Économie & Gouvernance et Littérature

Covid-19 – Numérique et gratuité écrivent la « page d’après » du livre français

Livre, chemin et paysage. Image libre de droits (Pixabay).

La filière française du livre tente d’encaisser la crise économique provoquée par la crise sanitaire du Covid-19. Magasins, librairies et bibliothèques ayant été fermées dès le début du confinement, le numérique et la gratuité ont été privilégiés par de nombreux acteurs. Entre (ré)apprentissage du goût de la lecture, démocratisation des savoirs, tentative de sauver les meubles et découverte de sujets d’actualité : le numérique et la gratuité écrivent peut-être une nouvelle page du livre français. Enquête.

Entre le début du confinement et le début du mois d’avril, « la plupart des acteurs du secteur rapporte une hausse des achats comprise entre 75% et 200% » relatait le 3 avril dernier Livres Hebdo, le magazine des professionnels du livre. Dans un contexte où les points de vente physique ont fermé, le numérique semble avoir la cote. Certains acteurs ont décidé de l’associer à la gratuité pour faire face à la crise économique en cours. Cette manœuvre peut certes paraître paradoxale puisque la gratuité ne permet pas directement de gagner de l’argent. Mais derrière tout cela, il y a en réalité une réflexion bien aboutie.

Un magasin en ligne peut proposer des articles gratuits pour dynamiser la fréquentation de son site et ainsi inciter à l’achat d’articles payants. C’est ce qu’a fait le Furet du Nord, géant lillois du livre. Dès le début du confinement, la fameuse enseigne du Nord a communiqué sur son offre de livres gratuits : 5000 ouvrages au total. De quoi lire pendant plusieurs confinements. Concrètement, il est possible de télécharger chacun de ces ouvrages sur leur site pour la somme de 0€. Cette offre existait néanmoins déjà avant le confinement. Mais l’entreprise aux 31 magasins a rectifié le tir dans le courant du mois d’avril. Près de 2000 livres ont été rajoutés…

Sans doute cette action a-t-elle porté ses fruits. « La commande des livres physiques a doublé et celle des livres numériques a été multipliée par cinq, observe Jacques-Olivier Cuenin, directeur Marketing & Communication du Furet du Nord. Nous sommes ravis car il y a un véritable engouement pour la lecture en France », poursuit-il. Mais cet engouement est-il suffisant ? « Cela  ne compense pas du tout la perte que nous accumulons chaque jour, nuance Jacques-Olivier Cuenin. Notre chiffre d’affaires a fortement diminué. » Cette perte, d’autres la constatent également. Et souvent des petites structures, qui en pâtissent forcément plus.

Un tableau très sombre

« Le secteur du livre est très gravement mis à mal par la crise sanitaire » résume d’un trait Vincent Monadé, président du Centre National du Livre (CNL). Il complète : « Sur la période du confinement, les entreprises [du livre] ont perdu entre 70% et 90% de leur chiffre d’affaires et les librairies quasiment 100%. Dans un scénario favorable, nous estimons que la perte de chiffre d’affaires du secteur avoisinera les 30% en fin d’année. » Un tableau déjà très noir, qui pourrait s’assombrir plus encore. « Ce serait très inquiétant si une seconde période de confinement devait être décidée à l’automne » précise celui qui fut conseiller ministériel sous la présidence de François Hollande.

Dès le 27 mars, le CNL s’est mis en branle pour soutenir la filière française du livre en assouplissant les conditions d’accès aux aides financières. Et le 3 avril dernier, il a voté un plan de soutien d’urgence de 5 millions d’euros. Une augmentation non-négligeable qui représente environ 16% de son budget actuel. Plan d’ailleurs annoncé par le gouvernement dès le… 18 mars ! Soit le lendemain de la mise en confinement du pays. Des actions rapides, donc.

Vincent Monadé, président du Centre National du Livre (Olivier Dion ©) Livre, numérique et gratuité.
Vincent Monadé, président du Centre National du Livre (Olivier Dion ©)

De son côté, l’Association pour le développement de la librairie de création (ADELC) est elle aussi sur le coup. Didier Grevel, son secrétaire général, a annoncé dans un courrier adressé au président du Syndicat de la Librairie Française (SLF), « la prise en charge de la totalité des charges externes [NDLR : eau, électricité, charges locatives, etc] pendant toute la durée du confinement » des librairies affiliées à son organisation. Et ce pour un montant total pouvant aller jusqu’à 5 millions d’euros. Le dispositif concernera environ 450 librairies au maximum sur l’ensemble du territoire français, pour un total de… 15 000 !

Et Vincent Monadé de concéder : « Il faudra plus, beaucoup plus, pour sauver tout le monde lorsque la reprise sera là. » Pour le moment, le CNL n’a toutefois pas mis en place de mesures spécifiques pour les librairies, et ce en accord avec le SLF.

Recherche scientifique et continuité pédagogique

« Ouvrez l’accès aux publications scientifiques. » C’est le nom de l’appel lancé par la Coalition Internationale du Consortium des Librairies (ICOLC), relayé en France le 19 mars dernier par Couperin, l’ADBU et l’EPRIST [1]. Ils demandent aux éditeurs académiques d’accorder aux médecins, aux chercheurs et aux étudiants « l’accès à toutes les ressources académiques, et non seulement celles en santé […] qu’il s’agisse des sciences exactes ou appliquées, des sciences humaines et sociales ou des disciplines transverses ». Le but ? Permettre de faciliter la recherche scientifique contre la pandémie de Covid-19.

Cairn.info s’est distingué dans ce domaine en rendant largement accessible l’ensemble de leurs contenus. « Nous ne mettons pas nos contenus en libre-accès mais en accès élargi » précise Thomas Parisot, Directeur général adjoint du portail web de référence des sciences humaines et sociales.

Comment cela fonctionne-t-il ? « Cette offre est mise à disposition des étudiant-e-s et des enseignant-e-s qui ont un accès institutionnel » explique Thomas Parisot. En d’autres termes, une personne qui souhaite bénéficier de ce procédé doit être inscrite dans un établissement ayant acheté une licence d’utilisation à Cairn.info. Ce dispositif semble porter ses fruits. La fréquentation du site, depuis le début de leur action, a augmenté de 40% par rapport à la même période de l’année précédente. Et près de 10 000 comptes ont été créés, venant s’ajouter aux 300 000 existants.

Le portail internet, fondé notamment par les éditeurs Belin et De Boeck, a fait cette proposition avec un double-objectif. « Nous avons pris cette décision pour accélérer la diffusion numérique des catalogues de nos partenaires éditeurs via les universités et aider ces universités à assurer la continuité pédagogique auprès des enseignant-e-s et des étudiant-e-s » indique Thomas Parisot. Parce que d’une part les maisons d’éditions ont été fragilisées par la fermeture des points de vente physique ; et d’autre part, les bibliothèques universitaires ont été fermées dès le début du confinement et le seront encore sans doute jusqu’en septembre. D’une pierre deux coups.

Ici, les mots ont leur importance. Car le « libre-accès » revêt un sens tout particulier dans le domaine universitaire. Cette notion a été définie par la Budapest Open Access Initiative en 2002 : « La mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer, chercher ou faire un lien vers le texte intégral de ces articles », limitée seulement par le cadre légal d’Internet. Dans le cadre du dispositif de Cairn.info, il est seulement possible de consulter les contenus, non de les télécharger. Mais c’est tout de même un progrès notable. Puisque seule une partie de leurs contenus était auparavant gratuitement accessible, avec ou sans accès institutionnel. D’où l’appellation d’« accès élargi ».

Faire passer un message dans les esprits confinés

Les éditions La Découverte [2] se sont elles aussi illustrées au cours du confinement. Elles ont mis cinq de leurs ouvrages en libre-consultation, en accord avec leurs auteurs-rices respectifs-ves. Pour ce dispositif, la maison d’édition dirigée par Stéphanie Chevrier est restée fidèle à sa devise : « Des livres pour comprendre, des livres pour agir. » Parmi les ouvrages disponibles, nous retrouvons notamment Abondance et liberté [3] (La Découverte, 2019) de Pierre Charbonnier et Chez soi [4] (La Découverte, 2015) de Mona Chollet. Depuis leur mise en ligne, le premier des deux a fait un score honorable : 19 000 vues ; mais c’est l’ouvrage de la journaliste et essayiste suisse qui obtient la palme avec… 197 000 vues !

Quant aux éditions Raisons d’agir, elles ont souhaité se démarquer symboliquement. Elles ont mis en libre-accès l’ouvrage La Casse du siècle. A propos des réformes de l’hôpital public [5] (Raisons d’agir, 2019). La raison ? « Les éditions Raisons d’agir soutiennent l’hôpital public qui affronte une crise sans précédent [NDLR : La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19] en diffusant la version numérique de l’ouvrage La Casse du siècle » pouvons-nous lire sur leur site internet. Avec cet ouvrage, il n’y a pas forcément de quoi se réjouir. Mais au moins de quoi comprendre comment l’hôpital public a été peu à peu désarmé par l’austérité budgétaire. Une manière pour Raisons d’Agir de montrer que l’hôpital public est arrivé bien fragilisé devant la pandémie de Covid-19. Pour une maison d’édition dont Pierre Bourdieu fut un des artisans, voici un geste qui n’étonnera pas.

 

Par Marius Matty

 

[1] Couperin : Consortium unifié des établissements universitaires et de recherche pour l’accès aux publications numériques ; ADBU : Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation ; EPRIST : Association des responsables de l’information scientifique et technique des organismes de recherche français.

[2] Les éditions La Découverte font également partie du consortium composé de Belin, De Boeck et d’Erès qui a fondé le site Cairn.info.

[3] CHARBONNIER Pierre, Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques, La Découverte, 2019.

[4] CHOLLET Mona, Chez soi. Une odyssée de l’espace domestique, La Découverte, 2015.

[5] JUVEN Pierre-André, PIERRU Frédéric, VINCENT Fanny, La Casse du siècle. A propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’Agir, 2019.


Lire aussi :

La Bibliothèque spéciale « Confinement » de l’équipe

Musique et littérature, alliés de la biodiversité

L’Ideas Box de Bibliothèques Sans Frontières : la culture comme droit fondamental

Boutique : je passe à l'acte !

Lot "Petite Autonomie"

30,00 €

France - 1 abonnement - 1 an - 6 numéros

34,00 €

Choisir de ralentir

8,00 €

Méditer, jour après jour

24,90 €

En lien avec le sujet

Covid-19 – Numérique et gratuité écrivent la « page d’après » du livre français

Close

Rejoindre la conversation