Mobilité

Partir en van, un premier pas vers l'aventure

Par Marion Paquet, le 4 août 2020

©Simon Pouyet

Tous les périples en van commencent de la même manière : une envie d’évasion, en marge du tourisme de masse, un besoin de liberté sans pour autant renoncer à un minimum de confort. Les voyageurs sont de plus en plus nombreux à expérimenter l’itinérance, en quête d’aventure, de simplicité et de reconnexion avec la nature.

Après une semaine de voyage dans le Sud de la France, il est temps pour Sophie Jarry, son conjoint et leurs deux enfants de 7 et 8 ans, de rendre le van de location dans lequel ils ont fait l’expérience du roadtrip : « Combien de fois, à la maison, j’ai eu envie de partir à l’aventure un vendredi soir, sans savoir précisément où passer le week-end ?! s’exclame la mère de famille, originaire de Seine-Saint-Denis. Mais partir à la dernière minute revient cher s’il faut louer un logement, prendre la voiture, manger au restaurant… alors qu’avec le van, il suffit d’attraper quelques affaires, un paquet de pâtes, et tout le monde est content ! » Depuis qu’il a des enfants, le couple regrettait de partir moins souvent en week-end, « parce que cela nous semblait compliqué. Avec le van, c’est simple, et c’est une aventure qui leur a beaucoup plu ». Malgré les quelques disputes habituelles entre frères et sœur, la promiscuité obligée les a rapprochés. « Ils ont tellement apprécié qu’ils étaient même prêts à dormir ensemble, ce qui ne serait jamais arrivé à la maison », se réjouit celle qui ressentait « une sorte de frustration liée au manque d’aventure dans notre quotidien de sédentaires ». Ce qu’a visiblement su combler le van, mais au prix de quelques concessions : « Nous avions emporté beaucoup trop de choses. Les premiers jours, nous avons fait des allers-retours quotidiens à notre voiture, garée à Perpignan, pour échanger des affaires superflues avec celles qui nous manquaient… toute une organisation à repenser.

©Simon Pouyet

Nous avons mis trois jours avant de comprendre ce qui était essentiel. » Alors pourquoi ne pas avoir opté pour le camping-car ? « Ce sont des véhicules trop imposants, qui ne peuvent pas aller partout, répond Sophie Jarry. Certains parkings, notamment dans des zones naturelles, sont


© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

En lien avec le sujet

contenu abonnés
| Agriculture biologique et Animaux

Éco-pâturage à Chambord

| Économie sociale et solidaire

L’économie du partage couleur café

Partir en van, un premier pas vers l'aventure

Close

Rejoindre la conversation