Agriculture

La poule : l’animal de compagnie zéro déchet



Les poules ont la cote en France. L’agglomération de Versailles a décidé d’en distribuer 400 à ses habitants pour les sensibiliser à la réduction des déchets. L’objectif : éliminer 60 tonnes de déchets par an. L’occasion également d’éduquer les enfants à la nature sans être à la campagne.

Une poule élimine 150kg de déchets par an
Une poule élimine jusqu’à 150 kg de déchets alimentaires par an © pixabay

La tendance à la poule de compagnie débarque dans les mairies françaises. Le 3 avril dernier, l’agglomération de Versailles lançait une expérimentation : confier deux poules à 200 familles qui s’engagent à en prendre soin pendant au moins deux ans. A travers cette opération, l’agglomération sensibilise ses habitants à la réduction des déchets. Les conditions ? Disposer d’un jardin individuel, acheter un poulailler et s’engager à bien traiter les animaux. Un livret a été édité pour guider les habitants. Il retrace le b.a-ba des bonnes pratiques à adopter. Les Versaillais payent 10 ou 35 euros selon le couple de poules choisies, viennent s’ajouter à cela, les frais d’alimentation et d’habitat. Chaque poule devrait ainsi permettre d’éliminer jusqu’à 150 kg de déchets organiques par an.

Qu’elle soit rousse ou qu’elle soit noire, la poule est presque omnivore. Elle mange tout ce que nous ne mangeons pas. Avec deux poules dans son jardin, une famille de quatre personnes peut réduire d’un tiers le volume de ses déchets.

L’adopter ce n’est pas seulement réduire ses déchets. Entre coquilles, fientes et œufs frais, la poule s’auto-recycle. Avec la fiente récoltée, vous obtenez un excellent engrais écologique, bon marché et de qualité. Dans le potager, les coquilles d’œufs broyées enrichissent le compost et empêchent limaces, escargots et vers de s’installer. En échange ? Nettoyez régulièrement le poulailler et donnez-leur une poignée de céréales par jour.

Recycler et responsabiliser les enfants

« C’est une façon d’accueillir un animal de compagnie avec une démarche écologique et responsable » explique Aurore. Au fond de son jardin, on aperçoit trois poules : Black, Bateau et Flash. Chaque enfant est responsable de l’une d’entre elles. Tous les jours, ils pratiquent le même rituel : ouvrir le poulailler, vérifier l’eau et les graines, apporter les déchets de la journée avant de refermer l’enclos. Au matin, une récompense les attend : des œufs frais et de qualité. Chaque poule pond entre 220 et 250 œufs par an.

Chaque enfant s'occupe de sa poule : Black, bateau ou © Aurore Gérigné
Bateau, Black et Flash, les trois poules adoptées par une famille versaillaise © Aurore Gérigné

« En terme de pédagogie, s’occuper d’un animal responsabilise les enfants. C’est éducatif, facile et à leur portée. Il s’agit aussi de montrer qu’un œuf ne sort pas du supermarché. C’est une façon de les éduquer à la nature sans être à la campagne. » poursuit la jeune femme. Pourquoi la poule perd ses plumes ? Comment sont faits les œufs ? Autant de questions auxquelles les enfants trouvent des réponses au fil des jours.

Trois semaines après l’arrivée des gallinacés, les poubelles diminuent. Un nouveau bac de tri s’est invité dans la cuisine. Ce mélange d’épluchures et de restes alimentaires, les poules le picoreront dans la journée. Elles aiment tout : viandes, légumes, poissons ou céréales. Attention, certains aliments sont à bannir. Les peaux d’oignons, les feuilles de poireaux, les pelures de banane, d’agrumes et de kiwis et les restes trop salés ou épicés ne doivent pas être distribués. Si elles les consomment, elles risquent une indisposition ou une intoxication plus ou moins grave.

Mauvaises odeurs, bruits et fientes encombrantes, nombreux sont les clichés. L’adoption de plusieurs poules peut être l’occasion de sensibiliser son entourage aux bienfaits d’un poulailler. « Au fond du jardin, ni le bruit ni les odeurs ne nous parviennent. Lorsque nous en parlons autour de nous, nos proches trouvent la démarche surprenante et finalement après quelques explications, ils y adhèrent. C’est une façon de sensibiliser et de contredire les clichés. » conclut Aurore.

L’agglomération de Versailles renouvelle la distribution de poules le 28 mai prochain. L’adoption de poules se généralise en France. Les mairies de Barsac en Gironde, de Saint-Prix en Val d’Oise, de Chatillon en Hauts-de-Seine, de Foulayronnes en Lot-et-Garonne et de Pincé dans la Sarthe se sont également lancées dans l’opération. Et si les moutons arrivaient en ville pour tondre nos pelouses ?

Jessica Robineau

© Kaizen, construire un autre monde… pas à pas


Lire aussi : Les plaisirs du poulailler collectif

Lire aussi : Brooklyn, l’art du recyclage

Boutique : je passe à l'acte !

France - 1 abonnement - 1 an - 6 numéros

34,00 €

Débuter son potager en permaculture - Acte 1

8,00 €

Faire progresser son potager en permaculture - Acte 2

8,00 €

Faire connaissance avec les légumes

10,00 €

En lien avec le sujet

contenu abonnés
contenu abonnés
| Agriculture biologique

Achetons mieux, achetons groupé

La poule : l’animal de compagnie zéro déchet

Close

Rejoindre la conversation

Alain le 10/03/2017 à 07:29

Y a pas que les poules qui mangent nos restes, les lapins aussi, par contre eux ne donnent pas d'oeufs, on peut même avoir un clapier sur un balcon ou dans la cuisine si elle est grande.

Feyeux le 21/09/2016 à 12:00

Mam et Pap et Poulettes...

Guillaume le 25/06/2016 à 09:11

Bien vu pour les chiffres.
ce serait aussi intéressant de voir combien de compost et de légumes on pourrait faire avec tous ces déchets organiques, et comparer aux oeufs produits. instinctivement, je dirais que le rendement déchet vers nourriture est meilleur en réduisant les intermédiaires.

chouf le 10/05/2016 à 16:57

Il me semble que la réglementation est propre à chaque ville. Renseignez-vous auprès de votre mairie ! :)

Gérald Bouillaud le 09/05/2016 à 12:12

Nous avons un poulailler chez nous et nous disposons d'une dizaine de pondeuses avec des poules disons ordinaires et deux coqs. C'est un investissement réellement rentable et nous sommes assez fier de notre élevage. C'est également une manière de faire découvrir aux enfants ce qu'est avoir une responsabilité en les affectant à quelques tâches quotidiennes.

CROCHU le 09/05/2016 à 11:03

Bonjour,
Un de mes voisins me dit qu'il est interdit d'avoir des poules chez soi quand on est en ville, même avec une maison avec terrain.
Sauriez-vous me dire quelle est la réglementation exacte en la matière ?
D'avance merci

ben le 08/05/2016 à 21:20

Le chiffre de 60T pour 200 familles me parait très exagérer ! Cela représente une réduction de 300kg par an et par ménage. Quand on sait que les déchets ménagers représentent entre 350 et 400kg par an par ménage je ne peux pas croire que les déchets organiques soit aussi important. Si tel est le cas il faut revoir votre mode de consommation !

http://www.cniid.org/Les-dechets-en-France-quelques-chiffres,151
http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/s/dechets-menagers-assimiles.html

Begue le 08/05/2016 à 09:16

Nous sommes 3 à la maison et nous avons 6 poulettes et un seule coq.
Je confirme , c'est un très grand plaisir de les avoir , elles ne font pas de bruit , picore toute la journée dans un espace avec de la terre , du gazons et des arbres , elles sont au paradis chez chez nous , mon plus grand plaisir c'est de prendre les œufs et de les remercier avec une récompense ... Pâtes , riz et autres petits reste de nos assiettes
Par contre elles détruisent tous mes bananiers en picorant la chair des troncs , il faut prendre soin tout simplement de les protéger si on veut des bananes
Merci pour votre article

devers le 07/05/2016 à 19:10

J ai adopté 4 poules. Mais pour entretenir la pelouse je possède aussi de charmants moutons nains de race ouessant. Mais la réglementation avec déclaration des le premier ovin ou caprin ne facilite pas les choses. Les raisons oucles d oreille sont aussi grose que les oreilles et elles les abime. Membre de l Asso GEMO veritable( Groupement des Éleveurs de Muton d Ouessant)

Octo le 05/05/2016 à 14:09

La poule est effectivement l'animal rural (et citadin !) qui perdure dans nos campagne. C'est agréable de voir qu'elle peut reprendre une place essentielle, tant au niveau pédagogique qu'utilitaire.