon)

Anne-Sophie Massi, danse mouvement thérapeute, membre Eudec, École à L’ère libre

Sophie Massin, directrice et cofondatrice de l’école démocratique Espace harmonie

Erwan Masson, fondateur de l’école coopérative de Boulogne-Billancourt

Fleur Mathet, psychothérapeute et formatrice, présidente de l’association La Croisée des chemins

Corinne Mathieu, maman d’un enfant différent et psycho praticienne

Olivier Maurel, écrivain militant et fondateur de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (Oveo)

Fadia Merad, mère et femme au foyer

Fleur Meyer, artiste

Yves Michel, éditeur

Daliborka Milovanovic Rignault, philosophe, éditrice, journaliste

Frédéric Miquel, président de l’association Objectif 100%, directeur de l’école démocratique Le Point d’O, animateur de la Transition éducative

Marguerite Morin, enseignante-formatrice dans l’éducation nationale, conférencière, autrice de La Pédagogie Montessori en maternelle, tomes 1, 2 et 3

 

Marie Narjoux, future enseignante démissionnaire et engagée dans l’éducation démocratique

Julie Nasri, maman engagée pour l’environnement

Marie Neige Gutierrez, assistante maternelle et chercheuse en relations authentiques, maman en observation et expérimentations

Kinou Noël, membre Eudec France, cofondatrice de l’École à l’envers

Pierre Noël, ingénieur

Vincent Noël, CNRS, Institut national des sciences de l’univers

 

Delphine Paillard, maman IEF, ouverture d’un café des enfants à Auxerre, en cours de création d’une école démocratique et militante pour une enfance libre

Thierry Pardo, auteur, conférencier, chercheur en éducation

Jade Pardou , maman IEF auprès de trois individus libres

Camille Pasquier, gesticulante contre l’ordre adulte

Romain Peyrichou, humain, au service de la conscience et de la vie

Chantal Peyrin, directrice de centre social récemment retraitée

Véronique Peyrol, infirmière en pédo-psychiatrie à l’hôpital de Sète

Lise Philippoteaux, maman faisant l’instruction en famille

Matthieu Pichon, parent, militant de l’agriculture bio et locale, cofondateur de l’association Jardi’Anim, sociétaire des Champs des possibles

Mélissa Plavis, formatrice, accompagnante en écoparentalité/écoféminité, éditrice au Hêtre Myriadis, autrice d’Apprendre par soi-même, avec les autres, dans le monde. L’Expérience du unschooling, pigiste pour le magazine de l’écoparentalité Grandir autrement, doctorante en anthropologie, mère IEF (unschooling)

Céline Pod, accompagnement et mieux-être au féminin et à l’entrepreneuriat, fondatrice de la communauté Les Entrepreneuses qui déchiiiiiiirent!

Alexi Polzin, écrivain, penseur, amoureux de la nature et de son mouvement libéré, et membre de l’école démocratique NovAgora à Strasbourg

Emmanuel Ponsignon, maraîcher, utilisateur du cheval de trait, acceptant groupe de personnes déficientes à participer à l’activité découverte du cheval au travail du sol

Alexandre Poulingue, cofondateur de l’école démocratique Graine de sens en Brocéliande

Boris Prat, chercheur indépendant

 

Sophie Rabhi-Bouquet, fondatrice de La Ferme des enfants

Seashell Rafini, cofondatrice de l’École démocratique de Corse

Agathe Raybaud, enseignante, formatrice et journaliste

Elfi Reboulleau, autrice des livres L’Enfantement conscient et Qu’est-ce que l’âgisme ?

Julien Reynaert, artiste pluridisciplinaire

Isabelle Ricard, thérapeute familiale

Jullian Rivière, étudiant en mesures physiques

Viviane Roesch, sage-femme, militante pour une éducation sans violence et en faveur de l’accouchement respecté

Diane Rougé, étudiante en urbanisme

Nathalie Rouiller, membre Eudec France et cofondatrice de l’École démocratique Anjou

Martine Rouquette, grand-mère «bien-veillante»

Jean-François Roustan, auteur et metteur en scène de théâtre tout terrain

Valérie Rumas

 

Yvan Saint-Jours, fondateur de La Maison écologique et cofondateur de Kaizen

Raphaelle Salmon, fondatrice de l’École inspirée à Lille

Vaiana Samg Mouit, psychologue clinicienne

Lisa Scaloni, licenciée en psychologie et blog/page/groupe FB Enfances épanouies

Alexis Schaeffer, citoyen engagé pour la transition énergétique, gilet jaune

Pablo Seban, enseignant, conférencier gesticulant, éducateur populaire

Fabienne Seguin, parent instruisant en famille en unschooling

Natacha Seker, maman engagée pour une éducation consciente

Nathalie Senesse Peronnet, pour l’amour du vivant

Alice Serié, responsable administration et communication pour L’Usine à musique et ancienne membre staff d’une école démocratique toulousaine

Nadège Serodio, porteuse du projet L’ École des enVies, maman bénévole à Cœur d’école (école du 3e type)

Pablo Servigne, chercheur in-terre-dépendant, auteur et conférencier

Emeline Seyler, cofondatrice de l’École démocratique du bassin stéphanois

Nathalie Siffermann, permacultrice

Catherine Silvestre, CNRS, docteur en sciences, cofondatrice de l’Atelier des possibles, membre actif d’Eudec France, maman

Adélaïde Simon, créatrice et ancienne directrice de l’école démocratique Nectarine

Marina Soulagnet, membre du collectif Libres apprenants du monde, parent instruisant en famille

Nadine Souloy, maman, ancienne enfant, technicienne, déléguée du personnel et représentante au CHSCT

Sophie Sourbier, maman

Baptiste Sureau, chargé de mission énergie/climat

 

François Taddéï, directeur du CRI (Centre de recherches interdisciplinaires)

Déborah Tatarkovic, micro-entrepreneuse, maman et gilet jaune

Mylène Thil, ingénieure pédagogique, cofondatrice école Rhizomes, secrétaire Eudec France

Zadig Tisserand, étudiant en sciences politiques

Erika Tombolato-Gadoum, parent instructeur et sophrologue

Alexandra Tual, chargée de mission bassin versant

 

Josef Ulla, directeur retraité d’école primaire publique

 

Gilles Vandecaveye, papa et cofondateur de l’école Créactive à Montauban, directeur de l’école de production de Toulouse

Félix Van Ditzhuijzen, président de Grandeur nature

Marie-Noelle Vandooren, écoconseillère à Ortie-Rose

Brigitte Verd, assistante maternelle, maman de deux filles

Christel Verd, assistante de notaire et amoureuse de la nature

Yves Verd, assureur

Antonella Verdiani, conférencière, écrivaine, docteure en science de l’éducation

Laure Verneau, correspondante internationale

Ghislaine Victor, professeure de français en collège REP et concernée par l’éducation démocratique

Morgane Videlaine, parent instruisant en famille

Laëtitia Vieilledent, éducatrice et rigologue, fondatrice de l’association JouaYe pour l’épanouissement de l’être humain

Aude Vuilliet, éducatrice spécialisée et formatrice en travail social

 

Marie Watrelot, savonnière, maman qui s’interroge et expérimente

Alexandre Weber, cofondateur du projet École démocratique d’Annecy

Léticia Wolken, parent instruisant en famille

 

Myrrhe Yam, autrice et maman unschooler

Émilie Yegikyan, infirmière libérale et recherche clinique, relation d’aide et psychopédagogie pour l’enfant neuroatypique

 

Amandine Zahm

 

Soutiens collectifs :

 

Association Énergie Montessori

Association Enfances épanouies

Association Les Enfants d’abord (LED’A)

Centre Permacole Imala, association permaculturelle

Libres apprenants du monde (LAM), collectif pour la liberté de l’instruction et les apprentissages autonomes

Libres d’apprendre et d’instruire autrement (LAIA), association de soutien à l’instruction en famille

Le Poulpe, collectif créatif engagé pour le changement

Observatoire de la violence éducative ordinaire (Oveo)

 


À lire aussi :

François Boulo, porte-parole des gilets jaunes, invite à «sortir du coma politique»

Jean Guillaume Bellier : «Le système d’évaluation est ancien, il faut changer de paradigme»

Boutique : je passe à l'acte !

Lot « Pour une enfance joyeuse » tomes 1&2 !

20,00 €

France - 1 abonnement "Abo Militant" - 1 an - 6 numéros à venir + 6 anciens numéros

49,00 €

Kaizen 31 : Démocratie, aux actes citoyens !

6,00 €

Numéro Spécial : Oasis, un nouveau mode de vie - Réédition 2019

12,00 €

En lien avec le sujet

contenu abonnés
| Culture & Solidarités et Mouvements citoyens

Christian De Boisredon : "Le journalisme de solutions a un double impact"

Urgence écologique et sociale : les gilets jeunes pour agir à la racine

Close

Rejoindre la conversation