Agriculture

Ton jardin tu prêteras,
la récolte vous partagerez



Prêter à un particulier le potager dont on ne peut pas s’occuper contre une partie de la récolte ? Cette pratique solidaire et conviviale se développe grâce à des sites d’annonces qui facilitent les échanges et offrent ainsi de nouveaux terrains de rencontre.

EHF-2015-05-1078

Tous les deux affairés, elle au milieu des parterres de fleurs, lui au potager, ils forment un duo de jardiniers peu commun. Simone a 90 ans, François en a 66 de moins. On pourrait les croire grand-mère et petit-fils, mais il y a quelque temps encore, ils ne se connaissaient pas. Pour la troisième année consécutive, le jeune homme emprunte la parcelle de cette habitante de Villebon-sur-Yvette (91). Durant son temps libre, François sème, cultive et récolte les produits du potager que Simone n’a plus la force d’entretenir. En retour, elle reçoit avec plaisir sa part de courgettes, haricots verts, salades ou carottes au gré des saisons.

La rencontre s’est faite par l’intermédiaire du site Internet Savez-vous planter chez nous, qui met en relation propriétaires de terrain et jardiniers amateurs en quête d’un lopin de terre. « C’est ma belle-fille qui a eu l’idée de m’inscrire, sans même me le dire ! », s’amuse Simone. Ses cinquante mètres carrés de potager font ainsi le bonheur de François. « J’ai été élevé dans une grande maison, avec beaucoup de terrain. Je passais énormément de temps dans le potager de mon grand-père. Alors, me retrouver dans un petit appartement en région parisienne, c’était  difficile ! », témoigne-t-il.

Jardiner, un terrain de rencontres

L’arrangement est souple. François prévient d’un coup de fil et vient au jardin quand il veut et quand il peut, le week-end et le soir en semaine, après le travail. Il utilise les outils de la maison et irrigue grâce à deux récupérateurs d’eau de pluie. C’est lui qui choisit et achète les semis. Le partage de la récolte se fait ensuite en toute simplicité. « On ne pèse pas ! », plaisante-t-il. Quand il est au potager, Simone n’est jamais loin, taillant les rosiers, traquant les mauvaises herbes et les pissenlits dans ses myosotis et ses primevères. C’est l’occasion de bavarder. « On ne parle pas que jardin ! », souligne François. Il évoque son travail, sa voiture en réparation chez le garagiste, prend des nouvelles des petits-enfants et arrière-petits-enfants de Simone, avec lesquels il lui arrive de partager un goûter lorsqu’ils sont de passage. Quant à Simone, elle a déjà fait la connaissance de la petite amie du jeune homme, de ses parents et même de ses beaux-parents.

« Le jardin est un terrain de rencontres, où l’on cultive autre chose que les seuls légumes », résume Vincent Larbey, membre du réseau national du Jardin dans tous ses états (JTSE) et directeur de l’Écolothèque de Montpellier Agglomération.

Le renouveau du jardinage

Selon lui, les coups de main entre jardiniers existent depuis longtemps, mais, depuis le milieu des années 2000, il observe une

Le 7 juin 2016
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Ton jardin tu prêteras,
la récolte vous partagerez

Close

Rejoindre la conversation

Claudel le 11/11/2016 à 11:28

Bonjour !
cela est intéressent , pour les grandes villes , Mais dans les petites villes ou campagnes , difficile a faire ? car on retrouve tout c'est jardiniers sur les marchés ou chaqu'un vend ça propre récoltes. C'est gents là , vous donnent des conseils pour planter , mais pas d'échange . Dans mon village de trois milles habitants ( Chabris 36210 ) il y a beaucoup de jardin abandonné , car les gens sont trop vieux .

Nicolas Cadilhac le 10/06/2016 à 16:06

Et n'oubliez pas PlantCatching (http://plantcatching.com/fr) qui permet de partager plantes, semences, surplus de récoltes, matériaux de jardinage, bacs Incroyables Comestibles et jardins, à longueur d'année.