Éducation et Pédagogie

Dormir sans larmes : pour un sommeil apaisé des bébés



Spécialiste du sommeil chez les enfants et membre de l’Observatoire des droits de l’enfant de Catalogne, la psychologue espagnole Rosa Jové va à l’encontre des idées reçues. Dans son livre Dormir sans larmes (Les Arènes, 2017), elle propose avec douceur et humour, des solutions aux parents inquiets, pour accompagner avec bienveillance les tout-petits dans leur construction du sommeil.

Dans votre livre, vous expliquez pourquoi il ne faut pas laisser pleurer les bébés, qualifiant même cette méthode de « torture ». Comment expliquez-vous l’utilisation de ce terme ?

Les parents doivent être conscients que c’est terrible de laisser pleurer un enfant, au même titre que n’importe quelle personne de n’importe quel âge. Si ma mère, mon frère, une amie a un problème, je vais l’aider, peu importe l’heure du jour ou de la nuit. Quand un bébé pleure, c’est qu’il demande quelque chose dont il a besoin.

De plus, laisser pleurer un enfant provoque toujours, à des niveaux plus ou moins élevés, des traumatismes et des problèmes sur le long terme. Or, il existe d’autres méthodes pour bien faire dormir les bébés, sans pleurer ! Il est important de dire aux parents que tous les bébés finiront tous par bien dormir ! Un jour… (rires). Même si cela peut demander de la patience.

Vous affirmez  qu’ « endormir un enfant est un art qui s’est perdu ». Pourquoi et que faire ?

En tant que mammifères, il est très important que les bébés dorment avec leurs parents, des frères et sœurs, etc., dans la même chambre ou dans le même lit : l’important c’est la proximité de l’autre. C’est la forme la plus normale et la plus facile pour que les bébés dorment bien, car ils ont besoin de cette présence et de cette proximité. Dormir à côté de quelqu’un est quelque chose d’important, tout au long de la vie. S’ils sont en groupe, les mammifères ne feront jamais le choix de dormir seul.

Moi-même en tant que fille d’une famille nombreuse, je n’ai jamais eu de chambre seule. Quand j’étais bébé je dormais avec mes parents, puis avec ma sœur, car il n’y avait pas assez de chambres pour tout le monde. Puis, je suis mariée et je partage désormais mon lit avec mon mari ! (rires) 

E

Le 13 juillet 2017
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Dormir sans larmes : pour un sommeil apaisé des bébés

Close

Rejoindre la conversation

paul le 26/07/2017 à 15:36

Je suis assez d'accord... Et le père dans tout ça?
J'ai l'impression que cette dame se base sur sa propre expérience dont elle essaie de faire un modèle. Pas d'accord avec celui ci pour ma part.

Smidge le 25/07/2017 à 04:35

ces propos sont sexistes, et sont loin de faire l'unanimité