Mouvements citoyens

François Boulo, porte-parole des gilets jaunes, invite à « sortir du coma politique »



François Boulo est avocat au barreau de Rouen. Rien, dans son parcours, ne le prédestinait à rejoindre les gilets jaunes. Il en est aujourd’hui l’un des porte-parole. Et c’est lui qui a lancé l’appel à la grève générale du 5 février. Rencontre.

 

D’où vient cette idée d’appel à la grève générale ?

Dès la première réunion publique à Rouen, en novembre 2018, j’avais exposé la nécessité d’une convergence. L’idée acceptée est qu’il ne faut pas être récupérés par les syndicats mais qu’en revanche, on allait avoir besoin d’eux et que de toute façon, ce qui ferait gagner le rapport de force politique, c’est la grève. Il n’y a que ce modus opératoire qui fonctionne.

Car pour se faire entendre, il faut bloquer l’économie, c’est le nerf de la guerre. Pour cela, il y a deux moyens : bloquer la consommation ou bloquer la production. Bloquer la consommation, c’est ce qui a été fait au début : barrages filtrants, péages gratuits, blocage des zones commerciales… Mais ces actions sont illégales et il est difficile de les faire tenir sans se faire déloger. Donc la seule manière d’enraciner les choses, c’est de bloquer la production par l’unique moyen légal qui reste aujourd’hui : la grève. On va avoir besoin des syndicats parce que c’est plus facile de mettre les gens en grève quand les syndicats lancent un appel.

 

François Boulo © Charly Triballeau, AFP

 

 

Quel est l’objectif ?

On garde le même objectif : faire changer le gouvernement de cap politique à 180 degrés. Les dispositifs fiscaux ne peuvent plus bénéficier aux 1 % des plus riches. Soit le gouvernement change sa politique fiscale et économique, soit on retourne aux urnes.

 

Mais le gouvernement a été élu démocratiquement il y a dix-huit mois ? C’est remettre en cause ce vote ? Il y avait d’autres programmes qui, justement, proposaient une réflexion sur la VIe République.

C’est vrai. Mais les conditions dans lesquelles se sont déroulées les élections sont assez contestables. Déjà, il y a eu très clairement un soutien médiatique sans précédent pour Emmanuel Macron avec 90 % des médias détenus par neuf milliardaires. On a été aussi pollués par les affaires Fillon et Le Pen. La campagne présidentielle fut délétère avec à la sortie une fracture immense. En additionnant les votes contestataires du premier tour (Le Pen, Mélenchon, Asselineau, Dupont-Aignan, etc.), on arrive à 50 %, plus les 20 % d’abstention. On peut clairement dire que le vote contestataire a été majoritaire. Alors quand Emmanuel Macron prétend avoir été élu pour son programme, c’est un mensonge et il le sait. Il est totalement irresponsable de dire ça.

 

 

Mais « les gilets jaunes ne sont pas le peuple », ce n’est qu’une foule ?

On va s’affranchir des notions de peuple et de foule, on va parler des Français. 67 % des Français soutiennent les gilets jaunes et 75 % des Français rejettent la politique du gouvernement.

 

Il n’y a plus de consentement majoritaire à la politique proposée.

Peut-être dans les sondages, mais dans les faits, les gilets jaunes sont peu nombreux ?

Les gens qui se mobilisent sont les têtes dures. Mais il semble clair qu’il n’y a plus de consentement majoritaire à la politique proposée. Les élections sont censées permettre de trancher les conflits qui existent dans la société et de dégager une majorité d’adhésion idéologique à un programme. Ici, on ne l’a pas.

 

Les cinq derniers présidents ont également été critiqués rapidement par la majorité des Français ?

La cote de popularité était très faible, c’est vrai, mais je n’ai pas le souvenir d’une contestation de la politique aussi globale. Et on n’a jamais eu une crise de cette ampleur, avec autant de violences, des commerçants qui perdent du chiffre d’affaires, etc. Quand on est à ce point dans le chaos, on ne peut pas résoudre les choses autrement que par un retour aux urnes et par le vote.

Il est regrettable d’avoir fait intégrer cette idée absurde qu’après un vote, les élus auraient un blanc-seing pendant leur mandat. Ça n’a jamais été la conception de la Ve République instaurée par de Gaulle.

Lorsqu’il y a une crise politique aussi grave, jamais vue depuis 1968, et qu’on est des démocrates, on retourne aux urnes. C’est ce que de Gaulle a fait en 1968.

La démocratie, c’est la possibilité de mener une politique sur un consentement majoritaire idéologique et programmatique. Ce n’est absolument plus le cas actuellement. On a une caste qui a pris le pouvoir, qui n’écoute personne, et qui s’affranchit de tous les corps intermédiaires.

 

© Pascal Greboval

 

Mais si on change la personne sans changer le système, le résultat sera identique. Les gilets jaunes sont prêts à changer le système ?

Que le pouvoir exécutif plie ou ne plie pas, des réunions citoyennes publiques s’organisent partout dans le pays. Un travail d’éducation populaire est en train de se mettre en place avec des gens qui ont décidé de réinvestir la politique au sens noble du terme. Cette émancipation des consciences participe déjà à changer le système.

 

Les gilets jaunes ont deux revendications principales : une fiscalité plus juste et un nouveau souffle à la démocratie.

Les revendications sont hétéroclites, comment les synthétiser ?

Sur le fond, si on synthétise vraiment, il n’y en a que deux : une fiscalité plus juste et un nouveau souffle à la démocratie. Sur la fiscalité, la demande est simple : que la politique serve 99 % de la population et non les 1 % des plus riches, comme c’est le cas depuis dix-huit mois. En s’attaquant à l’évasion fiscale [80 milliards d’euros, NDLR]. Parce que ça va permettre de financer le service public, des augmentations de salaires, bref de mieux vivre. Parce que le problème aujourd’hui, c’est qu’on a des masses d’argent considérables qui sont captées par les 1 % voire les 0,1 % des plus riches. La question est moins de savoir s’il y a trop ou pas assez d’impôts que de déterminer qui paie trop d’impôts et qui n’en paie pas assez ? Selon moi, les 1 % des plus riches n’en paient pas assez. Résoudre le problème de justice fiscale permettra d’amorcer la transition écologique. Dans le système actuel, on ne peut pas contrôler les multinationales, réguler et pénaliser, voire interdire les activités qui polluent la planète.

Le second point se focalise autour de la demande de référendum d’initiative citoyenne (RIC) : l’intérêt de cette mesure est qu’elle soit discutée ou débattue, parce que ça pose mille questions sur le plan institutionnel. L’objectif est d’amener les gens à s’émanciper, à élever leur conscience politique et ça pose des questions autour de l’éducation, de l’information, des institutions. Exemple : comment fait-on pour déconnecter les puissances d’argent de l’État, éviter le pantouflage, les lobbies ? L’objectif est de reformer un socle constituant qui vienne du peuple et qui lui permette d’exprimer sa souveraineté pleinement.

 

Ça signifie remettre à plat toutes les institutions ?

C’est clair, tout est pourri par la pratique ! Les élus au pouvoir sont totalement à côté de la plaque, ils ne poursuivent plus l’intérêt général et sont totalement aveuglés idéologiquement. Même si certains sont de bonne foi.

 

Je pense qu’une nouvelle élite va surgir de ce mouvement.

Mais demain, comment garantir que de nouveaux élus ne reproduiront pas les mêmes dérives ?

Je pense qu’une nouvelle élite va surgir de ce mouvement. Car ce n’est pas la représentativité qui est remise en cause. C’est beaucoup plus simple : les gens veulent des élus sincères qui ne les trahissent pas. Or ça fait quarante ans qu’ils ont le sentiment d’être trahis par tous leurs représentants. Il faut pour cela gagner le combat des idées sur la conscience des gens, les faire sortir du coma politique, dans lequel j’ai pu moi-même me trouver il n’y a encore pas si longtemps. Dans le cadre du mouvement, il faut organiser des assemblées citoyennes, que les gens viennent et participent un maximum, et que la pensée soit relayée. Quand vous en parlez à quelqu’un, cette personne va en parler autour d’elle et petit à petit, l’émancipation s’opère parce que vous donnez les arguments, les gens sont convaincus par une base de raisonnement censé et la parole se diffuse.

 

Mais c’est l’objectif du grand débat ! Pourquoi ne pas avoir attendu la fin du débat pour appeler à la grève, en fonction des « résultats »  ?

Ce débat est une mascarade. Pour une raison simple. Les membres du gouvernement ont affirmé avant le grand débat que rien ne sera détricoté de la politique mise en place depuis dix-huit mois. Deuxièmement, dans la lettre de Macron, il n’y a pas de remise en cause des dispositifs fiscaux adoptés et, sur les dépenses publiques, on ne voit pas où elles pourront être réduites. Cela touchera la santé, l’éducation, la police et la justice ? De plus, le président a écarté le RIC. En bref, il a déjà rejeté la plupart des revendications des Français.

 

N’est-ce pas surprenant d’avoir un avocat porte-parole des gilets jaunes ?

C’est une erreur d’analyser le mouvement à ce titre-là. Les gilets jaunes regroupent la classe moyenne au sens large. Mon but est aussi de convaincre les CSP + qu’elles aussi se font voler de l’argent par les impôts.

 

Propos recueillis par Maëlys Vésir et Pascal Greboval

 


À lire aussi sur les gilets jaunes :

Gilets jaunes et gilets verts, ensemble pour le climat

Christophe Aguiton : «Être avec les gilets jaunes pour que le gouvernement aille plus loin»

Boutique : je passe à l'acte !

France - 1 abonnement - 1 an - 6 numéros - 2 hors séries

54,00 €

France - 1 abonnement "Abo Militant" - 1 an - 6 numéros à venir + 6 anciens numéros

49,00 €

Kaizen 31 : Démocratie, aux actes citoyens !

6,00 €

Numéro Spécial : Oasis, un nouveau mode de vie - Réédition 2019

12,00 €

En lien avec le sujet

François Boulo, porte-parole des gilets jaunes, invite à « sortir du coma politique »

Close

Rejoindre la conversation

CATHERINE G. le 16/02/2019 à 23:59

31.7% du PIB en dépenses sociales nettes.
Loin devant l'Allemagne 24.8%, la Grande-Bretagne 20.5%, la moyenne de l'OCDE 20.5%.
les affirmations de cet avocat ne tiennent pas la route. Kaizen ne doit pas paire paraître des propos aussi faux ou sinon.....plus de crédibilité. La politique du gouvernement est de réformer ce qui doit l'être: exemple que j'ai en mémoire: statut des cheminots, amélioration de l'école primaire, amélioration de la formation professionnelle ambition pour l'Europe, taxer les multinationales qui passent au travers de la fiscalité des pays où elles font leur chiffres d'affaires. adopter une fiscalité qui attire les investissements étrangers. La réalité est complexe et les pays sont en compétition, les discours simplistes des gilets jaunes sont simples à comprendre en apparence mais faux dans la réalité. Kaizen ne semble pas soucieux de la vérité.......

Antoine T. le 08/02/2019 à 00:28

Ah ah j'aime bien l'article, qui parle d'autre chose que de casse et du sois disant monde de bisounours qu'est la finance.
Sinon en parlant de râleurs, je pense qu'on n'a jamais vu autant de bonne humeur dans les rues et sur les ronds points avant le 17/11/18 ou depuis le début d'internet selon notre âges.

Kaizen Magazine le 05/02/2019 à 11:00

Merci Michel pour ce commentaire qui montre qu'on peut être cohérent sur le fond et la forme....les français sont des râleurs, ça semble vrai. bonne journée

Michel b. le 04/02/2019 à 22:38

marre de ces gilets jaunes! le français ne changera donc jamais? râleur, anarchiste, égocentré, révolutionnaire, etc d'autres pays on fait les réformes nécessaires et pas des moindres, mais là que c'est aux français de faire un effort car ce pays est à la dérive, alors là bah non hein ... pas nous. marre de ce pays, qu'ils dégagent et vite fait. déjà que c'est la pays à qui profite le plus l'euro, que ce pays est littéralement porté par l’Allemagne sans laquelle il serait obligé d'emprunté à des taux bien moins sympathiques, etc pays de branleurs et pourtant j'ai des origines françaises mais c'est le pays dont je suis le moins fier