Eaux

Route de l’océan, une entreprise de cosmétique sensibilise à la pollution plastique

Par Charlène Dosio & Clara Jaeger, le 30 juillet 2020

© Clara Jaeger

Pour la quatorzième étape de son voyage le long de la côte Atlantique, l’équipage de La Route de l’Océan a mis les voiles le 23 juillet en direction de Saint-Lunaire, en Bretagne. Initié par la marque de cosmétiques éco-responsable Umaï le 13 juillet dernier, ce parcours de sensibilisation à la pollution plastique a fait escale sur la plage de Longchamp, le temps d’une collecte de déchets. Reportage. 

« 12 kilogrammes !, s’exclame Benoît, co-fondateur de l’association Escale Bretagne, à nous dix, on a ramassé 12 kilos de déchets ! ». Autour de lui, sur la digue de la plage de Longchamp, à Saint-Lunaire, la dizaine de bénévoles présents à cette nouvelle escale de La Route de l’Océan semblent stupéfaits. En consacrant leur matinée au nettoyage de cette petite plage d’Ille-et-Vilaine, à quatre kilomètres de Dinard, aucun d’entre eux n’estimait ramasser plus de cinq à huit kilogrammes de déchets : « À première vue, la plage a l’air propre, note Célia Favre, l’une des co-fondatrices de la marque « à impact » de cosmétiques éco-responsables Umaï, mais dès qu’on se penche un peu, on trouve tout un tas de morceaux de filets de pêche et de petits plastiques, mêlés aux algues. »

Après plusieurs tables rondes, temps de médiation et une première collecte de déchets organisés au fil des dix-sept étapes de La Route de l’Océan, Célia et sa collègue Claire se sont jointes à l’association d’éducation à l’environnement Escale Bretagne et à la Fondation de la Mer, pour nettoyer la plage de Longchamp. Deux collectifs œuvrant également à informer et militer contre la pollution plastique. Véritable parcours de sensibilisation à la pollution plastique le long du littoral Atlantique, Umaï a su s’associer à des associations telles que Surfrider et European Research for Sustainable Development, pour la première édition de leur Route : « Au vu de la crise sanitaire, on s’est dit que tout le monde serait sur les plages cet été en France, explique Célia, c’était donc le bon moment pour aller à la rencontre des vacanciers et locaux pour échanger avec eux sur ces problématiques. » 

Je m’abonne pour 1 an et 6 numéros à partir de 28€

Certains bouts de plastique sont minuscules et nécessitent une recherche minutieuse parmi les algues. © Clara Jaeger

Pendant près d’une heure, c’est dans le sillon des explications de Benoît, gants aux mains et pieds dans le sable, que locaux et vacanciers ont collecté un nombre d’emballages


© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Route de l’océan, une entreprise de cosmétique sensibilise à la pollution plastique

Close

Rejoindre la conversation