Chronique de Pascal Greboval

Les gilets jaunes dans la poche des écolos ?

velo gilet jaunne kaizen

Tout est potentiellement source de tensions, de confrontations. Tous les jours, nous y sommes confrontés : « On fête Noël chez mes parents ? Non, chez les miens ». Parfois avec soi-même : « Je reprendrais bien un peu de chantilly sur ma tarte, mais je vais grossir. » Et les tensions croissent avec l’importance des enjeux. L’opposition actuelle entre les défenseurs de l’environnement et les gilets jaunes en est le reflet. Je sais, le sujet est sensible et les nerfs à vif de chaque côté. Néanmoins, je suis un peu surpris de la véhémence des propos que je peux lire ou entendre à l’endroit des gilets jaunes. Certes, je pense que l’usage du pétrole détruit la planète. Et à l’examen des faits, certains arguments des gilets jaunes ne tiennent pas la route. Le pétrole, outre que c’est moche et ça pollue, ça tue aussi des gens : 48 000 morts liées à la pollution de l’air par les particules fines chaque année en France. On pourrait donc conclure : « Faut arrêter d’exploiter le pétrole, vous êtes des inconscients. » Même l’argument économique est contestable : à monnaie constante, l’essence est moins chère qu’il y a quarante ans. En 1973, avec une heure de SMIC, on pouvait en acheter trois litres, contre six aujourd’hui.

Ce serait oublier l’apport d’Edgar Morin, figure tutélaire du mouvement alternatif, qui nous alerte depuis des années : « Nous sommes encore aveugles au problème de la complexité 1. » À lire certains, je me demande de quel côté in fine se situent l’outrance, la simplification ?

Car franchement, est-ce uniquement la responsabilité des personnes qui utilisent leur voiture de gaspiller l’or noir ? Oui, chacun peut faire sa part, et prendre le vélo pour aller chercher son pain. Par exemple. Mais stigmatiser, vilipender à ce point les gilets jaunes « d’un seul tenant », comme s’ils étaient les mêmes parce qu’ils sont semblables, c’est exonérer à bon compte les vrais responsables et participer à la stratégie du pourtant célèbre « diviser pour mieux régner ». Est-ce bien raisonnable ?

l’État montre le mauvais exemple

Depuis cinquante ans, on nous vend le récit de la voiture symbole de la liberté. Avec des politiques qui favorisent ce paradigme. Depuis 1970, l’État encourage l’accès à la

Le 16 novembre 2018
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Les gilets jaunes dans la poche des écolos ?

Close

Rejoindre la conversation