Culture & Solidarités

Une oasis urbaine pour sans domicile fixe

le-square-saint-laurent-une-oasis-urbaine-pour-les-sans-abri

Le square Saint-Laurent, à Paris, était abandonné, squatté et dégradé. Grâce à la mobilisation de riverains et de l’association Emmaüs, il est devenu une oasis. Les sans-abri y trouvent un refuge et y cultivent un jardin partagé de 350 m².

8 juillet 2015, c’est la deuxième fête annuelle du jardin Saint-Laurent, organisée par Emmaüs. Les SDF prennent tour à tour le micro. Avec plus ou moins de talent, ils entonnent un large répertoire de chansons dont L’Hymne de nos campagnes et My Way. Derbouka, guitare sèche et ukulélé accompagnent ces chanteurs et chanteuses d’un après-midi.  Les applaudissements fusent et les rires éclatent. Les notes, amplifiées par des enceintes, s’envolent et arrêtent quelques passants, intrigués par le spectacle.

Après avoir improvisé une chanson de reggae, Michael, un SDF de 31 ans, se confie : « Je viens tous les mardis après-midi. Je passe du temps avec l’équipe d’Emmaüs et certains résidents du quartier. »

Mélisse citronnelle

La musique vibre, même à travers des parcelles où poussent en silence tomates, pommes de terre, topinambours, cornichons, haricots verts, choux, roquette, plantes aromatiques – thym, mélisse citronnelle, sarriette –, courgettes, potirons, radis, tournesols et roses trémières.  Toutes sont le fruit du labeur des sans-abri, des riverains et de l’équipe d’Emmaüs. Cela fait trois ans qu’ils œuvrent collectivement au plantage des graines, à l’arrosage des plants et à l’entretien de ce jardin partagé. Séverine Robic, une habitante du quartier, impliquée depuis le début dans le projet, témoigne : « Qua

Le 16 juillet 2015
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Une oasis urbaine pour sans domicile fixe

Close

Rejoindre la conversation