Parole de Pierre Rabhi

Pierre Rabhi : « On ne rafistole pas le modèle, on le change ! »

Pierre Rabhi ©Patrick Lazic

Comment changer de modèle et d’échelle ? Dans un contexte où le modèle sociétal est de plus en plus remis en cause, l’agriculteur philosophe Pierre Rabhi invite chaque citoyen à changer radicalement de regard et de conscience pour créer une nouvelle société.

 

Les initiatives qui accompagnent la transition écologique sont-elles suffisantes pour faire évoluer le modèle actuel ?

Il ne sert à rien de rafistoler le modèle actuel, on ne s’en sortira jamais. On ne rafistole pas le modèle, on le change ! Nous devons arrêter cette croissance qui produit la concentration de richesse aux mains d’une minorité et qui appauvrit tout le monde. Lorsque j’ai fait campagne pour être candidat aux élections présidentielles en 2002, j’appelais à la décroissance et à l’insurrection des consciences en s’interrogeant sur quelle planète laisserons-nous à nos enfants, et quels enfants laisserons-nous à la planète ?

Le système actuel nous fait croire qu’en achetant on vivra un moment de satisfaction, mais que se passe-t-il ? On achète une belle voiture, une grande télévision, puis c’est la course en avant, sans fin. Nous sommes dans une société de la surabondance dans laquelle la société est malade.

On ne se pose pas assez la question sur le sens de la vie. Qu’est-ce que vivre ? Est-ce simplement naître, être éduqué à produire et à consommer et ensuite prendre sa retraite ? Est-ce qu’on continue à croire que nous sommes en vie ou est ce qu’on se pose la question : existe-t-il une vie avant la mort ?

 

Quelle serait alors la solution ?

Je pense profondément que la solution est dans le changement de paradigme. C’est pour cela que je parle de sobriété heureuse et de puissance de la modération : en réponse à l’insatisfaction permanente que génère le système de consommation.

En déclinant toutes les utopies concrètes qui sont déjà à l’œuvre dans l’agroécologie, l’éducation coopérative, les énergies, on pourrait s’organiser pour créer une grande coalition. En déterminant d’abord ce qui rassemble, puis en essayant de faire aligner les personnes et les structures sur les mêmes critères. On se rendra compte que nous avons les mêmes aspirations, avec des réponses et des actions diverses. Mais j’insiste sur l’importance de la fédération des consciences.

 

Qu’entendez-vous par fédération des consciences ?

Le temps est venu de penser autrement. Soit on continue à dire moi je suis chrétien, musulman, l’autre athée, juif ou arabe, etc., et chacun reste barricadé dans son système parce qu’il y trouve un confort, soit on dit non on ne se

Le 18 décembre 2018
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Pierre Rabhi : « On ne rafistole pas le modèle, on le change ! »

Close

Rejoindre la conversation

Kaizen Magazine le 26/12/2018 à 12:03

Bonjour Boris.
Il y a deux points dans ce que vous dites. Colibri et le Hameau des Buis. Colibri est une ONG qui a reçu l'accord de l'Etat français pour délivrer un rescrit fiscal lorsque des personnes font des dons et il n'y a aucun lien de parenté entre les membres ( dirigeants, créateurs, donnateurs, etc) et Pierre Rabhi. Colibri ne recèle donc pas de népotisme ou dérive sectaire. Pour le Hameau des Buis, certes c'est une des filles de Pierre Rabhi qui est à l'origine du projet. Mais peut on reprocher à des enfants de s’inscrire dans les pas de leurs parents ? Suivre leurs valeurs ? Reproche-t-on à Louis Chedid de faire du népotisme avec son fils Mathieu ? Ou à Jacques Delors avec sa fille Martine ? Le népotisme est le fait de favoriser "ses parents", le hameau des buis s'est construit sur un projet porté par sa fille, mais élaboré, réalisé avec des "volontaires" pour y vivre et / ou les accompagner dans ce projet d'éco-hameau. Comment qualifier un éco-hameau où des gens vivent librement de "dérive sectaire" ? . Après comme tout groupe constitué, il peut y avoir des tensions, incohérences, etc. mais entre nous ce n'est pas tout à fait la même chose :-)

Boris D. le 21/12/2018 à 21:46

Cela fait quelques années que je suis de loin le mouvement colibri.

Ce qui m'a dérangé dans ce que j'ai pu lire dans l'article du monde diplo et dans la réponse apportée dans le lien que vous avez cité est le côté sectaire que peut prendre le mouvement et le côté pas net du Hameau du Buis.

Peut-être que mon commentaire était un sec et court, mais j'avoue faire partie des personnes qui se cherchent encore. Tiraillé entre mes convictions, la société dans laquelle nous vivons et les urgences (climatiques) auxquelles nous allons (nous et nos enfants) allons devoir faire face.Ce qui me dérange dans la réponse que vous citez est le côté inattaquable de M Rabhi. De son clan. J'avoue pensé qu'une grosse partie des problèmes que nous rencontrons aujourd'hui vient du népotisme dans lequel nous vivons. Appendre que le Hameau et tout ce qui entoure M Rabhi sont détenus et gérés par ces enfants me fait penser qu'il reproduit le système qui nous mène dans le mur.

Kaizen Magazine le 21/12/2018 à 16:47

Bonjour Boris. Oui nous connaissons cet article. Mais il se trouve aussi que nous connaissons Pierre Rabhi ! Et incroyable comme tous les êtres humains, Pierre n'est pas un saint ! mais entre sa part humaine, donc imparfaite et le manque de travail journalistique de cet article, nous arrivons encore à trier le grain de l'ivraie . En tout cas merci d'avoir posé ça la, ça permet de dialoguer. Quelques éléments pour la réflexion https://fabrice-nicolino.com/?p=4615 et https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/Beaucoup-bruit-rien-defense-chiffree-factuelle-Pierre-Rabhi-2018-09-27-1200972009

Boris D. le 21/12/2018 à 14:33

Un articles éclairant sur le personnage...
https://www.monde-diplomatique.fr/2018/08/MALET/58981