Agriculture et Mouvements citoyens

« Nous voulons des paysans », le nouvel appel de Fabrice Nicolino après « Nous voulons des coquelicots »

Par Lio Viry, le 7 octobre 2020



Après deux ans de lutte et de mobilisation, le mouvement des coquelicots initié par Fabrice Nicolino touche à sa fin. Mais le journaliste ne compte pas en rester là. À travers un nouvel appel – « Nous voulons des paysans », lancé le 10 septembre, celui qui bataille pour l’interdiction de tous les pesticides espère maintenant éveiller les consciences en faveur d’une sortie de l’agriculture industrielle. Entretien.

 

Deux ans après le lancement du mouvement « Nous voulons des coquelicots » et ses 1 135 134 signatures récoltées en faveur de l’interdiction des pesticides, vous publiez un nouvel appel nommé « Nous voulons des paysans ». Pourriez-vous nous en dire un peu plus ?

Cet appel, extrêmement ambitieux est assez simple en vérité. Il s’agirait de créer un raz-de-marée démocratique en faveur d’une sortie en dix ans de l’agriculture industrielle. Plus précisément, il s’agirait d’aider les paysans à se diriger vers un système plus vertueux, qui ne les écrase pas, en passant un contrat avec eux de façon à ce qu’ils puissent en sortir dans la dignité et dans de bonnes conditions morales et matérielles. À cela vient également s’ajouter notre volonté d’installer un million de paysans nouveaux à la campagne. C’est l’aspect le plus ambitieux à mettre en place. Il faut les trouver et cela exige un sursaut collectif et historique de la société française. Il s’agit là de voir si on est assez volontaire et suffisamment désireux de changer les choses pour obtenir ce que l’on veut. Un million de paysans nouveaux à la campagne en dix ans, ça changerait radicalement le visage de la France.

C’est-à-dire…

Disons que la France, pour de multiples raisons, est aujourd’hui malade. Le pays a été spatialement pensé au début des années 60 comme un réseau de grandes villes reliées par des autoroutes et des lignes TGV. C’est une vision extrêmement technocratique et économiciste. Le résultat est affreux, car en dehors des grandes villes, nous avons toute une France qui a été radicalement oubliée et qui voit ses services publics et ses commerces disparaissent les uns après les autres. C’est une


© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

« Nous voulons des paysans », le nouvel appel de Fabrice Nicolino après « Nous voulons des coquelicots »

Close

Rejoindre la conversation