Chronique de Pascal Greboval

Elections européennes : du bleu marine au vert d’espoir ?

Europe Verte ?

Il y a sans doute autant de grilles de lecture que d’électeurs après cette élection européenne. Il fut un temps où je me serai abstenu. Alors pourquoi aujourd’hui vouloir faire entendre ma voix. Parce que j’entends, certains hurler devant le score du Rassemblement National. C’est une façon possible de réagir.  On peut aussi tourner la caméra et envisager d’autres points de vue. Par exemple additionner les candidats qui avaient un programme au service de l’environnement.  On arrive à environ 18 %. Avec notamment une forte mobilisation des jeunes pour cette conception. Et en regardant par-dessus les frontières, le score de 22 % des Verts en Allemagne, nous laisse percevoir une dynamique à entretenir, développer.

On peut aussi penser, sans trop prendre de risque, que les personnes qui ont voté Jordan Bardella sont en majorité ceux qui se sentent exclus des politiques, européennes et françaises. Pour résumer les électeurs RN sont ceux qui subissent la crise sociale de plein fouet. J’ai la faiblesse de penser que les xénophobes pures sont rares et surtout peuvent être convertis. Que ce soit pour des raisons de race (ce qui n’existe pas dans le genre humain) ou de crise sociale, leur choix électoral est la conséquence de politiques néolibérales qui laissent sur le côté, les plus fragiles ; qui mettent sur les routes, les premières victimes des crises écologiques et sociales.  Ces politiques qui pillent les ressources de la terre pour satisfaire son besoin de croissance. L’enjeu, dans les mois, les années à venir est de faire comprendre à ces électrices, électeurs, que l’écologie, la science de « la maison, l’habitat » a pour objectif de protéger, prendre soin de notre maison commune, et de ses habitants. Électrices et électeurs RN compris ! Pourquoi n’y serait-il pas sensible ?

Inspirons nous des exemples concrets

Utopiques ? pas sûr ! Damien Carême à Grande Synthe (Haut de France) est un très bon exemple : Depuis son élection au poste de maire, il démontre qu’il est possible de conjuguer social et écologie. On peut citer aussi Loos en Gohelle (Haut de France) , la commune administrée par Jean-François Caron où l’on vote vert en majorité alors qu’à 20 Km (Henin Beaumont), on vote RN . Même territoire, même histoire, mais autre vision, autre façon de vivre ensemble !

Outre le débat des idées à faire migrer, du bleu marine au vert d’espoir, un autre combat est à livrer. La guerre des égos ! Qui peut en même temps, explorer, proposer des solutions, écologiques et sociales, fédérer autour d’un unique projet : Yannick Jadot ? Claire Nouvian ?  Nicolas Hulot ? Cyril Dion ? Ou le temps est-il venu d’un projet porté par un collectif ?

Cette réflexion n’est pas à négliger, que ce soit par les représentants et les représentés. Elle est même essentielle. Les représentés sont-ils disposés à ne plus croire à la femme, l’homme providentiel-le ?  Les représentants sont-ils prêts à écouter, dialoguer, et diriger au nom du bien commun, pour le bien de tous ?

On le sait, le facteur humain est un facteur complexe à gérer. Je n’ai aucune réponse précise à cette heure, mais si demain, nous voulons vivre dans une maison, la Terre, en paix, le chantier commence ce matin.

Europe Verte ? / Kaizen magazine chronique

Aller plus loin

En lien avec le sujet

Le pouvoir d'agir ensemble, ici et maintenant

20,00 € Voir le produit

Elections européennes : du bleu marine au vert d’espoir ?

Close

Rejoindre la conversation