Niki Boon documente la vie de ses enfants, heureux à la ferme et sans télé



Physiothérapeute de formation, la Néo-Zélandaise Niki Boon vit pour la photographie – qu’elle pratique en autodidacte accomplie – et, surtout, pour sa famille. Ayant connu une enfance heureuse et libre, l’artiste ressuscite aujourd’hui ses doux souvenirs et offre ce mode de vie aux siens. Ses photographies brutes, authentiques, sont le reflet du bonheur simple que l’on peine parfois à trouver dans les grandes villes.

« Mes enfants font partie de cet environnement sauvage et libre. Ils sont connectés à la terre, les paysages et leurs âmes ne font qu’un », assure Niki Boon. Ici, pas de télé ni d’accès Internet, mais une grande connexion avec le vivant. Aussi, les enfants de la photographe ne vont pas à l’école (il y a tellement de choses à apprendre à la ferme). L’objectif : découvrir les innombrables ressources que propose la nature, être heureux…

Niki Boon Niki Boon Niki BoonNiki BoonNiki Boon Niki Boon Niki Boon Niki Boon Niki Boon Niki Boon Niki Boon Niki Boon Niki Boon Niki Boon Niki Boon

 

Texte et sélection : Simon Beyrand

 


Lire aussi : À Matavenero en Espagne, une communauté autonome vit en harmonie avec la nature

Lire aussi : Hors-série 6 : « Je suis heureux et sobre » + DVD

Niki Boon documente la vie de ses enfants, heureux à la ferme et sans télé

Close

Rejoindre la conversation

Simon le 16/09/2016 à 14:33

Un plagiat du travail d Alain Laboile.