Bien-être

Recycleries sportives : Vive le sport… zéro déchet !

Par Aurélie Dunouau, le 5 avril 2021

Ressourcerie Sport Massy

Collecter, trier, réparer et revendre… En donnant une seconde vie au matériel de sport, La Recyclerie Sportive, réseau associatif de ressourceries spécialisées, tend non seulement vers un « sport responsable et zéro déchet », mais favorise aussi « l’accès au sport pour tous ». Reportage à Massy.

 Au sol, une centaine de vélos, des haltères, des tatamis, des clubs de golf, des poteaux de volley, des paniers de basket, des planches de surf, une table de ping-pong dépecée… L’entrepôt de stockage de La Recyclerie Sportive de Massy, en région parisienne, regorge de matériel de sport usagé. Dans ce parking souterrain situé dans le quartier prioritaire de la ville, Clément débarque au volant de son camion. « Allez, c’est parti ! » Le responsable de la logistique de la recyclerie motive les deux jeunes bénévoles qui l’aident à décharger. « Nous avons encore collecté pas mal d’articles de sport auprès du magasin Décathlon. Ce sont essentiellement des invendus et du matériel défectueux. » Des centaines de kilos qui seraient autrement partis à la poubelle. « Ces tournées de ramassage, que ce soit en camion ou vélo, c’est le quotidien de l’association », livre son fondateur, Marc Bultez. « Ce sont 60 tonnes de déchets collectés cette année par nos deux recycleries de Massy et Paris ; 20 tonnes en 2016, lors des débuts. » Des chiffres en croissance constante.

Surconsommation et impact environnemental

« Au vu des flux concernés, ce n’est pas un hasard si les premières ressourceries spécialisées concernent le secteur du sport », souligne Julie Sauvêtre, chargée de projet Zéro déchet pour l’ONG Zero Waste France. Selon une étude de l’ADEME de 2019 1, le sport représente le troisième marché de biens de consommation en France, avec une dépense moyenne de 253 euros par an et par personne. Des secteurs comme le vélo, le running, la randonnée ou le fitness ne cessent de proposer des produits toujours plus innovants. Entre le textile – deuxième industrie la plus polluante – et les consommables – balles de tennis, de ping-pong, volants de badminton…–, cela représente un gouffre en termes de quantités jetées 2. Parce que la compétition exige d’utiliser du neuf… Derrière le matériel électronique employé dans les équipements de sport (montres connectées, appareils de salles de gym), « ce sont des terres rares extraites et transportées pour leur fabrication très impactantes pour l’environnement avec un effet domino désastreux. Pour quelques centaines de grammes de cuivre, ce sont des centaines de kilos de matières utilisées, puis gâchées lorsqu’un tapis de course sera jeté par exemple », déplore Julie Sauvêtre.

Dans ce contexte, les ressourceries sportives sont-elles la solution ? Il en existe seulement cinq en France, trop peu pour répondre au défi des déchets dans le sport, mais leur essor ne devrait pas tarder. À La Ressourcerie Sportive, Massy fut la pionnière, ouverte en 2016, suivie de sa petite sœur parisienne, dans le 17e arrondissement, puis cette année, de


© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

En lien avec le sujet

| Parentalité positive

L'importance d'écouter

Recycleries sportives : Vive le sport… zéro déchet !

Close

Rejoindre la conversation