Chronique de Pascal Greboval

Infirmière ou policier ? le faux débat

farida

Infirmière ou policier ? le faux débat

Tentons de prendre de la hauteur. Car là, collée sous nos yeux, sur les réseaux sociaux et autres médias, tourne en boucle cette image d’une infirmière molestée par les forces de l’ordre. D’un côté, les cris d’orfraie : « Quoi ! une infirmière qui a eu le Covid, qui a sauvé des vies… La police ne respecte plus rien » ; de l’autre : « Si elle a de l’asthme, qu’allait-elle faire dans une manifestation ? Et puis elle n’avait qu’à pas envoyer de projectiles sur les forces de l’ordre. » Loin de moi l’idée de vouloir départager les responsabilités des uns et des autres. N’allez pas lire que j’approuve les méthodes musclées de l’arrestation de cette femme de 1,55 mètre par des RoboCop qui lui tirent les cheveux. Il y a la loi et la façon de la faire respecter.

Ce que montre cette séquence, c’est qu’on est encore loin de la « pensée complexe » d’Edgar Morin [lire Kaizen n°50 ]. On juge sur la base d’une photo ou d’une vidéo d’une trentaine de secondes. Pourquoi cette infirmière a-t-elle lancé des projectiles ? Est-ce la colère d’avoir enduré ces derniers mois des conditions extrêmement difficiles alors que des technocrates, au chaud dans leurs ministères, gèrent depuis des années les hôpitaux avec des tableaux Excel ? Tous les jours et de manière exacerbée pendant la pandémie, cette femme en blouse blanche fait face à des êtres humains frappés par la maladie, la peur, la souffrance, la mort ; elle  fait face à des familles en deuil, pas à des tableaux croisés dynamiques ou à des histogrammes ! Pourquoi les forces de l’ordre ont-elles été si rudes avec elle  ? Mais, in fine, le pourquoi ne m’intéresse pas. Ce que je vois surtout, c’est que cette séquence nous divise. Elle renforce les « anti » comme les « pro » police dans leurs convictions. Et tout le monde se fait prendre au piège du « diviser pour mieux régner » des dominants . Avec, d’un côté, une infirmière qui touche 2 000 euros ; de l’autre, des CRS qui en touchent 2 500. La belle affaire…

Au dessus, Marc Zuckerberg doit bien rigoler de nous voir tous rivés à des écrans engrangeant recettes publicitaires et temps de cerveau disponible.

Au dessus, les « dirigeants » français doivent bien rigoler de nous voir nous écharper pour ou contre des « Français moyens » pendant qu’ils votent une loi de finances rectificative où l’on donne, par exemple, 15 milliards d’euros à l’aviation, 8 milliards au secteur automobile, 60 millions pour le développement du vélo et zéro pour le ferroviaire. Ça, c’est un vrai enjeu de société… et personne n’en parle.

Et je ne vous raconte pas les exilés fiscaux, qui privent les infirmières comme les forces de l’ordre de conditions de travail et de revenus décents. Pour mémoire l’évasion fiscale c’est 100 Milliards d’euros par an. Ils ont la belle vie, aux Caraïbes ou ailleurs. Ils doivent bien rigoler, eux aussi.

Bref, cette séquence révèle la dualité, symptôme et symbole de notre société. Si nous voulons changer les choses, changeons déjà cette vision duelle qui nous tue. Soyons unis.

Boutique : je passe à l'acte !

France - 1 abonnement - 1 an - 6 numéros

34,00 €

Lot "Petite Autonomie"

30,00 €

Petit manuel de résistance contemporaine

15,00 €

BD - Émotions, enquête et mode d'emploi Tome 3

18,50 €

En lien avec le sujet

Infirmière ou policier ? le faux débat

Close

Rejoindre la conversation

Sylvette D. le 18/06/2020 à 14:47

Adam G , juste un petit rectificatif a votre commentaire : la vidéo de cette infirmiére lançant des projectiles sur les forces de l'ordre et leur faisant des doigts d'honneur circule bien , je l'ai d'ailleurs partagée sur ma page FB .Mais curieusement on la voit beaucoup moins souvent que l'autre.. celle ou elle se fait molester !

Adam G. le 17/06/2020 à 21:03

Bonjour.
Je ne suis pas d'accord avec votre article.
Premièrement sur quelles informations vous basez-vous pour dire :
- que cette infirmière gagne 2000 EUROS (et quand bien même )?
- qu'elle a lancé un projectile ? alors qu'il n'y a pour l'heure aucune vidéo affirmant cela - seule "les dires" des officiels l'affirme.

Étiez-vous à la manif, sur la place des Invalides, encerclés par les forces de l'ordre qui ont décidé de séparer la manifestation, alors bonne enfant ; bloquant ainsi une partie des manifestants pendant plus d'une bonne demi-heure avant que bizarrement cela dégénère ?

Interrogez les street-medics, et demandez-leur combien d'interventions ils ont dû faire ? Combien de crânes fracturés d’hospitaliers, combien de blessures par LBB et autres, les manifestants ont subies ? Combien d'entre-eux, les street-médics, ont été molestés ?

Je vous rejoins seulement sur une chose : les images circulent vite et voir trop vite, déformée de la réalité, auquel on rajoute des paroles officielles mensongères - une propagande.

La réalité est que le gouvernement a décidé de poursuivre son travail de sape et de destruction, à l'aide d'un bras armé d'extrême-droite.

Il n'y aura plus de retour en arrière possible.
Car le gouvernement et son ministre de l'Intérieur ont permis aux ultra-fascistes de prendre la main de l'organe gouvernementale répressif ;
Car ces derniers ne le lâcheront pas.
Car le gouvernement finalise un projet mis En Marche depuis les années 70 : La reprise en main du pouvoir mondial par les ultra-riches. Ils ont eu peur de mai 68 et se sont jurés qu'il n'y aurait plus jamais cela.

L'affrontement que vous dénoncez comme un jeu de dupe n'en ai plus un et vous ne le voyez pas.

Les prochaines rencontres seront de plus en plus sanglantes, malheureusement.
A très bientôt le premier mort, l'embrasement.

Les dirigeants semblent avoir oublié qu'un peuple soumis se révoltera toujours et qu'un peuple écrasait n'aura plus rien à perdre.
Le dormeur se réveille et les générations futures ne seront que plus violentes.

Les dirigeants ont déjà perdu mais ne le savent pas, derrière leur autisme financier.
Car ils ont oublié un chose : Dame Nature.
On peut jouer avec les peuples, mais on ne joue pas avec la Nature.
Et cela, les nouvelles générations l'ont très bien compris.
Et bientôt, très bientôt, Elle et elles nous le rappellerons très violemment.


Bien sûr, mon commentaire ne passera sûrement pas, et s'il passe, tant mieux.


"La minorité silencieuse"