Culture & Solidarités

Le Carillon, ou comment tendre la main aux sans-abri



Après neuf mois de développement dans le 11e arrondissement de Paris, l’association Le Carillon fête cette semaine (le 13 octobre) son extension dans le 10e arrondissement. L’occasion de revenir sur le fonctionnement de cette jeune association qui milite pour inciter les commerçants à rendre des services aux SDF de leur quartier. Une initiative simple et solidaire, génératrice de liens et de chaleur humaine.

carillon-1
© Le Carillon

Pour Louis-Xavier Leca, « la vraie pauvreté, c’est l’isolement ! » Un constat qui a incité ce jeune homme de 28 ans à lancer, il y a un an, l’association Le Carillon. Las et triste de voir passants et commerçants vivre leur quotidien sans poser le moindre regard sur les SDF du coin, il a en effet eu l’idée de tendre la main, aux uns comme aux autres, afin de renouer une forme de dialogue. Un brin de solidarité. Comment ? En incitant les commerçants, d’un côté, à proposer gratuitement des services aux SDF, tels que boire un verre d’eau, passer un coup de fil, utiliser les toilettes, lire des journaux , bénéficier d’un morceau de pain ou encore recharger leur téléphone. Et de l’autre, en informant les SDF du coin des services proposés par les commerçants engagés. « Notre idée est de casser le sentiment de rejet envers les SDF et de travailler sur l’acceptation », explique le jeune homme investi à temps plein dans son association. « Il s’agit de menus services indolores pour les commerçants » mais qui permettent d’ « améliorer les conditions de vie des SDF » tout en leur apportant beaucoup de « chaleur humaine ».

Pour ce faire, l’association s’est entourée de bénévoles afin d’aller frapper aux portes des commerçants, expliquer le concept, et les convaincre d’adhérer et de s’engager à faire un geste. « On leur explique la démarche et on leur propose d’accoler à leur vitrine un petit picto autocollant représentatif de l’aide qu’ils veulent bien apporter aux SDF », explique une jeune bénévole ravie de voir l’engouement des commerçants « peu nombreux à refuser. » Parallèlement à ce porte-à-porte, Louis-Xavier Leca s’est appuyé sur des associations du quartier, comme Les Restos du Cœur ou la Croix-rouge, afin de toucher les sans-abri en leur distribuant des listes recensant les commerçants partenaires. Enfin,

Le 13 octobre 2016
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Le Carillon, ou comment tendre la main aux sans-abri

Close

Rejoindre la conversation

louvel le 04/01/2017 à 22:34

0Esperant que la ville de Rouen 76 participe. Super!

BONNEFOND le 14/12/2016 à 12:01

bonjour,
je travaille dans le 12ème. Y A -t il des commerçants qui ont des autocollants
"le carillon", afin de participer à cette action bienfaitrice?

Simon Tripnaux le 14/10/2016 à 11:19

Wow, ça c'est une super initiative. Le système des autocollants permet surtout à chacun de s'autoriser pour demander un service, de l'aide, sans la crainte de gêner. Superbe idée.