Agriculture biologique

Lydia Bourguignon : « L’agriculture est la seule source de richesse qui soit »



Dans les années 1970, Claude et Lydia Bourguignon ont été parmi les premiers scientifiques à alerter l’opinion publique sur la diminution de matière organique dans les sols. Leur dernier ouvrage, Manifeste pour une agriculture durable (Actes Sud, 2017), propose de réactualiser la définition de l’agriculture afin de garantir une terre fertile. Entretien avec Lydia Bourguignon.

Lydia Bourguignon

Pourquoi est-il fondamental de maintenir des sols vivants ?

Le sol héberge la vie. Il est la base de la pyramide du vivant. Lorsqu’il accueille une bonne activité biologique, la faune – composée de collemboles, acariens, mille-pattes, cloportes, vers de terre – transforme et remonte les éléments (feuilles mortes, bouts de bois, excréments). Ce mouvement garantit un sol de surface en « couscous », offrant un enracinement profond pour les plantes et une bonne perméabilité du sol (l’oxygène et l’eau pouvant y pénétrer facilement). Vivante, la terre boucle le cycle sol-plante, ce qui évite les fuites de nitrates, phosphates, sulfates et chélates – substances indispensables pour les végétaux ­– dans les nappes phréatiques et les cours d’eau.

A contrario, un sol pollué et en mauvaise santé entraîne une pollution de l’eau voire de l’air. La diminution de biomasse mène alors à une perte d’argile, de limon, et à un sol mort, condamné à l’érosion. Globalement, si l’agriculteur perd la maîtrise de ses sols, il risque une forte dépendance vis-à-vis de la fertilisation de synthèse proposée par les multinationales. D’autant plus que ces dernières ont déjà mis

Le 28 mars 2017
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Lydia Bourguignon : « L’agriculture est la seule source de richesse qui soit »

Close

Rejoindre la conversation

Jardinerfuté le 26/04/2017 à 19:15

Claude et Lydia Bourguignon font un travail remarquable !
Je ne savais pas qu'un nouveau livre était sorti cette année, je vais m'empresser de l'acheter. Ils sont toujours très instructifs.

Cette interview est d'une grande justesse. Je rejoins l'avis de Lydia Bourguignon, les mentalités évoluent, beaucoup retourne en campagne pour retrouver ce contact avec la nature. De nombreuses personnes se lancent dans le maraîchage biologique (permaculture, agroécologie etc). Ils suffit de voir le nombre de personnes à chaque portes ouvertes de la Ferme du Bec Hellouin par exemple !

Je partagerai avec grand plaisir cette interview sur ma page facebook !

suzanne le 19/04/2017 à 12:02

"L'agriculture est la seule source durable de richesse qui soit." Pour moi cela a toujours été une évidence. Nous avons tous besoin de manger, tout ce que nous mangeons vient des végétaux (sauf les produits de la mer... et encore, ça dépend). Une production alimentaire de qualité est déterminante pour la santé de la population, pour la paix en général. Respecter la nature, respecter les sols, redonner à la Terre qui nous nourrit, ça me paraît être l"évidence. Malheureusement, nous sommes beaucoup dans les villes à êtres totalement séparés des cycles de la nature. Restaurer le lien avec la nature est urgent! merci pour cet article

Kaizen, média positif le 30/03/2017 à 13:25

Bonjour , nous avons changé le titre... Bien que cette question fasse débat parmi les experts : http://www.question-orthographe.fr/question/lamour-est-la-plus-belle-chose-quil-soit-ou-lamour-est-la-plus-belle-chose-qui-soit/

Blanchard le 29/03/2017 à 19:14

Merci!

VISAGE le 28/03/2017 à 16:05

Merci pour cet article sur ces deux personnages charismatiques pour la restauration de la nature. Chaque jourbest un pas en avant et j'espèrr de tout coeur que l'homme retrouve la raison.

gendras le 28/03/2017 à 14:15

Attention au titre ! Ce n'est pas "qu'il soit" mais "qui soit" : "qui" reprenant l'agriculture, sujet de "soit" (sous entendu une richesse)