Trémargat, laboratoire d’idées
et de démocratie participative à ciel ouvert



À Trémargat, dans les Côtes-d’Armor, la solidarité, l’entraide ou l’écologie ne sont pas de vains mots. La petite commune bretonne est depuis vingt ans un laboratoire à ciel ouvert de projets différents. Ses habitants soutiennent l’installation de paysans, s’approvisionnent dans une épicerie de produits bio et locaux, se retrouvent au café associatif, délibèrent au sein d’un conseil municipal qui applique des principes de démocratie participative, et s’éclairent avec Enercoop. La formule fonctionne : le village qui se mourait dans les années 1970 est depuis quinze ans en pleine renaissance. La preuve qu’on peut vivre autrement. Reportage.

tremargat 1

Un samedi matin gris de novembre. Il pleut des cordes sur Trémargat, un village des Côtes-d’Armor, perdu au cœur du Kreiz-Breizh (Centre Bretagne). Pourtant, sur la place centrale, une armée silencieuse a adopté le ciré pour uniforme et, bravant les gouttes, ratisse, bine et nettoie les parterres de fleurs. « On organise un chantier participatif pour terminer l’aménagement du bourg, explique Yvette Clément, la maire, une brouette à la main. Nous, on s’occupe des espaces verts, et une autre équipe, installée sous un hangar plus loin, construit six bancs en bois qui seront installés sur la place. »

L’initiative est loin d’être une première : l’an dernier, le centre du village a été totalement transformé grâce à la participation d’habitants bénévoles. « C’est une idée du précédent conseil municipal, raconte Yvette, élue en mars dernier à la tête de cette commune de 180 habitants. Un projet d’aménagement classique, bétonné, avait été proposé par un cabinet. Cela aurait coûté 120 000 euros, soit la quasi totalité du budget annuel. » La mairie choisit alors de faire appel aux bonnes volontés et de créer un théâtre de verdure, au cœur du village. « Les paysans sont venus avec leurs tracteurs, les charpentiers ont construit une pergola. C’est bien plus joli et cela n’a coûté que 12 000 euros ! »

Ce chantier est emblématique de la façon de fonctionner « made in Trémargat ». Ici, l’adjectif participatif n’est pas un vain mot. Il est appliqué à la lettre et décliné dans tous les domaines : politique, culturel et économique. « On pratique la politique du colibri, résume Yvette, en faisant référence à Pierre Rabhi. Chacun fait sa part ! » Tout le monde s’investit, au service de valeurs communes : l’écologie, l’entraide, et la décroissance. Plus qu’une terre, les habitants partagent une volonté de vivre ensemble, autrement.

Des agriculteurs néo-ruraux contre le modèle productiviste breton

C’est dans les années 1970 que Trémargat s’est parée de ses couleurs vertes. À l’époque, le centre Bretagne se vide de ses habitants, et la commune, comme ses voisines, meurt à petit feu. Jusqu’à ce que plusieurs jeunes agriculteurs néo-ruraux s’installent dans ce village pauvre, où la terre est peu chère et disponible. Tous se revendiquent paysans et croient en une agriculture raisonnée, à mille lieues du modèle productiviste breton. Parmi eux, Yvette et son mari, qui ont repris une bergerie de 40 hectares. « On est venus car il y avait des fermes pas chères, raconte-t-elle. On a trouvé ici des agriculteurs qui étaient sensibles à ces questions, on a commencé à réfléchir et travailler ensemble à d’autres solutions pour préserver l’environnement. »

tremargat 2

Séduits par cet état d’esprit qui se diffuse doucement dans la bourgade, de nouveaux venus les rejoignent au fil des ans. Potier, artisans, coiffeur, restauratrice… posent leurs valises pour de bon. Résultat, l’hémorragie démographique est stoppée. Depuis le début des années 1990, la population s’est stabilisée et a considérablement rajeuni, comptant aujourd’hui une trentaine d’enfants. Preuve du dynamisme de Trémargat, la commune ne peut pas satisfaire toutes les demandes de personnes souhaitant venir s’installer !

Des mandats limités dans le temps

Si le terreau était depuis longtemps favorable à l’éclosion de projets différents, il a fallu attendre 1995 pour qu’ils commencent à être menés à grande échelle. Cette année-là, les « nouveaux » remportent la mairie, tenue jusqu’alors par une famille « historique » du village. Ils mettent en place une vraie démocratie participative à l’échelle locale, avec la volonté de promouvoir l’écologie et la solidarité, deux valeurs qui structurent leur mode de vie. Leur première décision est de pratiquer la politique de

Le 23 janvier 2015
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Trémargat, laboratoire d’idées
et de démocratie participative à ciel ouvert

Close

Rejoindre la conversation

DAUPHIN le 30/09/2016 à 17:44

Y A T IL DES PROJETS SIMILAIRE EN REGION CENTRE,

Les réalisations qui nous inspirent – Vers l'écolieu le 06/08/2016 à 12:02

[…] http://www.kaizen-magazine.com/tremargat-laboratoire-dalte…/ […]

Claire de Buttet le 12/02/2015 à 16:45

Merci pour ce bel article... pas à pas c'est possible, ça fait sens et ça fait entrer dans la gratitude attitude ! Yes we can !

mayliszka@me.com le 08/02/2015 à 09:56

Superbe article très complet, approfondi. Trémargat donne envie, au moment où les subventions de l'Etat sont en berne et en baisse "expansive" pour les années qui viennent.
Merci à Marion Guyonvarch qui faisait déjà merveille au Petit Journal en Roumanie...

Yann le 04/02/2015 à 12:08

Y'a t il un mode d'éducation alternative à Tremargat?