Santé

L’altruisme, c’est bon pour la santé



Quand on est altruiste, c’est pour faire du bien à l’autre, pense-t-on. En fait, l’altruiste se fait – aussi – du bien en faisant du bien… Et ce n’est pas honteux de l’avouer !

Altruisme
© Pascal Greboval

L’humain n’est pas seulement préoccupé par son profit

Les économistes ont longtemps pensé que nous étions guidés par des motivations extrinsèques : nous faisons quelque chose car nous sommes payés pour le faire, par exemple. Mais la recherche du seul intérêt personnel ne peut pas expliquer nos comportements économiques. Ils sont mus par autre chose. Les économistes l’ont bien compris, et s’intéressent de plus en plus aux motivations intrinsèques, où l’on agit pour d’autres raisons que son seul profit : la fierté de soi, le plaisir de faire du bien aux autres, l’empathie, le besoin de préserver l’estime de soi, etc. « L’humanité serait peut-être moins développée si nous n’avions pas ces sources de motivation ! », souligne Marie-Claire Villeval, directrice de recherche au CNRS et spécialiste d’économie expérimentale.

L’altruisme, bon pour l’autre et bon pour soi

Certains froncent déjà les sourcils : certes, nous sommes mus par le désir de faire du bien aux autres, mais lorsque nous faisons quelque chose pour les autres, nous soignons du même coup notre image. Aux yeux de certains, l’altruisme ne serait donc que de l’égoïsme déguisé ! Des siècles d’éducation judéo-chrétienne nous ont en effet enseigné que lorsque nous rendons service à quelqu’un,

Le 18 février 2016
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

L’altruisme, c’est bon pour la santé

Close

Rejoindre la conversation

buri le 18/02/2016 à 13:13

Moi, j'aimerais que l'on m'explique en quoi c'est positif ou négatif de vivre plus ou moins longtemps?
En quoi l'Abbé Pierre, Mère Thérésa, Mandela, Gandhi... ont été égoïste au vue de leur parcourt de vie?
Pour moi être un positif extrémiste est aussi nocif qu'être un pessimiste extrémiste tout est dans l'équilibre:
Ne pas se voiler la face, être réaliste, pragmatique faire au mieux à l'instant T, tout en gardant l'espoir que demain si on y met du sien (son âme), sera plus lumineux.