Avions : sortons le train d’atterrissage !

Par Pascal Greboval, le 6 avril 2021



Face aux enjeux climatiques, toutes les pistes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sont à étudier. L’aviation n’échappe pas au plan de vol. Mathilde Szuba et Laurent Castaignède nous proposent chacun trois leviers.

 

L’avis de Mathilde Szuba, maîtresse de conférences en science politique

Le recours à l’avion représente le choix individuel le plus concentré en émissions de gaz à effet de serre. Choisir de ne pas le prendre, sachant que la question se pose une ou deux fois par an seulement, est plus simple que choisir de manger végétarien. Nous nous sommes habitués à voyager vite et pas cher, considérant comme normal un luxe qui n’existe que depuis peu et reste réservé à des favorisés. C’est intenable pour le climat. Or la France s’est engagée à diviser par quatre ses émissions de GES d’ici 2050. Des mesures nationales doivent donc être appliquées pour limiter le trafic aérien.

  1. Instaurer un moratoire sur les nouvelles infrastructures aéroportuaires : ni nouveaux aéroports ni nouvelles pistes. On peut saluer l’abandon de Notre-Dame-des-Landes, mais le Premier ministre a annoncé en même temps qu’il faudrait développer les aéroports de Nantes et de Rennes. Si la France veut respecter ses engagements climatiques, elle doit limiter les infrastructures et le trafic. Par ailleurs, les agrandissements se font au détriment de la nature environnante et ne respectent pas l’objectif « zéro artificialisation nette » annoncé par Nicolas Hulot.
  2. Mettre fin aux incompréhensibles cadeaux fiscaux dont profite l’aviation. Contrairement aux pétrole, diesel et agrocarburants, le kérosène n’est pas taxé en France. Or la TIPCE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) contient depuis 2014 une composante carbone, pour lutter contre le réchauffement climatique. L’aviation, surtout low cost, bénéficie aussi de subventions de la part des collectivités au nom de « l’attractivité du territoire ». L’argent public subventionne des compagnies connues pour leurs emplois précaires et dumping fiscal, ainsi qu’un mode de transport qui nuit gravement au climat. La raison

© Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales

Soutenir Kaizen Magazine, c'est s'engager dans un monde de solutions.

Notre média indépendant a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Faites un don et supportez la presse indépendante !

JE FAIS UN DON

Avions : sortons le train d’atterrissage !

Close

Rejoindre la conversation