Culture & Solidarités

Changer l’histoire, c’est changer d’histoire



Les films peuvent-ils changer l'histoire ?Le 14 mai dernier a débuté le 67e Festival de Cannes. Journalistes et spectateurs du monde entier ont les yeux rivés, dix jours durant, sur une pléiade d’êtres humains triés sur le volet, déifiés, gravissant une à une les marches tapissées de rouge, les conduisant au cœur du « palais » du festival. Pourquoi un tel engouement pour un simple festival de cinéma ? Certes, nous vivons dans une société obnubilée par l’image, dans laquelle magazines, télévisions, médias en ligne, glorifient quelques stars plus belles les unes que les autres. Afin de nous faire rêver. De nous divertir. Et de nous vendre des objets. Mais est-ce simplement ce qui pousse tant de personnes à s’intéresser à Cannes ?

Tout est fiction

Dans son essai L’Espèce fabulatrice, paru en 2008, Nancy Huston avançait la thèse suivante : la fiction est une fonction élaborée par l’être humain pour assurer sa survie. Seule espèce consciente de naître et de mourir, elle est en mesure d’appréhender son existence comme une trajectoire constituée d’un début, d’une durée et d’une fin. En d’autres termes, un récit. Effrayé, angoissé par sa propre fin, l’être humain à besoin de construire du sens, de justifier son existence au cœur des mystères qui l’entour

Le 19 mai 2014
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Changer l’histoire, c’est changer d’histoire

Close

Rejoindre la conversation

Joey le 30/05/2014 à 18:13

"Sans doute est-il temps d’élaborer de nouveaux récits collectifs, qui nous donnent la force de construire un monde en équilibre." Cyril Dion n'est pas au courant que ça faire des décennies que des centaines de cinéastes s'y emploient ? Apparemment non. Or, ce n'est pas en étant un ignare qu'il inventera quoi que ce soit de nouveau.

Eva Wissenz le 20/05/2014 à 23:55

Le site des éditions: http://www.seepia.net

Eva Wissenz le 20/05/2014 à 23:54

Tout à fait d'accord! Des fictions sociétales qui vont dans ce sens sont éditées par Seepia, "Les enfants du siècle" notamment...

Honorant le 20/05/2014 à 19:08

Muhammad Yunus dit vrai. Merci pour cet article qui étaye ce que j'ai toujours pensé ; que rien n'était écrit dans le roche, et que le monde n'est qu'une projection de ce que nous voulons vraiment. Sauf que trop souvent nous oublions que nous sommes à la base de cette projection. Nous rêvons, imaginons, écrivons et filmons des univers grandioses, mais ne nous en inspirons peu ou prou. Notre envie de tendre vers ces utopies reste à l'état de rêve, alors qu'il suffit de peu, juste d'y croire, pour rendre tout cela possible.
Certains s'y attèlent déjà de part le monde, mais le plus dur sera sans doute de trouver un terrain d'entente à toutes les formes d'imaginations possibles... L'avenir post-apocalypthique Holywoodien avait au moins l'avantage de remettre tout le monde au même niveau. Maigre avantage cela dit.

Martine Thiessard le 19/05/2014 à 19:49

Totalement en accord avec ce qu'a dit Muhammad Yunus !

Pour des films dans ce genre :

www.enquetedesens-lefilm.com
https://www.facebook.com/enquetedesenslefilm

TOUS COPROD :
https://dub126.mail.live.com/default.aspx?id=64855#tid=cmPXrjTa7X4xGQfAAiZMJDTg2&fid=flinbox

Damien le 19/05/2014 à 16:40

"La belle verte" est un exemple de fiction sociétale mais c' est pas avec George Clowney :)