Culture & Solidarités

Brooke Medicine Eagle : « Impliquer les citoyens est le plus dur des combats »



Du haut de ses 73 ans, Brooke Medicine Eagle sensibilise avec force et détermination à l’écologie et à la protection de la Terre. Cette amérindienne élevée dans une réserve indienne Crow dans le Montana au Nord-Ouest des États-Unis a toujours vécu en osmose avec la nature où elle a puisé tout son savoir.

Brooke medicine eagle
Brooke Medicine Eagle de passage à Paris. © Axelle Bibring-Pilliot

Vous vous définissez comme une gardienne de la terre : qu’est-ce que cela implique ?

J’ai toujours eu cette connexion avec la terre, depuis ma plus tendre jeunesse. Élevée dans une réserve indienne Crow dans le Montana, j’ai cohabité avec la nature et appris à aimer la terre. Plus tard, quand j’ai commencé à voyager, j’ai réalisé que mon rapport inné à cette terre n’était pas une évidence pour tout le monde. C’est ce constat qui m’a amené à entreprendre un travail pour la protéger et la renouveler. Impliquer les citoyens est le plus dur des combats. Aujourd’hui, certains habitants vivent d’une façon totalement déséquilibrée par rapport à la nature : un mode de vie qui a un impact certain sur la terre.

Comment procédez-vous pour éveiller les consciences ?

Il y a un sujet que j’aborde souvent : celui de l’argent et de la gestion du budget. Si nous jugeons qu’un produit est mauvais, arrêtons de l’acheter. Ainsi, ceux qui les fabriquent les retireront

Le 22 juin 2016
© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Brooke Medicine Eagle : « Impliquer les citoyens est le plus dur des combats »

Close

Rejoindre la conversation

Méyane le 02/07/2016 à 23:54

C'est vrai que nous pouvons déjà nous changer, changer nos manières de consommer et "contaminer" notre entourage, ce que j'essaie de faire modestement, mais la planète est tellement immense , le nombre d'habitants ... aïe... que je me demande si nous serons assez nombreux à prendre conscience et faire en sorte que le compte à rebours vers la catastrophe s'inverse!

Alonso Daniel le 02/07/2016 à 13:26

Les choix peuvent être multiples, changeants, divers, sur un modèle choisi en totalité ou partiellement, toutes les déclinaisons y ont leurs places.
IL est nécessaire de garder en t^te que la meilleure des idées peut devenir insupportable s'il faut l'appliquer par quelque forme d'obligation que ce soit.
Le droit à l'essai et à l'approximation doit être imprescriptible.
Que chacun fasse comme il peut et marche à son pas.

Laurence06 le 01/07/2016 à 18:04

Bonjour, je rejoins Anna dans l'idée que nous avons intérêt à moyen terme d'investir un coin de nature et faire en sorte de devenir autonome! Après je pense que chacun a besoin d'une transition et de faire des choix!

Nayeli le 23/06/2016 à 17:52

Zollah, je suis surprise de ta réaction. Pourquoi lis tu ce magazine si ce n'est pour changer ta vision des choses, tes choix, et les opinions que te dicte cette société. Pour ma part, effectivement je pense que nous avons été mal éduqués, si nous avons l'intelligence de le reconnaître alors pourquoi ne pas changer ? Enfin, ceci n'engage que moi. PS le vinaigre blanc est vraiment un super nettoyant :)

Zollah le 22/06/2016 à 16:55

Sujet essentiel que les idéologues comme vous n'abordent presque jamais : les raisons de nos choix.
Peut-être sommes-nous sous influencés ou mal éduqués, mais nos choix sont libres. Les décréter tous mauvais vous convainc, vous, mais pas nous.
J'apprécie votre approche incitative. peut-être devriez-vous aussi essayer de comprendre nos choix. Nos produits ménagers fonctionnent mieux que le vinaigre.

Anna le 22/06/2016 à 14:37

la meilleure solution est effectivement de déserter les villes avant que çà pète car toute économie fondée sur de la monnaie de singe ou virtuelle finit par s'effondrer, c'est mathématique, ce n'est qu'une question de temps.
Mais parlons de choses intéressantes : les soldes... (ironie)