Quand la génération Y expérimente l’éco-colocation



La colocation, tout le monde connaît. Ajoutez-y de la permaculture, du DIY, du zéro déchet et du bien-être partagé : bienvenue en éco-colocation ! Reportage en banlieue parisienne au Vieux poirier (93) et à la Maison bleue (92), où des jeunes de 22 à 31 ans incarnent leur société idéale.

eco collocation 1
Les éco-colocataires : à gauche, le Vieux poirier, à droite la Maison bleue – ©Thomas Masson

Et si votre habitat permettait d’œuvrer pour la transition écologique et la cohésion sociale ? C’est ce qu’expérimentent une quinzaine de jeunes, au sein de deux colocations situées à Gagny et à Bourg-la-Reine.

Le Vieux poirier

Le nom de la colocation le Vieux poirier rend hommage à l’arbre fruitier du jardin, presque centenaire. « Il était là bien avant que la maison soit construite. Ce poirier est un peu comme un sage. Il possède cette force qui nous dépasse », révèle Dorian, 31 ans, à l’origine de cette colocation installée à Gagny (93).

Ce jardinier passionné voulait expérimenter un mode de vie communautaire et résilient, ainsi que l’agriculture urbaine. Son projet a vu le jour au printemps 2011, dans cette maison de 125 m² habitables et son jardin de 300 m².

eco collocation 2
Daisy, Laure, Bénédicte et Dorian, quatre des cinq colocataires du Vieux poirier – © Thomas Masson

Vivre ensemble

 Bénédicte, 30 ans, habite au Vieux poirier depuis septembre 2014. Elle a toujours cherché une colocation écologique, constituée de personnes engagées. En trouvant l’annonce sur l’Auberge de la solidarité (réseau social du développement durable et de la solidarité), elle s’est tout de suite dit que cette colocation était faite pour elle. Bénédicte est ravie de vivre au Vieux poirier :

« On mange tous ensemble, on passe des moments autour du feu  de cheminée, on joue de la musique et on rencontre souvent du monde. »

Pour souder leur groupe, les colocataires organisent des réunions hebdomadaires, avec ordres du jour. Ces temps d’échanges leur permettent d’ajuster leurs comportements, d’élaborer des projets communs et de faire le point sur divers sujets.

L’épanouissement personnel est aussi stimulé. Le sous-sol de la maison du Vieux poirier leur sert de studio de musique, d’atelier de bricolage et de salle de répétition de théâtre. Ces espaces leur permettent d’exprimer leur créativité et de passer des moments conviviaux.

Permaculture urbaine

 Les quatre colocataires passent aussi du temps à jardiner sur leur parcelle de 300 m². Inspirés par le Jardin des fraternités ouvrières (une forêt comestible de 1 800 m² en Belgique), ils ont fait de ce terrain un potager cultivé en permaculture :

« Nous travaillons à créer de la biodiversité en achetant nos graines chez Kokopelli, en laissant les végétaux sauvages pousser, en arrosant le moins possible, en utilisant la technique du paillage et en faisant du compost », explique Dorian.

Ces pratiques offrent des conditions de vie favorables à de nombreux animaux : libellules, musaraignes, scarabées, mésanges, grillons, etc.  Dorian s’en réjouit : « C’est une victoire

Le 31 décembre 2015
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Quand la génération Y expérimente l’éco-colocation

Close

Rejoindre la conversation

Cathy d. le 23/03/2019 à 12:55

Je sais que ça se pratique beaucoup à Paris par exemple et il y a pas mal de site comme www.tictachouse.fr

SAMUEL le 24/08/2017 à 14:02

Slt Lucie!

Je suis tombé par hasard sur ton message, et ne datant pas trop, j'ai décidé de te répondre.
Nous sommes 2 jeunes (Emile 23 ans et Samuel 25ans) donc l'éco-coloc se termine se moi-ci. Nous sommes donc actuellement à la recherche d'un nouveau lieu, dans la campagne toulousaine, proche et accessible. Les lieux ne manquent pas mais nous ne sommes pas nombreux et avons besoin de trouver des colocs dans le même état d'esprit pour créer une nouvelle colocation.

Si tu es toujours en recherche, contacte nous, on se présentera plus ne détail et on discuteras de l'avenir proche.

Je te souhaite une très bonne journée,

Sam

lucie le 29/07/2017 à 11:36

Bonjour!
Je suis tombée par tout hasard sur votre commentaire au bon moment, puisque je recherche ce genre de lieu où m'investir et habiter dans Toulouse et ses alentours.
Mais ne connaissant personne là bas, c'est un peu difficile de dénicher ces collocs engagées ...
Des pistes à partager?
Merci beaucoup!

Guigui le 03/01/2017 à 23:25

Mais c'est bien sûr !
La vie en coloc, ça a certainement + d'avantages que d'inconvénient !
Surtout quand on est seul !
En tout cas ça me redonne des idées et le moral, merci Benizri !

Pour commencer l’année.. | Les colocs calédoniens le 11/02/2016 à 08:28

[…] se développe ainsi que ses solutions alternatives, j’en veux pour preuve cet article sur l’éco-colocation ou encore ce site qui propose de la colocation de […]

Benizri le 17/01/2016 à 19:36

Excellent !
On est plein à faire ça à Toulouse et dans les environs : C'est une super façon de vivre ensemble, de partager les temps de travail au jardin, à la maison et de vivre une vie festive et bien remplie ! Certains travaillent à la maison, d'autres à mi-temps... Et la solidarité prime !!!!
Face aux prix du logement, on a vite fait de se trouver des maisons pas trop chères, ce qui nous permet de payer des loyers bas et de réinvestir dans nos projets artistiques, culturels, dans l'alimentation... Bientôt, tous ces gens vont faire vivre des éco-lieux, c''est sûr !!!! Allez, bon vent en 2016, l'année de la photosynthèse ;) !