Bien-être et Santé

Pour tisser du lien, acceptons nos odeurs



Les odeurs corporelles ont bien mauvaise presse. Preuve en est le slogan de la toute dernière campagne d’une célèbre marque de déodorant proclamant : « Votre voisin vous dira merci ». Celles-ci constituent pourtant un moyen de communication à part-entière distillant des informations olfactives sur soi… mais aussi sur les autres. C’est ce que nous explique Annick Le Guérer, Docteur de l’Université, anthropologue et philosophe, chercheuse spécialiste de l’odorat, des odeurs et du parfum.

@janeb13
@janeb13

Pourquoi le fait d’exhaler une odeur prononcée nous met-il si mal à l’aise ?

Parce que l’odeur humaine est liée à la sexualité, donc à l’animalité présente en chacun de nous ; animalité, (les odeurs jouent un rôle essentiel dans la sexualité animale et humaine) qui doit à tout prix être atténuée pour que les humains fassent autre chose que de s’abandonner à leurs pulsions sexuelles. Les humains sont soumis à une désodorisation intensive depuis la fin du XIXe siècle. L’apparition du déodorant après la guerre est symptomatique de cette volonté.

Qui dit odeur humaine, pour un psychanalyste comme Freud, dit aussi obstacle à la civilisation. Celui-ci pensait que nos lointains ancêtres, qui marchaient à quatre pattes, avaient un odorat très puissant et qu’ils se comportaient comme des animaux qui cherchaient avant tout à coïter. Quand l’homme s’est mis à marcher sur ses deux jambes, l’odorat est devenu plus faible car il s’est éloigné du sol. L’homme était donc moins enclin à suivre à la trace l’odeur des femelles : c’est le début de la famille et de la civilisation.

C’est, de plus, intrinsèquement lié au regard de l’autre. Quand l’être humain n’est pas confronté à ce regard social, il aime bien ses odeurs. Beaucoup de gens avouent sentir leur chemise ou leurs chaussettes en privé. Aujourd’hui, on trouve même des parfumeurs qui recomposent les odeurs d’un être disparu afin que ses proches puissent en garder une trace.

D’où vient cette méfiance envers ce fluide pourtant totalement naturel ?

La transpiration a été accusée de contaminer. On a observé ça avec l’épidémie de Sida dès les années 90 et une psychose qui s’était installée envers la sueur dégagée par les personnes atteintes s’était développée. Mais la peur de la sueur existe depuis l’Antiquité, suite à la grande peste d’Athènes (au IVe siècle avant Jésus-Christ).

Les odeurs dégagées par la transpiration ont, de tout temps, été accusées de propager toute sorte de maladies et d’épidémies. Lorsqu’on regarde les gravures représentant les médecins qui soignaient les pestiférés aux XVIIe et XVIIIe siècle, on voit qu’ils portent des gants et un masque avec un long bec d’oiseau rempli de parfums. Gants et masques parfumés étaient censés les mettre à l’abri des odeurs de sueur dégagées par les malades. Cette peur s’est installée jusqu’à ce que Pasteur montre, au XIXe siècle, que les maladies étaient dues à des microbes ou des bactéries, et non à la transpiration. Ce rejet des odeurs de sueur a donc des antécédents très anciens.

Il y a non seulement dans l’esprit des médecins et des psychiatres ce danger de renouer avec ses instincts les plus bas. Mais il y a aussi dans les odeurs, un prétexte à la stigmatisation sociale et raciale. Depuis des siècles lorsque l’on veut évincer une classe sociale ou une nation, on parle de ses odeurs. L’odeur du juif, du pauvre, de l’homosexuel, de l’étranger a été stigmatisée. Lors de la guerre de 14-18, l’odeur de l’Allemand était réputée nauséabonde et toute une littérature française s’en faisait l’écho. En temps d’épidémie de peste, on demandait aux putains publiques (du latin « putare » : puer), aux juifs et à tous les corps de métier qui avaient des activités exhalant des effluves fétides comme les tanneurs de quitter la ville. Leurs odeurs étaient considérées comme un facteur de contamination.

En quoi les odeurs charriées par la transpiration jouent-elles un rôle déterminant dans nos rapports sociaux ?

Les odeurs constituent les premières formes de contact. Le premier contact qui s’établit entre la mère et son enfant s’effectue par le biais de l’odeur émanant de la transpiration générée par son sein ou encore son cou. Les mères reconnaissent l’odeur de leur enfant six heures après la naissance et le nouveau-né reconnaît celle du sein et du cou de sa mère 48 heures après être venu au monde. Si l’on prive un enfant de sa mère et qu’il ne retrouve pas son odeur sur un doudou, il peut développer des troubles cognitifs et émotifs intenses.

Les personnes qui perdent l’odorat sont souvent extrêmement déprimées parce qu’elles n’ont plus ce lien fondamental, essentiel, non-rationnel avec autrui. Et qui ne passe pas par la parole, mais bien par les sens. Le philosophe Nietzsche qui accordait une grande importance à l’odorat pour « sentir » les gens, sonder leurs âmes et leurs cœurs, disait « tout mon génie est dans mes narines ».

L’odorat constitue un élément clé de la relation filiale et l’odeur nous relie aux autres de façon essentielle. La désodorisation à laquelle nous sommes soumis actuellement présente des inconvénients importants. Ne plus sentir l’odeur d’autrui et ne respirer que son parfum ou son eau de Cologne c’est ne plus sentir l’odeur de sa peau, de ses cheveux à l’état naturel. C’est une perte de contact sensuel extrêmement dommageable car c’est un peu une déshumanisation.

Accepter ses fluides et odeurs corporels, est-ce que ça n’est pas finalement gagner en sensualité ?

Les odeurs de sueur jouent un grand rôle dans l’attraction sexuelle. Il y a donc une désexualisation de l’humain par le biais de la désodorisation. Il s’agit avant tout de nous civiliser, et ce processus a comme contrepartie une coupure avec notre intimité ainsi qu’une perte d’érotisation. Les sites pornographiques qui explosent sur internet témoignent d’un érotisme virtuel, aseptisé, inodore et sans saveur.

Il fallait, selon Freud, pour que la civilisation se développe que les humains refoulent leur odorat mais il reconnaissait que cette perte d’olfaction, qui entraînait une baisse de leur sexualité, était nuisible à leur bonheur.

Que faire pour réhabiliter la sueur ?

Il faudrait faire une campagne d’information qui dirait : ne vous privez pas de vos odeurs naturelles, elles constituent un lien essentiel entre vous et les autres.

Evidemment, il ne s’agit pas de ne pas se laver durant une semaine. Nous ne sommes plus à la Renaissance, il est donc extrêmement difficile de lutter contre le consensus social. L’hygiène s’est développée, aujourd’hui les gens sont censés prendre au minimum une douche par jour. Car si vous venez au travail sans vous laver, il va y avoir des réactions de rejet. En revanche, on pourrait prendre des douches tous les jours, mais ne plus utiliser de déodorants. Il s’agit avant tout de réapprendre à aimer nos odeurs corporelles.

Les gens devraient être prévenus que leurs odeurs corporelles jouent un rôle extrêmement important dans la sensualité. On sait très bien que dans les relations amoureuses, les odeurs du corps de l’autre sont très importantes. Cela montre combien l’odeur est essentielle dans notre vie sociale et affective. La psychanalyste Françoise Dolto demandait même aux personnes qui envisageaient de vivre ensemble « est-ce que vos odeurs s’accordent ? » .


 

Léa Esmery

© Kaizen, construire un autre monde… pas à pas

 


61lQTGBpidL

 

 

 

Le dernier livre d’Annick Le Guérer: Les Pouvoirs de l’Odeur

 

 

 

 

 


Lire aussi : Quand Mère Nature s’adresse aux humains

Lire aussi : L’amitié, moteur de la sagesse ?

 

 

Boutique : je passe à l'acte !

France - 1 abonnement - 1 an - 6 numéros - 2 hors séries

54,00 €

Hors-série 12 : Santé, vers une convergence des médecines

12,00 €

Hors-série 4 : 120 recettes végétariennes

12,00 €

En lien avec le sujet

| Parentalité positive

L'importance d'écouter

Pour tisser du lien, acceptons nos odeurs

Close

Rejoindre la conversation

rtfgv le 13/06/2017 à 03:07

Les "mauvaises" odeurs le sont seulement parce que nous avons appris à les considérer comme mauvaises.
J'ai été surpris au Palais de la découverte à la nouvelle qu'un certain peuple avait un rituel utilisant des excréments (eh oui !), et que par conséquent cette odeur ne leur était pas désagréable.
Un autre exemple : dans son autobiographie "L'Arabe du futur", Riad Sattouf (jeune) préfère l'odeur de sueur (qu'il aime) à celle de parfum (qu'il n'aime pas trop).
Finalement, l'odeur du camembert est appétissante pour de nombreux français… et sent les pieds pour certains étrangers !
Je suis donc presque sûr qu'on pourrait s'habituer à la majorité des odeurs corporelles.
Par contre l'hygiène reste un élément indispensable ;-)

Gab le 16/09/2016 à 20:30

Comme toute chose à chacun de trouver l'équilibre qui lui convient dans son rapport à lui même et aux autres.
En tout cas je trouve fantastique les odeurs que peuvent dégager nos corps. Elles peuvent être fines et apaisantes, parfois vraiment envoûtantes et d'autres fois tellement répulsives! Personnellement je n'ai pas vu de différence avec la consommation de viande de qualité ou pas de consommation. Je trouve en revanche mon odeur particulièrement désagréable lorsque j'ai eu un moment de stress (horaire à respecter pour un rendez vous un peu sous tension) alors qu'après avoir fais de l'exercice physique même intensément en extérieur une odeur que je trouve agréable se dégage, ce qui est assez chouette. :-)
Après à chacun de composer avec ça, laisser les odeurs repoussantes s’exhaler nous inciterai peut être à nous organiser et vivre autrement avec plus de douceur, moins de quotidien stressé, planifié... afin de n'avoir autour de soi que des senteurs appétentes.
Je comprends aussi que camoufler ces odeurs permet de mieux s'insérer dans un environnement difficile et par la même être marque de respect pour les autres.

draffin le 16/09/2016 à 08:20

Il me semble que vous confondez odeur personnelle et manque d'hygiène. Ce n'est pas exactement ce que dit l'article. Une mauvaise odeur corporelle (parfois à moins de quelques heures de la dernière douche) est souvent le signe que quelque chose ne va pas, d'un déséquilibre. Un jour que je sentais un peu fort la sueur et que j'en étais très gêné, un ami m'a dit : «est-ce que tu bois assez ?». Depuis, je fais le lien entre mes odeurs et mon alimentation. Exemple que tout le monde connait : mangez de l'oignon ou de l'ail cru et vous verrez tout le monde s'éloigner de vous !
Bref, nos odeurs, surtout quand elles sont mauvaises doivent nous indiquer que quelque chose ne va pas : alimentation trop riche, déshydratation, infections diverses.
Je souscris à ce qui a été dit plus haut : le fait de devenir végétalien adoucit considérablement les odeurs ! Personnellement, je ne change plus de vêtements tous les jours (un tee-shirt = 2 ou 3 jours) et personne autour de moi ne s'en est rendu compte. Mais, ce faisant, je distille discrètement autour de moi une odeur corporelle, qui raconte je ne sais quoi, mais qui dit un petit quelque chose sur moi...

Blan le 13/09/2016 à 15:50

Imposer son odeur de transpiration ou son haleine peu fraîche à autrui (collègues, famille, amis) relève du manque d'éducation et, surtout, d'un défaut d'attention et de délicatesse. Dans l'état d'esprit prôné par l'article, pourquoi ne pas déféquer en public, roter sans retenue, insulter ses congénères au fur et à mesure de ses pensées personnelles, lâcher ses pulsions sexuelles, etc. ?
Je ne suis pas adepte des odeurs synthétiques qui, d'ailleurs, camouflent très mal le manque d'hygiène tout en ajoutant une senteur généralement aussi chimique que vulgaire, mais il m'est déjà arrivée d'avoir envie de vomir ou de me sentir faible à proximité d'une personne qui exhibe une sueur préhistorique ou d'outre-tombe. Quant à partager un bureau ou un espace sportif fermé avec ce type d'individu, non merci !
Enfin, j'ai remarqué que l'alimentation riche en protéines animales contribuait à aggraver les odeurs corporelles les plus marquées et les plus désagréables. Devenir végétalien et se laver une fois par jour avec des produits peu détergents comme l'argile ou l'huile lavante (plus d'une fois par jour en cas de travail physique, d'activité physique ou de forte chaleur) devrait dispenser de recourir aux pschitts chimiques de l'industrie cosmétique.

Charlotte le 08/09/2016 à 12:55

Depuis ma grossesse je ne supporte plus les odeurs synthétiques! Je me lave au savon de Marseille et je fait mon shampooing moi-meme avec des oeufs et du vinaigre de cidre.
Quand mon fils allais chez sa nounou je trouvais qu'il sentait mauvais, ça me dérangeait très fort, j'avais même envie de le laver! En faite je me suis aperçue qu'il avais juste l'odeur de sa nounou!
En faites, moi, c'est la maternité qui m'a fait découvrir que j'avais un odorat! :-)

riri le 08/09/2016 à 12:03

bonjour,
Ce thème est très intéressant
Pour les odeurs, je précise que les végétariens ont des odeurs corporelles beaucoup moins prononcées.
D'ailleurs, je le vérifie chaque fois que je mange de la viande -ou du fromage...
Par ailleurs, songeons à nos pauvres animaux domestiques, chiens et chats, aux sens olfactifs si développés et à l'opinion qu'ils peuvent avoir de leur humain familier qui s'asperge d'odeurs chimiques insupportables à leurs sens. Cela doit leur être une torture permanente

clmdprv le 07/09/2016 à 21:23

Les transports parisiens sentent la dépression, l'anxiété, l'alcool, le vomi et la merde ; plus toutes les odeurs synthétiques de parfums et de détergents.

C'est le bonheur des grandes villes, s'entasser les uns sur les autres à en détester tout le monde ; un vrai plaisir.

Maxens le 07/09/2016 à 18:38

Merci pour cet article sur un sujet qui ne semble même plus polémique et qui réunit autour de lui une espèce de consensus... malodorant justement, car inepte et donc inapte à nous faire nous rapprocher de nous-mêmes et des autres.
Et merci à Kara, ce "nez" qui aborde la non moins épineuse - si je puis dire ! - question des POILS. Cette course à l'éradication du poil bafoue toutes les lois de fonctionnement et de sauvegarde de notre écosystème corporel. Et je m'exprime ici également en tant que jeune homme transi d'effroi à l'idée que cette pratique barbare puisse être imputée à la préférence d'une bande d'ignares "testostéronés" (à laquelle j'appartiens néanmoins...), et je ne pense pas moins de mal des talons, des déodorants, parfums, ...
Gardons nos poils, nos odeurs, abandonnons le superflu et cultivons notre humanité en étroite relation avec le vivant qui nous entoure, puits sans fond d'inspiration et d'émerveillement !

Joris le 07/09/2016 à 12:42

Personnellement je trouve que ce qui pue ce sont les odeurs synthétiques, artificielles que les gens se mettent dessus : déodorant, savons/shampoings hyper chimiques, parfum, etc....... ce sont réellement des odeurs dérangeantes pour moi.

Kara le 07/09/2016 à 10:33

Merci pour ce bel article qui m'a touchée. Je suis ce qu'on appelle un"nez", ce qui est un grand bonheur pour la richesse des effluves humaines, animales, végétales... tout au long de la journée et une malédiction en ce qui concerne tous ces produits en majorité synthétiques dont beaucoup de gens s'entourent. Les transports en communs sont une torture...
Sinon, j'aurais aimé un petit chapitre au moins sur LES POILS! Ces poils qui poussent justement là où les odeurs sont les plus ... voluptueuses et qui se font éradiquer sans pitié.
Comme vous l'écrivez, érotisme aseptisé, inodore (enfin savons intimes, parfums divers, soupline, capotes aux saveurs étranges et gels...), sans saveur... et sans poils!!!

emmanuel le 07/09/2016 à 00:17

on commence à voir des articles qui veulent nous préparer au fait qu'on sera de plus en plus sur les autres, et pauvres. Non, nous n'avons pas à accepter les mauvaises odeurs. Une mauvaise odeur est là pour donner un sgne à notre cerveau qu'il faut se laver dans le but de prévenir les maladies. Non sérieux qu'est ce-qui'il faut pas lire comme conneries. Je précise que je vis à Paris et que jusqu'à présent c'est la ville qui je trouve sent le plus mauvais dans les transport. Et j'ai vu d'autres capitales hein, c'est pas comme si j'étais resté qu'ici. Alors si les parisiens, dans de grandes proportions ne se lavent pas par flemme, c'est pas une raison pour nous dire que c'est normal.