Donner une deuxième vie aux vélos électriques

Par Auriane Latrémolière, le 2 novembre 2020

Entrepôt de vélos électriques de La Petite Rennes. © Auriane Latrémolière

Pour poursuivre son initiative de réemploi de vélos, l’association La Petite Rennes ne s’est pas arrêtée à la simple récupération et réparation des vélos classiques. Depuis 2018, elle reprend la flotte de vélos électriques inutilisables de la société de transports urbains Keolis Rennes. Reportage.

« On ne se rend pas compte à quel point on produit énormément de vélos, et derrière, on stocke, on stocke », déplore Nicolas Prévoteau, responsable de l’atelier de La Petite Rennes. Selon l’Agence de la Transition écologique sur les 37 millions de vélos français, plus de 10 millions dorment dans les caves et les garages de l’hexagone. Une situation que l’association La Petite Rennes fondée en 2012, veut endiguer. Déchetteries, bailleurs, particuliers, aucun coin ne leur échappe. Il récupère 10  tonnes de vélos par an.

Avec du rock en musique de fond, le petit atelier situé au 20 rue Chicogné à Rennes est le meilleur endroit pour réparer, régler, bichonner son vélo. En cotisant pour la somme de 20 euros par an, les bénévoles démontrent qu’une crevaison ne veut pas dire vélo cassé. Ils accompagnent les adhérents pour la réparation et l’entretien de votre vélo à moindre coût pour permettre à des personnes à faibles moyens d’avoir accès à la mobilité en toute sécurité.

Un bénévole expliquant comment poser une chambre à air de vélo dans l’atelier de La Petite Rennes. © Auriane Latrémolière

En 2013, Keolis délégataire de Service Public Transports et de Mobilité auprès de Rennes Métropole se lance dans l’expérimentation de la location longue durée du Vélo à Assistance Electrique (VAE). A l’issue d’une année de location, les vélos électriques sont proposés à la vente, à tarif préférentiel. Pratique pour faire de plus longues distances et complémentaire des autres modes de transports, le vélo électrique devient une véritable alternative à la voiture dans la métropole rennaise. Fort de son succès, la société Keolis a constitué par la suite une importante flotte de 2 000 VAE par an.

« Pousser au bout le matériau, jusqu’à la fin de sa vie, c’est notre objectif », Antoine Rivière

Cependant un problème se demeure : seulement 65% des vélos sont achetés à la fin du contrat de location et les vélos ayant passé la garantie moteur/batterie de 2 ans se retrouvent invendables. Ne suivant que ses principes afin d’agir pour une solidarité environnementale, économique et citoyenne, La Petite Rennes intervient et récupère une centaine de vélos électriques par an. Pour éviter directement la case « déchet », alors que les batteries fonctionnent encore – entre 2 et 3 ans – l’association trouve une solution : donner une seconde vie aux batteries de vélos


© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Donner une deuxième vie aux vélos électriques

Close

Rejoindre la conversation