Permaculture

Pierre Rabhi prône «la révolution par la bêche !»

Pierre Rabhi à Monchamps © Patrick Lazic

En cette saison propice, l’agriculteur et philosophe Pierre Rabhi rappelle les multiples bienfaits à cultiver son jardin… extérieur et intérieur. Le potager serait-il à la source du changement social et intime ? Rencontre.

Vous êtes très sollicité par vos engagements citoyens. Trouvez-vous encore le temps de jardiner ?

Oui, j’ai toujours dit que malgré mes nombreuses activités, mon jardin n’était pas négociable ! C’est extrêmement important car c’est véritablement ce qui me relie à la vie réelle. Alors que nous sommes dans une effervescence, dans une sorte de frénésie où la vie a l’air presque de se gaspiller, le jardinage me remet dans une bonne cadence.

Cela nourrit votre jardin intérieur…

Tout à fait parce qu’il se passe des phénomènes sensibles et que l’on rentre dans un autre rapport au temps. Le jardinage amène par exemple de la patience : j’aurais beau engueuler mon plant de tomate, il ne donnera rien avant d’être mûr. Et lorsqu’on jardine, on n’a pas non plus la garantie de réussite, les choses doivent évoluer par elles-mêmes. Vous pouvez réussir magnifiquement et tout aussi échouer magnifiquement.

Cela nous incite à l’humilité. On n’est pas maître. On fait du relatif pas de l’absolu. Le jardinage nous remet donc dans ces cycles de la vie, extérieurs et intérieurs, à l’image des rythmes de la respiration, des battements du cœur, de la circulation du sang, puisque nous sommes tous cadencés.

Comment vivez-vous le printemps, cette saison du renouveau ?

Je le vis très bien car durant cette période les énergies terrestres et cosmiques se conjuguent pour que la vie puisse reprendre sa vitalité et sortir du sommeil de l’hiver. Le printemps c’est le début, le soleil est plus présent, les jours sont plus longs et petit à petit la végétation s’éveille. C’est magnifique !

En ce moment on prépare la terre, on enlève l’herbe gênante. J’ai déjà transplanté des tomates, des poivrons, des aubergines, j’ai semé

Le 1 juin 2017
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

En lien avec le sujet

contenu abonnés
| Agriculture biologique

Achetons mieux, achetons groupé

contenu abonnés
contenu abonnés
| Parentalité positive et Pédagogie

Jouer en famille pour se reconnecter

Pierre Rabhi prône «la révolution par la bêche !»

Close

Rejoindre la conversation

eva le 15/06/2017 à 20:29

Nous-mêmes n'utilisons qu'une grelinette et ça suffit parfaitement. Le jardin donne bien !

Jean Claude DUPLAIN le 13/06/2017 à 12:08

Bonjour, je vous invite à laisser vos bêches , grelinettes etc... et vous mettre à la phénoculture (foin en permanence sur sol). Moins de travail sauf pour les vers de terre qui se multiplient, on ne doit pas toucher la terre, les vers travaillent pour nous, visitez le site de did67 "le potager du paresseux" le résultat est extraordinaire et vous vous aurez davantage de plaisir à jardiner

Grimaud jean le 10/06/2017 à 16:12

40 cm c'est du défoncement pas du retournement, ça m' étonne en effet qu'il ait pu dire ça, qui va à l'encontre de ce que prônent ses amis, et encore plus les adeptes de la grelinette: aérer le sol, ne pas le bouleverser en profondeur.

photographe caen le 06/06/2017 à 15:19

En effet, cultiver et avoir son propre potager est un luxe que tout le monde ne peut s'offrir, surtout, en cette saison.

Jordan le 03/06/2017 à 23:03

Je pense que la phrase est mal tournée mais qu'il entend par profond 'environ 40cm' et non pas qu'il retourne la terre sur 40cm.

Rouressol le 03/06/2017 à 17:38

Si! on peut!
on ne fait qu'imiter le travail des lombrics! sur les horizons OF, OM, OH, AOO, AO, A1
http://www.ecosociosystemes.fr/horizon.html

CQFD

Sion Gilles le 03/06/2017 à 00:09

Effectivement. Ne pas retourner le sol est un principe de base de la permaculture, que j'expérimente avec bonheur. Allons-y pour "la révolution par la grelinette" ;-) , outil très astucieux pour aérer le sol sans le retourner, et favorisons l'activité des vers de terre :-D

legay christian le 02/06/2017 à 00:24

Bonjour,
on ne fait pas des retournements sur 40 cm de profondeur !