Forêts et Nature

Comment choisir un sapin de Noël éco-responsable ?

Par Auriane Latrémolière, le 9 décembre 2020

Exploitation de France Sapin Bio en Ariège

Ça y est c’est le moment ! Les fêtes de fin d’année approchent et avec elles, une épineuse question se pose : quel sapin choisir ? Le sapin naturel est-il vraiment écolo ? Pas si sûr ! Si ce dernier a un bilan carbone beaucoup moins élevé que le sapin artificiel, il n’est pourtant pas le meilleur ami pour la planète. Alors quel sapin acheter pour diminuer son empreinte carbone ? On vous donne des solutions.

Plébiscités par 84% des foyers, les sapins naturels apparaissent souvent comme la meilleure option pour préserver l’environnement. Car, en effet, les émissions de CO2 pour un arbre naturel sont de 3.1 kg pour un cycle de vie complet contre 8.1 kg par an pour un arbre artificiel et 48.3 kg pour sa durée de vie. Pourtant, ces sapins naturels conventionnels reçoivent plusieurs traitements par an : des hormones de croissance pour donner du volume au sapin, des fongicides pour détruire les parasites, des insecticides, etc. Une batterie de produits chimiques qui polluent l’environnement ! Résultat ? 99% des sapins vendus en France sont cultivés avec des produits phytosanitaires de synthèse et 20% des sapins proviennent de l’étranger.

Une aberration écologique que l’association Les sapins bio de France veut voir réduire en proposant des sapins biologiques, sans aucun traitement phytosanitaire.

Un sapin naturel et biologique

Créée en début 2020, l’association regroupe une dizaine de producteurs de sapins située dans les quatre coins de l’hexagone : l’Ouest (Bretagne et Vendée), le Rhône-Alpes et la Bourgogne (le Morvan) et le Sud-Ouest (les Pyrénées).

Au cœur du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, l’un des membres de l’association, France Sapin Bio mené par Michel Vuilliera décidé de se lancer dans la production de sapins bio après avoir constaté que la région du Sud Ouest était dépourvue de grossistes de sapins.«  Il y avait une forte demande, mais il n’y avait pas de producteur dans la région de Toulouse, Bordeaux, Montpellier. Alors les sapins venaient en conteneurs réfrigérés du Canada», explique Hugo Querol, attaché commercial pour France Sapin Bio. Un non-sens écologique, d’autant que la région pyrénéenne offre des terres propices à la production du conifère.

Ramassage de sapins pour la saison des fêtes de fin d’année. © France Sapin Bio

« C’est plutôt peu par rapport aux sapins que l’on produit. Dans le conventionnel pour quarante hectares, ce sont deux à trois fois plus de sapins qui seraient produits », compare Hugo Querol. Une petite production qui permet à la ferme d’utiliser uniquement des engrais organiques et de faire pousser ses arbres avec la « technique de la repousse ». Certains conifères portent des bourgeons dormants sur du vieux bois. Ainsi quand le sapin est coupé, le conifère se régénère au niveau de la souche. « On est dans un système de renouvellement de sapins. Ça nous permet de proposer un sapin sans en replanter un et cela diminue la déforestation. On est gagnant sur tout, en terme écologique et en terme économique. »  Une technique impossible dans le conventionnel.

Pour que le sapin ne soit plus seulement un arbre de décoration, France Sapin Bio a décidé dans une démarche éco-responsable et pour valoriser le sapin sous toutes ses formes de proposer des produits dérivés alimentaires et cosmétiques à base de sapins bio : vinaigre, huiles essentielles, eau florale, sirop…

Je m’engage aux côtés de Kaizen pour un monde de solutions.

Je fais un don

Cinq à dix euros en moyenne plus cher que le sapin conventionnel français, le sapin biologique propose une alternative locale, traditionnelle et écologique qui peut mettre être livré en « vélo sapin » chez vous, si vous habitez l’hypercentre de Toulouse.

Un sapin en bois recyclé et recyclable

Elégant, pratique, responsable, voilà un sapin original fait uniquement de planches d’épicéa : le Woody. C’est près de Lyon à Genay en 2016, que Ludovic Sarrazin, menuisier, a créé ce sapin atypique tout en bois. « L’idée m’a pris de recycler les chutes de bois que de mon entreprise. On fabrique des portes en bois, forcément on coupe sur des grandes longueurs les planches. Et on avait des chutes qu’on n’utilisait pas. Clairement, elles partaient à la benne», explique Ludovic Sarrazin, patron de la menuiserie de Feldor.

Une idée écologique et durable, le sapin peut durer toute une vie, plus besoin d’en acheter un chaque année. Le menuisier se souvient : « Le sapin est né de quelque chose de très simple. C’est ma femme qui m’a demandé de créer un sapin en bois parce qu’elle en avait marre des sapins qui sont coupés et jetés à partir du 4 janvier. Il fallait trouver une alternative. » Six millions de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, soient autant coupés.

Le sapin Woody de 250 cm imaginé par Ludovic Sarrazin. © Mon Sapin Woody

La production du Woody, d’abord confidentielle et réservée aux proches, devient en 2019 plus importante. L’entreprise fait appel alors à des scieries françaises et européennes pour obtenir plus de bois. Toujours dans un esprit vertueux, Ludovic a décidé de privilégier des producteurs reconnus pour leur culture responsable. « On utilise uniquement des bois issus de coupe qui sont identifiés et certifiés. On travaille avec des scieries qui ne coupent pas des bois sans distinction, dans des forêts bien délimitées. On ne veut pas de bois sauvages. » Ecolo convaincu et « actif » comme il aime se décrire, le chef d’entreprise est allé encore plus loin en favorisant le recyclage jusqu’au bout des planches de ses sapins. L’emballage, la notice de construction tout est fait en papier recyclé. Bientôt peut-être l’impression des notices se fera en ancres minérales, « trop compliqué pour l’instant mais dans l’avenir j’aimerai bien », soutient Ludovic Sarrazin.

Disponible dans une gamme de six tailles différentes, le sapin Woody coûte de 19 à 449 euros. Un prix beaucoup plus élevé qu’un sapin naturel, que le créateur reconnaît : « On n’a pas envie de prendre la totalité du marché. On n’a simplement envie de donner une alternative à des gens qui ne voudraient pas nécessairement acheter des sapins naturels. »

Les valeurs et la mission de l’entreprise sont triples : produire de manière éco-responsable, durable et favoriser l’emploi local et social. Autre bon point, les sapins sont fabriqués par une dizaine de salariés saisonniers en réinsertion professionnelle ou porteur d’un handicap.

D’autres solutions existent pour se procurer un sapin durable et éviter le gaspillage : la location. Un concept en plein essor, plusieurs enseignes proposent ce modèle dans tout l’hexagone comme Ecosapin ou Treezmas. Le sapin est en pot pour que les racines puissent être conservées. Vous payez le prix du sapin une première fois, et vous passez les fêtes avec lui. Puis vous le rendez au pépiniériste, qui se chargera de le replanter. L’année suite, vous venez récupérer ce même arbre. Si l’arbre est devenu trop grand au fil des années, le pépiniériste peut vous en proposer un plus petit gratuitement. Ou si le sapin est en trop mauvais état, il est utilisé pour faire du biogaz. De quoi passer des fêtes de fin d’année plus éco-responsables en compagnie de votre sapin !


Pour en savoir plus :

https://monsapinwoody.fr/

https://www.francesapinbio.fr/

https://www.ecosapin.fr/

https://treezmas.com/


© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

En lien avec le sujet

contenu abonnés
| Agriculture biologique et Animaux

Éco-pâturage à Chambord

Comment choisir un sapin de Noël éco-responsable ?

Close

Rejoindre la conversation