Roubaix invente la ville sans déchets



Comment faire pour qu’une ville devienne propre ? Inviter des familles volontaires à réduire leurs déchets, par exemple. Le défi Zéro déchet mis en place en 2014 par la municipalité de Roubaix, dans le Nord-Pas-de-Calais, a permis d’enclencher une dynamique vertueuse et est devenu un modèle pour le reste de l’Hexagone. Reportage au pays des Z’héros déchet.

zéro déchets Roubaix
Le marché de la Grand’Place s’est mis à l’heure Zéro Déchet. © Facebook.com/mairie.roubaix

« La politique du zéro déchet évite d’augmenter le nombre d’agents de propreté et elle mobilise au-delà des cultures et des identités : cela donne un élan à la ville », analyse Alexandre Garcin. Issu d’un mouvement citoyen constitué lors des élections municipales de 2014, ce nouveau venu en politique a rejoint la liste de Guillaume Delbar, avec la condition que le candidat – devenu maire – instaure une politique de réduction des déchets. L’élection gagnée, l’opération Zéro déchet a pu commencer. Sur la base du volontariat, pour ne rien imposer, 101 familles roubaisiennes ont été recrutées. La municipalité a lancé un appel sur Internet et diffusé l’information grâce aux associations de la ville. « Les foyers qui se sont engagés ont eu droit à une réduction de 50 % sur la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Cela équivaut à 150 euros que nous avons versés en bons d’achats valables dans des commerces de la ville agréés “Zéro déchet” », explique Alexandre Garcin, devenu adjoint au maire chargé du développement durable. « J’étais sensible au sujet, indique Marie-Noëlle Vuillerme, trentenaire maman de deux jeunes enfants, mais l’idée de faire ensemble et non pas seule dans mon coin m’a encouragée à me lancer dans ce projet. Et le défi amenait un côté ludique. » En effet, toutes les familles ont reçu une balance pour peser chaque jour leurs déchets.

Pour accompagner ces foyers, quatorze ateliers différents ont été mis en place par la ville, en partenariat avec des associations existantes : « Cela permet de créer une communauté, de faire du chemin ensemble et d’essayer d’aller le plus loin possible vers la réduction des déchets », précise Alexandre Garcin. Ainsi, les citadins ont pu découvrir comment faire du compost : « C’est un atelier où j’ai beaucoup appris, témoigne Loïc Pollet, volontaire enthousiaste, et c’est un levier qui m’a permis de réduire vite ma quantité de déchets. Mes trois enfants se sont aussi beaucoup amusés. » Des zones de compostage ont été installées par la ville et un « maître composteur » a été recruté. Pour aller au bout de cette dynamique, des formations au lombricompostage ont été mises en place. D’autres ateliers, axés sur la vie quotidienne, ont montré aux familles comment fabriquer leurs produits d’entretien et acheter sans emballages. « Chacun est libre de participer ou non à ces ateliers gratuits. C’est à la carte, en fonction de ses besoins », reprend Alexandre Garcin. « J’ai appris à réaliser un gommage avec du marc de café et à coudre des sacs pour les courses dans de vieux draps », confirme Marie-Noëlle. « Même si ma famille et moi ne participions pas à tous les ateliers, savoir que tout cela était possible nous a invités à aller chercher des recettes et des tutoriels sur Internet. Nous avons par exemple fabriqué des shampoings solides, économiques et très efficaces »,

Le 14 juin 2016
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Roubaix invente la ville sans déchets

Close

Rejoindre la conversation

paya le 16/06/2016 à 11:03

Bravo, c'est inspirant, je vais poursuivre cette démarche le plus consciemment possible, merci!

bosc le 15/06/2016 à 22:50

merci pour vos articles positifs Kaizen, ca fait du bien :)