Agriculture

La Ferme du bonheur : quand l'agri-culture revient en ville

La vue depuis l'entrée de la friche du P.R.E. © Laure Hänggi

Depuis sa création il y a 24 ans, la Ferme du bonheur, installée sur une ancienne friche de 2500 m², est devenue une institution de la vie associative et culturelle à Nanterre dans les Hauts-de-Seine. Un lieu atypique d’évasion, de rencontres et de liberté, qui repense la ville et l’agriculture à deux pas du RER. 

« C’est marrant mais quand on bosse, on n’entend pas du tout le RER. On se croirait vraiment au bled ! » Torse nu, lunettes de soleil pendant autour du cou, Roger des Près, le créateur de la Ferme du bonheur, regarde s’éloigner la file de wagons. Pour les citadins, le bled, c’est la campagne. Et à la vue de la végétation luxuriante qui nous entoure, il est difficile de croire que nous sommes en plein Nanterre, au nord des Hauts-de-Seine (92), juste derrière le RER A et l’Université Paris X. Seules les tours et les grues de chantier, qui dépassent derrière les arbres, nous convainquent qu’au-delà cette bulle de tranquillité, c’est bien la ville.

Sur sa chaise de jardin un peu rouillée, Roger des Près mange une tartine au miel. « Fait maison ! », dit-il au groupe assis près de lui, qui prend son goûter à l’ombre du soleil. Comme tous les dimanches après-midi, des travaux « d’agro-poésie » – métaphore pour nommer le défrichage et le nettoyage – sont organisés au P.R.E., le « Parc Rural Expérimental » comme l’a baptisé l’artiste des Près. Situé à dix minutes à pied de la Ferme, les 4 hectares du P.R.E. représentent la dernière friche sauvage du projet urbain qui poursuit l’Axe historique du Louvre à la Défense. L’association en a pris autorité « comprenez responsabilité – commune, spontanée et libre » en 2008, détaille Roger des Près. Depuis, le travail de défrichage ne s’est jamais arrêté : mauvaises herbes et ronces arrachées, arbres plantés, déchets en tout genre (verres, seringues, batteries, plastiques, etc.).

Dépolluer les sols

Désormais, le P.R.E., avec ses allées, ses petits murets en pierre sèche, ses ruches et ses plantations diverses a des allures de clairière verdoyante ! Un lieu qui tranche (et repose !) avec

Le 29 mai 2017
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

En lien avec le sujet

contenu abonnés
contenu abonnés
| Arts vivants et Culture & Solidarités

ThéâtriCité : l’art de jouer au service de la société

La Ferme du bonheur : quand l'agri-culture revient en ville

Close

Rejoindre la conversation

starzinskas le 29/05/2017 à 22:46

Merci pour cet article qui fait découvrir un lieu extraordinaire... j'ai eu la chance d'y aller quelques jours, c'est magique et le travail mené par Roger et sa bande est stupéfiant

Talec le 29/05/2017 à 22:38

Bonjour,

Et félicitations pour cette riche expérience qui dure depuis 24 ans.

Marc