Bien-être

David Le Breton - « Tous les chemins mènent à soi »



Pour l’anthropologue David Le Breton, marcher, c’est à la fois s’ouvrir au monde et à soi-même. Une expérience dont il nous invite à user et abuser.

Quel rapport entretenez-vous avec la marche ?

C’est d’abord une source de plaisir, une connexion directe avec mon environnement. Marcher m’invite à être attentif au monde extérieur. Mes sens sont en éveil. Je capte les sons, les odeurs, le vent, la chaleur, le froid. Je peux toucher les arbres, les rochers, plonger mes mains dans l’eau fraîche… C’est aussi un besoin. Je ressens un vrai manque physique et psychique si je ne peux pas marcher une heure ou deux chaque jour. Cela m’aide à évacuer les tensions et à me recentrer. La marche est tellement naturelle qu’on ne réalise pas son importance. Mais quand elle n’est plus possible, c’est toute l’existence qui vacille.

Le cheminement est également très intérieur ?

Oui, on met autant son corps que son esprit en mouvement. Le léger effort produit apporte des endorphines, sources de

Le 17 janvier 2020
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

David Le Breton - « Tous les chemins mènent à soi »

Close

Rejoindre la conversation