Faire le tri dans ses idées reçues sur le recyclage



Quelles matières se recyclent le mieux ? Lesquelles favoriser pour vos achats ? Si les meilleurs élèves s’appellent verre, papier ou carton – ils ne sont pas dépourvus de conséquences environnementales. En bas de l’échelle : les emballages plastiques, déchets électroniques et les textiles.

# Recycler le verre : fausse bonne idée ?

Taux de recyclage record pour les bouteilles et les flacons en verre : en 2016, 86% de ces récipients étaient recyclés en France, d’après le rapport annuel d’Eco-Emballages. Naturel, imperméable, non-dangereux et recyclable à l’infini, le verre apparaît comme le choix numéro un pour l’environnement et la santé.

Si le processus de recyclage du verre est bien rodé, il est aussi extrêmement gourmand en énergie et en eau. Une fois collecté et trié, le verre subit une refonte à 1400°C avant d’être moulé en de nouvelles bouteilles et bocaux. « Le recyclage reste moins impactant que la fabrication de verre neuf, à partir de sable », nuance Jean-Charles Caudron, responsable du service Produit efficacité matière à l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

La consigne est morte, vive la consigne ? Abandonnée il y a plus de 25 ans, elle a laissé place au verre à usage unique. Vin, bière, jus de fruit, confiture ou sauce tomate : une fois vidés, les récipients en verre finissent aussitôt leur course à la poubelle. Or, une étude de l’ADEME estime, en 2018, qu’un système de consigne peut permettre une réduction de 65 à 85% de l’impact environnemental global de l’emballage en verre.

« La consigne a du sens sur des circuits courts »

Mais « le ré-remplissage du verre n’a de sens que sur des circuits courts », prévient Jean-Charles Caudron. En effet, sur une longue distance, le bilan de la consigne s’inverse en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, « il serait utopiste d’imaginer par exemple un système de consigne pour les bouteilles de vin français, expédiées dans le monde entier et dont la forme est spécifique à chaque vignoble. »

Si la généralisation de la consigne du verre n’est pas encore à l’ordre du jour, la réutilisation des contenants au niveau individuel est quant à elle possible, via des achats en vrac notamment.

# Carton recyclé : soupçons de contamination

Multiplication par sept de la consommation française de carton en 40 ans ! En cause : nos pots de yaourts, tubes de dentifrices, plats préparés et autres paquets de gâteaux, emballés, voire suremballés, dans les rayons des supermarchés. « L’essor du commerce en ligne multiplie aussi les cartons de livraison, de tailles souvent disproportionnées », souligne Jean-Charles Caudron.

Si papiers et cartons sont recyclés à 65%, c’est le cas de seulement 51% des briques alimentaires, mélanges étanches de carton, de polyéthylène et d’aluminium. Les premiers peuvent être transformés environ dix fois en nouveaux emballages, contrairement aux briques alimentaires, plus complexes à recycler. Le

Le 15 mars 2019
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Faire le tri dans ses idées reçues sur le recyclage

Close

Rejoindre la conversation

Stéphanie G. le 13/06/2019 à 11:33

Bonjour,
concernant la consigne de verre, le problème des circuits longs est une fausse excuse. Il est possible d’imaginer une laverie dans chaque département, ce qui soutiendrait en plus l'emploi local. Cet article référence une carte toutes les initiatives qui existent déjà en France (https://crevette-diplomate.fr/la-consignation-du-verre-solution-ecologique-et-economique/?et_fb=1&PageSpeed=off).
Concernant le téléphone et autres appareils électroniques, votre article n'indique pas où il faut les déposer pour le recyclage. Comme nous payons une éco-taxe pour leur recyclage, à mon avis, c'est le rôle des vendeurs de les reprendre. Mais cela n'est pas automatique. Quand j'ai été rapporté mon vieux téléphone en agence SFR, le vendeur m'a regardé bizarrement, et j'ai dû insister pour qu'il le reprenne. Il l'a fait mais plus pour me faire plaisir que pour le mettre au recyclage !