Agriculture

La base de la vie est la santé, la base de notre santé est l’alimentation



Pierre Rabhi répond aux questions des lecteurs de Kaizen sur la thématique de l’alimentation.

PierreRABHI-45_

Didier et Echos verts : Compte tenu de la pauvreté des sols, peut-on encore croire à une alimentation saine ? Selon vous, qu’est-ce qu’une alimentation éthique ?

Pierre Rabhi : Rares sont les terres parfaitement vierges de toutes nuisances. Il y en a effectivement de moins en moins. Et comme le sol est un organisme vivant qui nourrit le végétal, lequel nous nourrit à son tour, il est certain que notre alimentation et notre santé en pâtissent. En cela, les reconversions sont louables et méritent d’être encouragées. Même si régénérer et revitaliser une terre pauvre peut prendre beaucoup de temps, c’est toujours possible et c’est ce que nous avons prouvé en Ardèche et au Sahel. Il ne s’agit pas seulement de supprimer les résidus de pesticides mais de rendre au sol toute sa capacité à transformer les éléments en véritable énergie de vie. Ce n’est pas qu’une question chimique mais aussi vibratoire ! Une alimentation saine est une alimentation vivante qui nous relie à l’énergie de la terre et du cosmos. Une alimentation éthique s’inscrit dans une démarche globale qui respecte la terre d’où elle est issue et les humains qui l’ont cultivée.

Katia, Kattalin et Amélie : Peut-on continuer à manger de la viande ? Des œufs ? Du lait ?

Pierre Rabhi : Il revient à chacun de choisir librement son alimentation. Je ne suis pas moi-même végétarien. Il m’est arrivé de penser avec mon mental que je devrais l’être mais d’être vite ramené à l’évidence que mon corps a besoin de protéines animales pour se maintenir en bonne santé. Tomber dans des régimes péremptoires me semble dangereux. Il est important que chacun reste à l’écoute de ses ressentis.

Là où réside le cœur du problème est la façon dont sont traités les animaux au sein de la modernité. Concentration hors-sol, nourriture inadaptée, maladies, stress, etc. : cela n’est pas admissible. Les protéines issues de la souffrance animale sont forcément nocives pour nous. Donc, continuer à manger de la viande, oui cela est possible, en fonction des besoins de chacun, mais tout dépend des conditions de production. Il est également évident que la modération est requise afin de ne pas épuiser notre terre à produire quantités de végétaux pour nourrir les animaux, alors que tant d’humains ne mangent toujours pas à leur faim !

David : Si vous ne deviez garder que trois aliments, lesquels seraient-ils ?

Pierre Rabhi : Personnellement, ma préférence se porte sur les céréales, les légumineuses et les protéines animales. Je ne tolère pas bien les fruits et les crudités. Je pense que nous portons tous en nous une hérédité qu’il est difficile de renier. Dans mon cas, il s’agit de l’alimentation carnée des peuples du désert.

Hélène : Quelles solutions pour que l’alimentation tienne une part plus importante dans les préoccupations de tous, qu’elle retrouve une place digne ?

Pierre Rabhi : Il y a malheureusement de par le monde bien des êtres humains qui n’ont pas accès à une alimentation suffisante et encore moins équilibrée, alors que nous disposons de toutes les ressources et savoir-faire nécessaires pour satisfaire les besoins de tous. C’est pourquoi Jean Ziegler* disait : « Tout enfant qui meurt de faim est victime d’un assassinat. » Il est grand temps qu’une humanité plus généreuse donne à cet enjeu vital plus d’importance que celle accordée à la destruction par la fabrication d’armes, objets superflus et déchets de toutes sortes.

La base de la vie est la santé, la base de notre santé est l’alimentation ; et le premier maillon de cette chaîne est la terre. Si peu de médecins en ont eux-mêmes conscience ! Redonner à la terre ses lettres de noblesse, c’est ce à quoi nous nous attelons depuis vingt ans avec l’association Terre & Humanisme, puis avec le centre Amanins et le Mouvement Colibris, à travers la formation des paysans, les stages d’initiation à l’agroécologie et la sensibilisation du plus grand nombre.

 

*Reporter pour le droit à l’alimentation auprès des Nations Unies.

 

Propos retranscrits par Claire Eggermont

Retrouvez l’intégralité du dossier sur l’alimentation dans Kaizen 18 (janvier-février  2015).


Lire  aussi : L’eau, vitale pour l’être humain

Lire aussi : Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es

Boutique : je passe à l'acte !

France - 1 abonnement - 1 an - 6 numéros

34,00 €

Débuter son potager en permaculture - Acte 1

8,00 €

Faire progresser son potager en permaculture - Acte 2

8,00 €

Faire connaissance avec les légumes

10,00 €

En lien avec le sujet

contenu abonnés
contenu abonnés
| Agriculture biologique

Achetons mieux, achetons groupé

La base de la vie est la santé, la base de notre santé est l’alimentation

Close

Rejoindre la conversation

Ludovic le 20/01/2016 à 20:37

Un mangeur de viande qui déclare : "Un jour il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation, qui n' est pas de produire et de consommer sans fin, mais d' aimer, d' admirer et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes."
???

Si pour lui élever, priver de liberté des animaux, les égorger et les découper en morceau est synonyme d'aimer, d'admirer et de prendre soin de la vie, alors il a un sacré problème. C'est même à la limite de la Psychopathie.

Souihi Anouar le 16/01/2016 à 16:59

Complètement d'accord avec Sophophile, j'ajoute que l'élevage est un gouffre autant au niveau énergétique, espace, eau, sanitaire, alimentaire (une vache à viande consomme 16kg de nourriture pour 1kg de viande) ajoutez à ça les contraintes à respecter de foin/paillage, mises-bas etc
Vivre Vegan est si (sain)ple.
Quand à dire que les protéines animales sont nécessaires pour développer sa musculature et/ou la maintenir, il faut s'informer sur les modes actuelles dans le domaine du culturisme aux USA par exemple des personnes comme Jon Venus (Vegan), Jim Morris ou en France: Frank Medrano et tant d'autres prouvent que ce ne sont que des mythes.
Merci.

messin le 12/04/2015 à 22:35

je serais incapable de tuer un animal même pour survivre. Je mange des oeufs et un peu de poisson gras. Avec l'âge les protéines végétales sont moins bien assimilées. Je suis convaincu que les protéines animales accroissent l'agressivité.
J'aimerais connaitre davantage la culture en butte du hors série n°3 de Kaysen
merci

Sophophile le 15/03/2015 à 11:09

Sur quels arguments "scientistes" ou non s'appuie Pierre Rahbi pour affirmer ceci : " Il m’est arrivé de penser avec mon mental que je devrais l’être mais d’être vite ramené à l’évidence que mon corps a besoin de protéines animales pour se maintenir en bonne santé." ?

Outre le non respect de la vie, ignore-t-il le stress de l'animal qu'on abat - même nourri bio exclusivement local - et ses conséquences "dans" la viande ?

Toutes les vitesses d'évolutions spirituelles qui font croître l'amour sont dans la nature :-)

Un végétarien depuis 1972

Tewou le 22/02/2015 à 16:57

Je suis très reconnaissant a mon ami qui m'a permis de faire votre connaissance. Votre honnêteté et votre humilité me poussent a faire comme vous. J'aime la nature et tout son contenu. La terre d'ou nous sortons est notre mere nourricière. Entretenons la terre pour nous même mais également pour les générations futures. Merci