Agriculture biologique

États généraux de l'alimentation : 34 ONG dénoncent le quasi-arrêt des aides à l'agriculture biologique

Les Amanins - Centre agroécologique (Drôme). © Patrick Lazic

Alors que les États généraux de l’alimentation devraient accompagner la transition agricole, 34 ONG mobilisées ont rédigé une tribune pour dénoncer la quasi absence d’aide à l’agriculture biologique. Créatrice en emplois locaux et non délocalisables, capable de réduire l’impact agricole sur le climat et plus résiliente, la bio est une solution d’avenir qui fait déjà ses preuves. Pour répondre aux attentes citoyennes et ne pas céder aux lobbies, les ONG interpellent le gouvernement.  

Quel secteur économique peut se targuer d’une croissance continue ces dix dernières années, d’un véritable engouement des consommateurs et d’un soutien constant des citoyens ? Sous l’effet des crises systémiques frappant le milieu agricole, l’agriculture biologique connaît un succès qui ne se dément pas. Chaque jour, ce sont 21 fermes qui se sont converties à la bio en 2016. Entre 2001 et 2016, le nombre de fermes produisant une alimentation biologique a triplé, passant de 10 364 à 32 264 ! Et les dernières crises agricoles ont encore amplifié ce mouvement de fond. Les surfaces en bio ont cru de 16 % en 2016 en France.

Loin de la dépression qui frappe l’agriculture, la bio a donc le vent en poupe. Et c’est heureux car chaque nouvelle étude vient démontrer et confirmer tout l’intérêt de cette pratique agricole. Pour le bien-être des paysans eux-mêmes et de la rentabilité de leur ferme, pour la santé des consommateurs ensuite ; et surtout pour l’eau, l’air, les sols ainsi que la faune et la flore qui ne sont plus perçues comme des « nuisibles » et autres « mauvaises herbes » à éradiquer mais comme des partenaires sur lesquels construire une nouvelle relation au vivant. Plus résiliente, intensive en emplois locaux et non délocalisables, plus rentable économiquement, capable de réduire l’impact agricole sur le climat, la bio est une solution d’avenir qui fait déjà ses preuves. Échaudés par les crises sanitaires à répétition, les consommateurs se tournent toujours plus nombreux vers des produits biologiques, locaux et de saison. Neuf français sur 10 ont consommé des produits bios en 2016 et 15 % en consomment régulièrement.

Au lendemain de l’ouverture d’États généraux de l’alimentation censés répondre aux attentes citoyennes, le ministre de l’agriculture Stéphane Travert semble avoir cédé aux exigences de certains lobbies œuvrant pour que rien ne change. En effet, la France doit notifier avant fin juillet à la Commission européenne le niveau de financement qu’elle compte prélever dans le

Le 30 juillet 2017
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

En lien avec le sujet

contenu abonnés
| Agriculture biologique

Achetons mieux, achetons groupé

contenu abonnés
| DIY Produits d'entretien

Réaliser un tawashi

États généraux de l'alimentation : 34 ONG dénoncent le quasi-arrêt des aides à l'agriculture biologique

Close

Rejoindre la conversation

Marc Perrel le 25/08/2017 à 20:50

Petite précision : en mars 2017 le processus était déjà en route.
l'aide d'état à l'Agri-bio se décompose en un aide à l'installation et une aide au maintient. Les orga (FNAB...) ont obtenu un effort sur l'aide au maintient (après la période critique des 3 ans de la certification). La différence est que l'état versait ces aides aux opérateurs syndicaux/associatifs (Ex ARDAB, déclinaison Rhone-Loire de la FNAB signataire), et que maintenant elle est versée aux chambres d'agriculture, qui deviennent opérateurs/distributeurs d'aides avec le peu de moyens supplémentaires et les pertes en ligne que l'on connait. D'où cette impression de moins de subventions. Elle est réelle en plus, en Waukiez-village, avec le transfert du concept "bio et local, c'est l'idéal" en "local" pour la restauration collective des lycées.

Belayati le 06/08/2017 à 22:56

Mesdames et Messieurs les gouvernants,
UN PEU DE BON SENS SACREBLEU !
Une nourriture saine et naturelle sans pesticides, sans OGM, sans pollution est source de vie ! vous faut-il plus de maladies chroniques, plus de cancers, plus de dépressions pour vous posez les bonnes questions ? Encourager une agriculture Bio c'est juste encourager la pérennité de notre espèce!

Renaut le 02/08/2017 à 01:56

merci les moutons qui les ont mis au pouvoir !!!!!! dégoutée

TZ le 01/08/2017 à 08:59

Mais que croyaient donc ceux qui ont voté Macron pour ces élections ? Pas de programme, aucun mot sur l'écologie, un parcours de technocrate et de pantouflage : tout était réuni pour obtenir le pire d'une politique néolibérale.

Ce système ne pense pas au bien commun, juste à ce qu'il est possible d'obtenir de plus chaque année sur ce que produit la Terre et ce que produisent les hommes.

Le quinquennat Macron ne fait que commencer, et nous pouvons déjà faire un assez bon constat sur la direction prise : destruction des droits, destruction de la solidarité, destruction de l'environnement. Il est urgent de réagir.

Giraud le 31/07/2017 à 01:28

Inadmissible!

mergault le 31/07/2017 à 01:20

Merci à vous tous. Pour votre mobilisation. Vous aurez aussi celle des consommateurs que nous sommes. Un petit signe particulier à Stéphanie Pageot : nous avons la chance d'apprécier, en Nord Vendée, les excellents produits de sa ferme .

Delval le 31/07/2017 à 00:00

Je me dis qu'il est important que le sol soit rendu à ceux qui y vivent et qui en vivent. Au risque sinon, dans quelques années, de devoir acheter nos fruits, légumes et céréales à des pays pour qui le bio n'est pas qu'un pari sur l'avenir mais une nécessité vitale pour envisager un avenir serein....Des pays dont on se moque aujourd'hui, pourraient bien devenir les plus puissants du monde car devenus incontournables pour faire face à la pénurie alimentaire mondiale....et je leur souhaite de tout cœur