Compagnons du devoir : des métiers pour deux mains

Par Nathalie Petit, le 31 août 2020



L’association ouvrière des compagnons du devoir et du tour de France propose aux jeunes, dès la troisième, différents parcours en alternance pour apprendre près de trente métiers de l’artisanat. Entre mythe et réalité, rencontre avec les compagnons du xxie siècle.

« S’orienter vers les compagnons, c’est faire le choix d’exercer un métier passionnant et de viser l’excellence », présente le compagnon Simon Voyer, charpentier de formation. Il dirige depuis son ouverture en mars 2015 la maison de Pantin (93), l’une des cinquante-quatre maisons des Compagnons du devoir. Pour Lucie, 17 ans, ce choix était une évidence : depuis l’enfance, elle a toujours voulu être dans le compagnonnage et fabriquer des produits de ses mains ; elle a donc choisi la filière maroquinerie. Elle fait partie des 10 % d’effectifs féminins de l’Association ouvrière des compagnons du devoir et du tour de France (AOCDTF) ; l’ouverture aux jeunes filles de l’institution ayant eu lieu en 2004. Quant à Andréas, 17 ans, également apprenti maroquinier, il a rejoint les Compagnons pour ne pas être assis derrière un bureau, mais faire quelque chose de beau avec ses mains. Damien, 16 ans, en filière plomberie, exprime lui sa volonté d’apprendre un métier en le pratiquant.

Ces trois adolescents sont entrés par la filière apprentissage. Ouverte aux non-bacheliers de 15 à 21 ans, elle offre une formation en alternance de deux ou trois ans, à l’issue de laquelle ils obtiennent un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) ou baccalauréat professionnel. Deux autres voies d’entrée existent pour les moins de 22 ans : la prépa métier – pour les bacheliers –, et la prépa tour de France [lire encadré] – pour les titulaires d’un premier diplôme dans l’un des vingt-neuf métiers des Compagnons du devoir. À 18 ans, un bac S en poche, Lucas Prieur a rejoint les Compagnons en chaudronnerie. « Passionné par la forge traditionnelle depuis que je suis gamin, j’aime travailler avec le feu et l’acier. Mon projet, c’est de faire le


© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Compagnons du devoir : des métiers pour deux mains

Close

Rejoindre la conversation