Agriculture biologique

Le bio est-il moins productif ?



Le bio est-il vraiment moins productif que le conventionnel ? L’argument est bien rodé et passablement ancré dans l’esprit de tout un chacun. Si nous ne passons pas massivement à l’agriculture biologique en France et dans le monde, c’est parce qu’« on ne pourrait pas nourrir la planète ».

Depuis quelques années, études, contre-études, proclamations et démentis se succèdent. À tel point qu’il devient difficile de se faire une idée claire et de soutenir une position. Au-delà des chapelles et des idéologies, regardons concrètement ce qu’il en est.

Le bio, 25 % moins productif

Les derniers travaux officiels, et certainement les plus communément admis sur la question, ont été publiés par la revue Nature en 2012. Ils s’appuient sur les résultats de soixante-six études. Les chercheurs américains et canadiens y ont mené 316 comparaisons entre bio et conventionnel sur trente-quatre espèces. La synthèse de ces travaux montre qu’en moyenne, les rendements de l’AB sont 25 % inférieurs à l’hectare. Avec une grande disparité selon les cultures : si les fruits n’ont un rendement inférieur que de 3 % et les légumineuses de 8 %, les légumes et le blé culminent à 33 et 40 %. D’autres études en Europe et aux États-Unis (comme celle de l’Institut de recherche pour l’agriculture biologique en Suisse qui a duré vingt-et-un ans) s’accordent sur un rendement global de -20 %.

L’étude de Nature conclut donc qu’il sera impossible de nourrir l’ensemble de la planète avec l’agriculture biologique sans augmenter les surfaces cultivées. L’affaire semble entendue. Mais est-ce réellement si simple ?

Productif dans quelles conditions ?

Si les rendements peuvent être froidement quantifiés et lissés dans des moyennes, ils sont réalisés dans des conditions qui sont loin d’être uniformes sur la planète. Et en fonction du contexte, les résultats peuvent être très différents.

Ainsi, dans un rapport présenté devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 8 mars 2011, Olivier de Schütter, rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation expliquait : « Les preuves scientifiques actuelles démontrent que les méthodes agroécologiques sont plus efficaces que le recours aux engrais chimiques pour stimuler la production alimentaire dans les régions difficiles où se concentre la faim. À ce jour, les projets agroécologiques menés dans 57 pays en développement

Le 4 décembre 2013
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Le bio est-il moins productif ?

Close

Rejoindre la conversation

Greg le 09/12/2013 à 00:45

D'ailleurs à quoi sert-il de tout mécaniser si c'est pour au final laisser un nombre croissant de personnes sans activités (paysans sans terre, jeunes agriculteurs sans accès au foncier)

Greg le 09/12/2013 à 00:35

De mon poste précédent je voudrais corriger quelques fautes de frappes: ce n'est pas Clauses Bourguignon mais Claude Bourguignon.

Greg le 09/12/2013 à 00:27

L'agriculture chimique n'est pas durable car trop mécanisée. Les engrais chimiques en plus du labour trop profond tues la micro faune et flore du sol et accélère l 'érosion de la couche arable. Regardez les conférences de Clauses Bourguignon. Et les OGM qui sont l'aboutissement de ce système de production a bout de souffle interfèrent avec la nature avoisinantes. L'amaranthe s'est croisée avec le mais BT de Monsanto, mais quand serait il des interactions génétiques seraient dégénérative sur les abeilles. Dans leur coffre fort du sylvebarde, tout ces pseudo philanthropes y ont stockés toutes les semences, bien commun de l'humanité (c'est dire a quel point les monsanto et © sont confiants dans leur systéme) mais il n'y ont pas mis les insectesTout comme les antibiotiques, le chimique ne devrait pas être automatique sinon autant se laver tous les jours a l'eau de javel et les cheveux a l'alcool a 90°. Certains diront que c'est une bonne idée du moment que ça peut se commercialiser.
En attendant faîtes votre jardin!

Catherine Deslandes le 06/12/2013 à 12:41

Merci pour cet article qui comme l'indique le commentateur précédent est extrèmement bien écrit , clair, et parfaitement documenté !
Il me semble évident qu'aujourd'hui, plus personne, (en tout les cas plus aucun politique au monde ) ne peut ignorer cela !
Notre ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll commence à prendre des décisions qui vont dans le bon sens ……et je veux croire que peu à peu d'autre le suivront, que leurs choix seront de plus en plus déterminés et que leurs résultats seront des exemples criants à suivre partout !
Comme Nelson Mandela , je ne suis pas une optimiste mais j'ai une foi illimitée en l'espérance !

Dophinel le 06/12/2013 à 01:13

Un article comme j'aimerais en lire plus, sérieux, documenté, bien construit, bien écrit !
Et qui révèle sans équivoque, qui dirige ce monde : le profit et la mort ... il est plus que temps de prendre des virages !