Agriculture

« L’agroécologie pour se réconcilier avec soi-même, son entourage et la nature. »



Depuis 1994, l’association Terre & Humanisme, initiée par Pierre Rabhi, promeut l’agroécologie en France, en Afrique, en Palestine et en Colombie. Christophe Probst, responsable de développement et formateur, revient sur les principes de cette pratique agricole, qui relève à la fois de la discipline scientifique et du mouvement social.

agroécologie terre humanisme

Trois questions à Christophe Probst de Terre & Humanisme

Quelles sont les similitudes entre l’agroécologie prônée par le ministère de l’Agriculture et celle valorisée par Terre & Humanisme ?

Les similitudes…? [Silence] Je n’en vois pas. Il manque une vision globale aux projets du ministre Stéphane Le Foll. Certaines mesures sont prises pour réduire les intrants, les pesticides, les engrais, etc. Mais elles ne sont pas suivies de faits. Elles oublient l’humain, ignorent l’organisation sociale des paysans. Cela manque de cohérence et n’inclut pas la possibilité d’une métamorphose sociétale.

L’agroécologie vue par Terre & Humanisme entraîne un changement de paradigme, touchant à toute l’organisation de la société. Pour nous, c’est une question d’éthique. Pour le ministère de l’Agriculture, l’agroécologie est perçue de manière technique et partielle.

Nous avons une autre vision du monde : sur la façon de produire, de consommer, de  transporter les aliments, de travailler ensemble,

Le 11 décembre 2015
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

En lien avec le sujet

contenu abonnés
| Agriculture biologique

Achetons mieux, achetons groupé

contenu abonnés
| Parentalité positive

L'importance d'écouter

« L’agroécologie pour se réconcilier avec soi-même, son entourage et la nature. »

Close

Rejoindre la conversation

caltot le 25/12/2015 à 00:18

etant pere d un enfant de 10 ans , je me dois de rester optimiste.
Kaimagazine est pour moi une source tres positive remplie d optimisme.
je suis cuisinier,mais mon patron me dis que ce n est pas possible de cuisiner bio, car trop cher...
en revanche celui ci m a permis d exploiter une belle parcelle de terrain visible de la salle de restaurant, j ai donc realiser 2 belles buttes ( en mode permaculture ) au mois d octobre .
a mon retour au mois de mars avec une bonne dose de semence bio j espere pouvoir influencer mon entourage de ce mode de culture formidable dont j ai deja eu l occasion d experimenter.
le monde est devenu fou, et j espere que l on arrivera a nous debarrasser de cette folie collective

Olivier le 17/12/2015 à 19:26

Dommage, cette interview ne donne pas beaucoup d'informations, peut-être sera t-elle utile pour les gens qui n'ont pas de jardin ni touché à de la terre, pour les autres c'est un peu maigre.