Cinéma

Les Saisons :
Un tête-à-tête sublime avec le monde sauvage



Sous nos pieds, il y a 12 000 ans, s’étendait une épaisse forêt peuplée de bêtes sauvages. Comment ces animaux ont-ils vécu la disparition soudaine de leur territoire ? Dans le spectaculaire film Les Saisons, Jacques Perrin et Jacques Cluzaud nous plongent avec humour et émotion dans le quotidien des habitants de ce paradis perdu.

Voyageons dans le temps pour tenter de comprendre d’où nous venons. Il y a 12 000 ans environ, la dernière ère glaciaire prenait fin en Europe et le continent se couvrait d’un épais manteau de forêts luxuriantes, offrant à la vie animale un immense terrain de jeux où croître confortablement. C’est l’âge d’or de la forêt, « une période durant laquelle les arbres pouvaient mourir de vieillesse, mourir debout », nous rappelle Jacques Perrin. Mais, ne nous y trompons pas : l’être humain, loin d’être absent de ce tableau idyllique, en fait partie intégrante ; il est même présent ici depuis 40 000 ans. Seulement, il ne ressemble pas à l’humain qu’on connaît. Pendant des milliers d’années, il vit en chasseur-cueilleur, à l’égal du loup, du lynx ou de l’écureuil, c’est-à-dire sans laisser de traces de sa présence sur Terre, sans modifier irrémédiablement son biotope : pour cet Humain de la forêt, tous les éléments de la nature – arbres, animaux, sources, pierres – sont des objets de dévotion qu’il faut respecter et avec qui il entretient une relation de proximité.

La fin des forêts

Puis, subitement, tout bascule : la forêt commence à reculer, et les animaux qu’elle abrite avec. Que s’est-il passé ? La caméra nous montre une main et, dans cette main, une hache, qui attaque l’écorce d’un arbre. Tout s’enchaîne très vite : les premières maisons sont construites et la forêt est modelée afin d’accueillir les prairies, les champs et les routes de pierres. Les animaux doivent s’adapter précipitamment à ce nouveau territoire morcelé où ils se retrouvent pour la première fois à découvert : certains prennent refuge dans la montagne, d’autres disparaissent totalement, à l’image du chasseur-cueilleur.

Mais cet avènement soudain de la campagne – puis de la ville plus tard – est aussi l’occasion pour certaines espèces de conquérir de nouveaux territoires : ainsi,

Le 27 janvier 2016
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Les Saisons :
Un tête-à-tête sublime avec le monde sauvage

Close

Rejoindre la conversation

EYWA KDIEU le 02/02/2016 à 19:54

BONJOUR
DE PRIME ABORD CE FILM PEUT SEMBLER TRES BEAU ,CEPENDANT REFLECHISSER UN INSTANT ,C EST UN FILM ET TOUT EST MONTAGE ,LES ANIMAUX ONT ETE UTILISE A DES FIN COMMERCIALE uniquement. QUAND J EN AI PRIS CONSCIENCE EN ALLANT LE VOIR , CA M A FAIT FROID DANS LE DOS, REGARDER AU DEBUT LES SPONSORT ???? REFLECHISSEZ A QUI VOUS DONNER VOTRE TUNE EN ALLANT VOIR CE FILM , JE SUIS TOMBE DANS LE PIEGE EN TOUTE INNOCENCE.......

Martine Thiessard le 29/01/2016 à 02:38

Quand pensez-vous que ce film sortira au QUÉBEC ? Merci