Mouvements citoyens

Quand les citoyens se mobilisent contre le glyphosate et portent plainte

© Capt.Ecr Groupe Facebook Campagne Glyphosate

Avons-nous tous des pesticides dans notre organisme ? C’est ce que questionne la Campagne Glyphosate, lancée en avril 2018 en France, par le collectif Les Faucheurs volontaires. L’objectif ? Prélever et analyser les urines des citoyens pour mesurer le taux de glyphosate qu’elles contiennent et ainsi porter plainte collectivement pour «mise en danger de la vie d’autrui».

 

«Je suis bio à 90%, végétarien depuis quarante ans, je vis dans une petite ville sans culture autour et j’ai pourtant un taux de glyphosate qui est trente fois plus élevé que la dose autorisée dans l’eau potable.»

 

Dominique Masset ne s’attendait pas à dépasser les 3 mg/ml de pesticides dans son organisme – contre la moyenne européenne autorisée dans l’eau du robinet établie à 0,1 mg/ml. En 2018, il décide alors de lancer en Ariège, avec le collectif des Faucheurs volontaires, une campagne contre le glyphosate, herbicide le plus utilisé au monde pourtant classé «cancérogène probable» depuis 2015 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)[1]. Le but ? Prélever et analyser les urines de citoyens et mesurer le taux de glyphosate qu’elles contiennent et ainsi alerter sur l’omniprésence des pesticides de synthèse dans l’environnement.

 

Des résultats 100% positifs au glyphosate

 

Pour ce faire, les volontaires sont invités à se rendre le matin et à jeun dans une salle réservée par l’association à une date précise – généralement par groupes de cinquante personnes – pour effectuer un prélèvement d’urine en présence d’un huissier de justice. Les échantillons prélevés sont stérilisés puis envoyés dans un laboratoire spécialisé en Allemagne.  «Sans exception, les trois cents personnes testées en Ariège, quels que soient leur âge, leur situation géographique et leur mode de vie, ont du glyphosate dans leur corps… Personne n’y échappe», constate Dominique. « Les enfants ne sont pas épargnés avec des taux à 0,9 mg/ml… Ce qui représente une quantité énorme par rapport à leur masse corporelle », précise-t-il.

 

Après un succès rencontré auprès des citoyens ariégeois, la campagne s’est rapidement étendue dans cinquante-cinq départements français avec près de sept cents prélèvements déjà effectués – un chiffre

Le 21 février 2019
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Quand les citoyens se mobilisent contre le glyphosate et portent plainte

Close

Rejoindre la conversation