Agriculture

Qu'est-ce que la permaculture ?



La permaculture recouvre deux dimensions distinctes : l’une, plutôt philosophique, décrit un nouveau modèle de vie – ou paradigme – en harmonie avec la nature et entre humains. La seconde, plus conceptuelle, désigne un outil de création de lieux de vie durables, d’entreprises agricoles et/ou régénératives ou de communautés.

permaculture

D’origine anglaise, le mot est formé sur la contraction de permanent agriculture. Les précurseurs en la matière sont l’Américain J. Russell Smith, auteur de Tree Crops : A permanent agriculture (1929), l’Australien P.A. Yeomans (Water for every farm, 1964), le Japonais Masanobu Fukuoka (La Révolution d’un seul brin de paille, 1975). Les Australiens David Holmgren et Bill Mollison, auteurs de Permaculture 1 (1978), sont les deux co-fondateurs du concept tel qu’il existe aujourd’hui, et qui recouvre des préoccupations bien plus larges que le seul volet agricole.

Les objectifs sont simples : diminuer l’effort pour l’être humain, améliorer l’utilisation de l’énergie sous toutes ses formes (les déchets devenant des ressources), travailler en coopération avec la nature et non contre elle. La permaculture s’appuie sur la durabilité d’un système, sa non-dangerosité ainsi que sa robustesse face aux aléas de la vie (climat, maladies, etc.) et sa capacité de résilience (adaptation au changement). Le principe fondateur est l’observation de la nature et de ses modèles : elle fédère les savoirs traditionnels des anciens et les découvertes scientifiques récentes. La permaculture traite par conséquent d’un large éventail de sujets : habitat, agriculture, communautés, gestion des énergies, etc. Elle exprime ainsi une notion de « culture de la permanence ».

Selon Richard Wallner, accompagnateur de projet permaculturels, elle est avant tout une vision qui s’articule sur un quadruple principe :

  • Un postulat : tout est lié ;
  • Un objectif commun : que chacun développe, là où il vit, là où il travaille, à la mesure de ses moyens, des solutions qui lui permettent de vivre sainement, ici et maintenant ;
  • Une équation à résoudre : l’harmonie de l’être humain avec la totalité de l’existence ;
  • Une éthique :
    Donner du sens à nos actions quotidiennes en faisant en sorte :
    qu’elles prennent soin de la Terre,
    qu’elles prennent soin des êtres humains,
    qu’elles participent à une gestion équitable des richesses de base et des surplus.

La permaculture, à la recherche de soi

Si le but de la permaculture est de protéger la nature et de respecter le vivant, elle nous impose de clarifier nos besoins personnels. Elle interroge profondément nos motivations : comment combler nos besoins, avant de nous jeter tête baissée dans des projets collectifs et écologiques, aussi louables soient-ils ? Rencontre avec quatre pionniers.

Patrick Whitefield est enseignant, expert en permaculture en Europe. Il est l’auteur de livres traduits en plusieurs langues, dont le remarquable Créer un jardin forêt. Il est reconnu pour son savoir approfondi sur la permaculture ainsi que pour la qualité de son enseignement. Cathy Whitefield est thérapeute en développement personnel depuis de nombreuses années et apporte aux stages de permaculture ses compétences en gestion des groupes.

Comment définir la permaculture ?

Patrick : Je dirais que cela consiste à suivre le modèle de la nature pour organiser l’aménagement de fermes, de villages, de jardins. C’est un système où la nature nous apprend à répondre à nos propres besoins.

Le 30 avril 2015
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Qu'est-ce que la permaculture ?

Close

Rejoindre la conversation

Pauline Drese le 05/05/2015 à 17:00

Bonjour,

Comment peut-on être informé des prochains stage de permaculture organisés en France par Patrick et/ou Cathy ?

Merci par avance,
Bien cordialement,

Pauline

charly makila le 03/05/2015 à 00:31

j,aime proteger la nature