Lyon aide les Roms en Roumanie



lyon roumanie

Sans angélisme ni illusions, une collectivité française investit dans un village roumain pour tenter une autre approche de l’immigration.

Dans les rues poussiéreuses du quartier rom de Tinca, dans le Nord-Ouest de la Roumanie, les Français sont les bienvenus. Les Lyonnais, encore plus. « Ça, c’est grâce aux Français », lance une femme entourée d’enfants en montrant un compteur électrique. Tous les aménagements des quatre dernières années, les habitants du village les doivent au Grand Lyon, la communauté urbaine de Lyon. Entre Tinca et la collectivité française, c’est une histoire d’amitié, mais aussi de pragmatisme.

En 2010, Hubert Julien-Laferrière, vice-président du Grand Lyon délégué à la coopération décentralisée et à la solidarité internationale, fait un constat sans appel : la moitié des Roms présents dans l’agglomération de Lyon sont originaires de Tinca et de ses environs. Le village, situé à deux pas de la frontière hongroise, compte 8 000 habitants, dont 2 500 Roms, selon les chiffres de la mairie. Ils subsistent en faisant des allers-retours entre la Roumanie et la France. Ils viennent mendier ou travailler, rapportent les économies au pays, repartent quand les caisses sont vides. Et ainsi de suite.

En novembre 2011, le Grand Lyon engage un projet de développement à Tinca pour améliorer les conditions de vie de sa population rom. Objectif affiché : donner envie aux habitants de réduire leurs allers-retours et, à terme, leur permettre de trouver du travail en Roumanie. Autrement dit : faire en sorte que les Roms restent en Roumanie, comme le résument rapidement certains médias ou politiques. Certes ! Mais en leur apportant aussi un début de confort.

Faire autrement avec les Roms

Selon Olivier Brachet, vice-président du Grand Lyon chargé du logement, « cette collaboration est née de la volonté et de l’obligation d’aborder l’immigration rom autrement. Les solutions à apporter à ces personnes ont changé, car leur statut juridique a changé. » Aujourd’hui, 15 000 à 20 000 Roms vivent en France, dont 1 500 à 2 000 à Lyon. « En 1994, quand je dirigeais l’association Forum réfugiés, j’ai vu arriver à Lyon les premiers Roms de Roumanie. Mon travail était de les aider à obtenir le droit d’asile. Aujourd’hui, le droit d’asile ne s’applique plus, ils sont citoyens européens et circulent librement. On ne peut plus les aider de la même manière. Désormais, travailler avec les Roms, c’est soit leur faire accéder aux droits sociaux ici, soit essayer de les aider là-bas. » Un travail rendu difficile par le racisme dont sont

Le 7 janvier 2016
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Lyon aide les Roms en Roumanie

Close

Rejoindre la conversation

BETIER le 16/03/2016 à 22:11

BRAVO le Grand Lyon, pour moi c'est la seule solution, aider les pays en voie de développement ou en grande pauvreté, à créer ce dont ils ont le plus besoin chez eux et avec eux, quitte à cibler une ville, une communauté, un projet etc. Si chaque ville de France et d'Europe créait un budget même petit pour ce genre de solidarité seule capable de rendre la vie possible partout dans le monde sans contre-partie bien sûr !!!! Ce serait un premier pas de géant vers un monde en marche même s'il y en a beaucoup d'autres à faire... A Tinca le Grand Lyon a commencé à donner du confort à ces populations et bientôt peut être une fabrique de produits artisanaux...plutôt que de lutter contre eux, de les rejeter hors de nos pays, de les voir mourir en mer ou parquer comme des bêtes dans des taudis.

corinne casez le 03/03/2016 à 23:52

Bonjour,
Je trouve très bien l'idée d'aider les Roms à mieux vivre en Rouamanie.
Mais en Roumanie comme dans beaucoup de pays, il y a beaucoup de gens pauvres, et pas que des Roms!
On bloque les réfugiés aux frontières de l'Europe, on renvoie les Roms "chez eux"... En se donnant bonne conscience... Les Roms sont un peuple nomade, ce n'est pas eux qui ont inventé les frontières. Nous ne sommes plus un pays accueillant... Cela me rend triste. Je voudrais que ça change. Pourquoi ne pas mettre autant d'argent et d'énergie à intégrer ceux qui le souhaitent chez nous? Bien cordialement, par ailleurs j'aime beaucoup lire Kaizen.

claude le 25/01/2016 à 09:53

^^ des expériences a prendre en compte claude

claude le 25/01/2016 à 09:52

^^ merci