Solidarités

Une école à ciel ouvert pour réfugiés



Reportage photo initialement publié sur le journal minimal.

Ils ont dû tout quitter, mais l’espoir peut encore se lire dans leurs yeux. « Ils », ce sont « ces réfugiés » – dont nous parlons au pluriel malgré leurs parcours singuliers – qui, sur le bitume de Paris, ont pu suivre un cours de Français donné par un bénévole de l’association BAAM. Le photographe-militant Eric Coquelin a documenté ce beau moment de transmission.

1 2 3

Le 10 novembre 2016
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Une école à ciel ouvert pour réfugiés

Close

Rejoindre la conversation

LANGOHR le 21/12/2016 à 21:10

Magnifique! On peut voir dans tous ces yeux que ces personnes sont accueillies avec respect,amour!

LANGOHR le 21/12/2016 à 21:06

C'est magnifique! On peut voir dans leurs yeux qu'ils sont accueillis avec respect, avec amour! Bravo!!!

Louise le 14/11/2016 à 08:59

Non, les cours sont ouverts à tout le monde.
Il se trouve que les femmes et les enfants sont un peu plus rapidement relogés - ce sont donc les hommes qui restent dehors massivement, et se trouvent donc en masse dans les cours de rue.

Coquelin le 14/11/2016 à 01:45

Bonsoir,

Cette question revient souvent et j'ai longtemps hésité à y répondre. Non pas que je ne dispose pas d"éléments pour satisfaire votre juste curiosité, mais tout simplement parce que chaque élément de réponse mériterait un développement.
Car, ce n'est pas si simple, et je n'aime pas trop les raccourcis, avec les risques d'interprétations qui vont avec.

En espérant que vous me pardonnerez d'être assez "expéditif", par manque de temps ...

En réponse à votre question : l'association BAAM propose également des cours pour les femmes. A l'instant où j'y étais, 4 femmes y assistaient. Voilées, et je savais très bien qu'il n'était pas question de les photographier (respect).

Comprendre (faits objectifs) que la condition des femmes, dans les régions dont sont issus les "migrants", n'est pas ... Comment dire ... Une priorité (doux euphémisme). L'accès à l'éducation, par exemple ...

De plus, à Paris, de nombreuses femmes, avec leurs enfants, ont fait l'objet d'une prise en charge "rapide" (il reste à discuter la nature de la prise en charge).

Cordialement,

Eric Coquelin (le photographe)

VJ le 12/11/2016 à 22:32

C'est que dans cet accueil de Paris, ne sont accueillis que les hommes! D'où le public...

Anonyme le 11/11/2016 à 16:44

N'y a-t-il que des hommes qui peuvent participer ? Je ne vois aucune femme ni aucun enfant.